En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Addict à la panique ?
Pourquoi la décision de l’OMS de classer la dépendance aux jeux vidéos comme un trouble de la santé mentale n’est que la dernière illustration en date des paniques morales qui nous envahissent
Publié le 26 juin 2018
L'addiction aux jeux vidéo a été reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé ce qui ne manque pas de susciter des critiques de nombreux experts.
Michael Stora est psychologue-psychanalyste, président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora est psychologue-psychanalyste, président de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'addiction aux jeux vidéo a été reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé ce qui ne manque pas de susciter des critiques de nombreux experts.

Atlantico : L'Organisation mondiale de la santé a inclut  la dépendance au jeu comme un trouble de la santé mentale mais des experts dénoncent le risque  de «pathologiser» un comportement et un hobby qui reste inoffensif pour la plupart des gens. Comment peut-on, selon vous, expliquer cette panique morale qui saisit les instances politique, scientifiques ou médicale à chaque fois que de nouveaux usages surviennent et que ces nouveaux usages posent question ? 

Michael Stora : On n'a pas attendu l’OMS et ces récentes déclarations sur l’addiction possible aux jeux vidéo pour constater une vraie panique morale. A chaque fois qu’il y a de nouveaux usages, l’apparition de phénomènes nouveaux comme les jeux vidéo, la surreprésentation des écrans, il y a ce genre de réactions. La dernière vraie panique morale a été la question de la violence dans les jeux vidéo qui était un faux débat. On explique cela d’abord par le fossé générationnel, puis par la manière qu’il y a de communiquer sur ces nouvelles questions de société également. Après il ne faut pas espérer des concensus  des communautés scientifiques à chaque fois qu'une nouvelle pratique fait son apparition.  

Il faudrait de manière assez précise définir des critères concrets pour éviter une sur-pathologisation et in fine une panique morale. Derrière les éditeurs de jeux vidéo craignent une stigmatisation mais savent qu’une position de déni n’est pas la meilleure des choses.  Et c’est d’ailleurs ce qu’a permis l’OMS en plaçant l’addiction aux jeux vidéo comme trouble de la santé mentale. Elle a permis que l’on arrête d’être dans le déni d’un phénomène, qui, même s’il est ultra minoritaire est réel car tous les loisirs peuvent être source d’addiction. Il y a de vraies réalités cliniques.  Evoquer la question de l’addiction est une nécessité mais aussi un choix politique et social qui permet de se pencher sérieusement sur ces questions. 

Concrètement quels sont les risques réels qu’entraînent cette décision de l’OMS?

Pour toute pathologie il ne faut pas s’arrêter à la pathologie dite visible. Quand l’on soigne un jeune déscolarisé depuis des années, on constate que l’addiction aux jeux vidéo n’est que la partie émergée de la pathologie. Il est évident que nous allons à un moment ne plus parler de jeux vidéo pour aborder les problèmes de fond. L’addiction est en soi une lutte anti dépressive et les jeux vidéo vont être un anti dépresseur interactif. Il s‘agit non pas de stigmatiser les jeux vidéo mais il est important d’être conscient qu’il y a une minorité de joueurs qui présentent de vrais troubles. La décision de l’OMS est importante car elle ne fait qu’éviter un déni et rien de pire que le déni dans le domaine de la santé mentale.

Cette décision de l’OMS même si elle est loin d’être parfaite va permettre  aux services en addictologie et les experts vont pouvoir faire des recherches un peu plus précises, trouver un compromis dans la capacité à mieux saisir tous les enjeux de l’addiction aux jeux vidéo. 

Maintenant le problème de cette décision c’est qu’il y a effectivement un risque de pathologisation de situations qui ne le sont pas forcément. Si on considère les gens uniquement comme des malades on ne va pas forcément les aider.

L'American Academy of Paediatrics propose d'inclure une limite d'une à deux heures par jour pour les jeunes enfants et à des moments appropriés plutôt que d'en faire une pathologie mentale. Comment réagissez-vous à cette proposition ? 

On a pas attendu là non plus l’American Academy of Paediatrics pour avoir des médecins qui vont être dans des postures de prescription. Là où cela devient compliqué c’est que cette proposition vise à dicter aux parents le bon comportement à adopter et in fine à les infantiliser.

 Sur la question du temps d’exposition aux écrans il faut comprendre que le grand malheur n’est pas le temps passé par les enfants devant les écrans mais le fait qu’ils soient seuls, que cette démarche soit solitaire. Il est important de faire des écrans des alliés et non des ennemis. 

Sur la question de l’addiction ou de la prévention de l’addiction le problème est que l’idée de la limite horaire n’a pas de sens. L’addiction ne se repère pas au temps passé devant un écran, un jeux vidéo ou autre. Ce n’est pas parce que votre adolescent passe plusieurs heures par jour à jouer qu’il est addict. C’est à la rupture des liens sociaux que l’on constate une addiction.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
04.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
07.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 26/06/2018 - 18:22
Très juste.!.
Très juste analyse de Michael Stora.!. Différenciée et sans amalgame ni relativisme ni manichéisme.!. Un esprit non infesté par l'idéologie de Gauche: c'est rare.!.
kelenborn
- 26/06/2018 - 17:14
Mimine
Tu veux parler d'Atlantico ? N'écris pas en grosses lettres! Le docteur Gayet et ses copains accourent ! t'es un homme mort !
MIMINE 95
- 26/06/2018 - 14:00
ET LA DEPENDANCE AU SITE DEBILE ET CRETIN REUNIS :
c'est classé dans quoi ?