En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 11 min 46 sec
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 4 heures 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 6 heures 15 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 4 heures 19 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 4 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 4 heures 58 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 5 heures 54 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 20 heures 9 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 30 min
© ALEXEY DRUZHININ / RIA-NOVOSTI / AFP
© ALEXEY DRUZHININ / RIA-NOVOSTI / AFP
Quand est-ce que ça s'arrête ?

Pont vers la Crimée, pression militariste sur la Pologne : où sera la ligne rouge de l’Europe face à Vladimir Poutine ?

Publié le 21 mai 2018
Après 27 mois de travaux, le "pont de Crimée", reliant cette péninsule à la Russie, a été inauguré le 15 mai, malgré l'opposition de l'Ukraine et de ses partenaires.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après 27 mois de travaux, le "pont de Crimée", reliant cette péninsule à la Russie, a été inauguré le 15 mai, malgré l'opposition de l'Ukraine et de ses partenaires.

Atlantico : ​Quatre années après la crise de Crimée, qui a conduit à l'annexion de la péninsule par la Russie, Vladimir Poutine a inauguré​ le pont reliant Russie et Crimée le 15 mai. Un symbole venant acter la situation malgré l'opposition, entre autres, des européens. Au regard de cette situation, quelles sont les limites de ce que les européens accepteront de la part de Vladimir Poutine ? Des pays Baltes au Caucase en passant par le Moyen-Orient, quelles sont les limites avant une intervention militaire de la part des européens ? 

Cyrille Bret : La présidence russe multiplie actuellement les symboles pour "normaliser“ l’annexion de la Crimée par la Fédération de Russie. Par exemple, le premier Tour de l’élection présidentielle qui a vu la réélection de Vladimir Poutine a été organisée le 18 mars, date du référendum ayant conduit à l’annexion. De même, la démarche du président russe est éloquente : il a lancé le pont sur le détroit de Kertch quelques mois après l’annexion, l’a fait réaliser par l’entreprise d’un de ses proches, a ainsi engagé la Crimée dans une politique de développement et d’intégration au Sud russe. Enfin, coutumier des mises en scène éloquentes, il a tenu à franchir ce pont à bord d’un camion Kamaz. Ces actes symboliques très forts renforce la polarisation des Occidentaux. Actuellement de nombreuses anciennes républiques soviétiques et démocraties populaires (Pologne, Etats baltes, Roumanie, etc.) disent redouter la déstabilisation russe dans leurs eaux terrritoriales, leurs espaces aériens et leurs territoires. A la différence de l’Ukraine et de la Géorgie, en guerre avec la Russie, ces Etats sont tout à la fois membres de l’UE et de l’OTAN. L’atteinte à l’intégrité territoriale de l’un d’entre eux serait une cause pour déclencher une réaction militaire de la part de leurs alliés.

Florent Parmentier : Plus qu’un simple pont reliant la Crimée à la Russie, ce pont sur le détroit de Kertch de 19 kilomètres (le plus long de Russie) est déjà considéré, pour une large partie de l’opinion russe, comme un « lieu de mémoire » (Pierre Nora), puisque les sentiments nationaux russes y sont réaffirmés, notamment suite au référendum du 18 mars 2014. A contrario, il constitue pour l’Ukraine une matérialisation de la blessure liée à la guerre de 2014, liée à la perte de ce territoire dont le rattachement avait été entériné par l’Union soviétique en 1954. Si l’annexion de la Crimée n’a pas été sanglante, sa perte est une réalité difficilement acceptable politiquement pour les Ukrainiens. Et ce d’autant plus qu’elle semble sans recours : l’Ukraine n’a pas donné son consentement à la réalisation du pont, au grand dam également de ses partenaires.

Pour l’heure, le pont inauguré le 15 mai dernier permet à la Crimée d’envisager un avenir économique plus clément, puisque la péninsule située sur la mer Noire est pour l’heure un territoire isolé et frappé par les sanctions ; le pouvoir russe espère voir arriver de nouveaux touristes et des biens de consommation courants moins chers. Mais le résultat politique est plus ambigu : symbole de la restauration du pouvoir russe, mais également du divorce de celui-ci avec le peuple ukrainien. Ce pont montre aussi à quel point le système politique russe reste centré autour des proches de Vladimir Poutine, qui ont entrepris la construction de ce pont : il était accompagné de l’homme d’affaires Arcady Rotenberg, son ancien partenaire de judo et constructeur du pont.

Verra-t-on d’autres ponts de ce type au sein de l’Europe ? D’autres conflits hybrides tel que celui qui se déroule en Ukraine sont-ils possibles dans d’autres parties de l’Europe ? Quand on reproche aux dirigeants russes leurs interventions à l’extérieur, en Géorgie, en Ukraine et en Syrie, ils objectent en général une liste alternative d’interventions : Bosnie, Kosovo, Afghanistan, Irak, Libye… La liste des interventions des Américains, mais également des Européens, est davantage longue. Le budget américain de la défense est près de dix fois celui de la Russie : en 2017, les congressistes américains ont voté un budget de presque 700 milliards de dollars, contre 66 milliards de dollars en Russie, avec un budget militaire en baisse par rapport à 2016. Dans ces conditions, aux russophobes américains et européens, les dirigeants russes répondent que c’est en réalité l’Occident qui est en position agressive, mais que cette phase historique trouvera une fin prochainement avec la redistribution des cartes au niveau international.

L’agressivité russe est réelle dès lors que l’on mesure les violations des espaces aériens, sous-marins ou maritimes, y compris pour des pays membres de l’OTAN. C’est la raison pour laquelle il faut maintenir un effort militaire pour créer un rapport de force, mais que cette approche doit également aller avec la recherche d’objectifs communs pour nourrir un dialogue. Les coûts d’une intervention dans les pays Baltes seront sans conteste trop élevés pour la Russie, pour un gain improbable ; il y a là une ligne rouge des Américains et des Européens. En revanche, dans le Caucase, la situation est différente : la Russie estime qu’il s’agit d’une zone d’intérêt privilégiée ; elle surveillera tout pouvoir potentiellement hostile. Mais la Géorgie n’est plus considérée comme un facteur d’agitation sur son flanc sud comme elle l’était sous Saakashvili ; dans les événements arméniens du mois de mai, la Russie est restée neutre, ses intérêts étant similaires à ceux du pouvoir arménien. Et Moscou a même été à l’origine de l’apaisement lors du conflit d’avril 2016 entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Quant à la Syrie et au Moyen-Orient, la recomposition en cours concerne pour l’essentiel au moins autant la place de Téhéran que celle de Moscou…

Quels sont les points les plus "à vif" des relations russo-européennes ? La compréhension des stratégies respectives entre Européens et Russes​ est-elle suffisamment claire pour éviter toute incompréhension pouvant aller jusqu'au dérapage ? 

Cyrille Bret : Dans les relations entre UE et Russie, l’annexion de la Crimée et la guerre dans le DOnbass figurent au premier rang des sujets de division. Pour la Russie, la Crimée a été librement rattachée à la Russie après quelques décennies de rattachement à l’Ukraine et surtout après un référendum. Pour l’UE, il s’agit d’une annexion illégale ayant privé l’Ukraine d’une partie de son territoire. Mais d’autres dossiers sont particulièrement durs. Au premier chef, les sanctions et les contre-sanctions adoptées par la Russie sont la principale pomme de discorde : pour l’UE, il s’agit de sanctionner cette annexion ainsi que l’implication de la Russie dans le conflit au DOnbass. Pour la Russie, il s’agit d’une atteinte grave aux intérêts de la Russie. Dans le Donbass, en Crimée et dans le domaine des sanctions, les relations UE-Russie sont dans l’impasse. On ne peut incriminer un manque d’explications ou de transparence : dans tous les forums institués (OSCE, Conseil OTAN-Russie, ONU), les deux positions s’expriment clairement sans qu’aucun compromis ne puisse être trouvé. Les dérapages sont possibles même s’ils sont limités pas le fait que des puissances nucléaires se font face : dans l’espace baltique notamment lors des exercices réguliers menés par les deux rivaux, dans l’espace de la Mer Noire où la Russie tient le haut du pavé, en Méditerranée orientale où transitent les forces russes vers la Syrie, etc.

Florent Parmentier : Les relations euro-russes ont connu plusieurs phases depuis l’effondrement de l’URSS : les Européens ont pu paraître condescendants dans un premier temps, puis la relation s’est tendue à la fin des années 1990, sous le triple effet de la crise financière de 1998, de la guerre du Kosovo en 1999, ainsi qu’avec l’alternance politique. Vladimir Poutine a recherché, lors de son premier mandat, appui et soutien du côté des Européens : germanophone, il a effectué au Bundestag un discours remarqué en 2001. L’échec du programme des « quatre espaces » (un espace économique, un espace de liberté, de sécurité et de justice, un espace de sécurité extérieure et un espace de recherche et d’éducation) lors du Sommet UE – Russie de Saint-Pétersbourg en 2003 laissera durablement des traces.

Après une période alternant moments compliqués (guerre en Géorgie) et moments plus constructifs (présidence Medvedev), la relation tombe dans une relation de franche hostilité à compter de 2014 avec la crise en Ukraine. La Russie se trouve alors sur le banc des accusés en Ukraine, mais également derrière tout événement affectant négativement l’Europe : le Brexit, l’indépendance de la Catalogne ou la montée des partis dits « populistes » ; Vladimir Poutine semble, à écouter les commentateurs, tenir les clés sur tous ces divers sujets ! Or, si ce dernier sait utiliser les moindres faiblesses des Européens pour les diviser, la Russie ne peut pas se trouver à l’origine de l’ensemble des dérèglements européens.

Il ne faut donc faire preuve d’aucune naïveté face aux intentions actuelles du pouvoir russe vis-à-vis des acteurs européens, mais la Russie n’a hélas pas le monopole du « diviser pour régner » lorsqu’il s’agit de traiter avec les Européens. Et surtout, sans objectif commun, il est difficile de proposer autre chose qu’éviter des dérapages.

Si le dialogue existe, quels sont les points qui mériteraient d'être traités en priorité pour permettre un dialogue constructif entre Russes et Européens ? Quelles sont les nations européennes incontournables dans cette relation ? 

Cyrille Bret : Dans cette relation, certains Etats européens se considèrent comme des ponts entre UE et Russie : la Grèce, Chypre, la Bulgarie notamment en raison de leur rattachement à l’espace orthodoxe et en raison du poids des investissements russes dans leurs économies, sont des forces de modération et appellent régulièrement à un démantèlement partiel des sanctions contre la Russie. Les points à traiter en priorité ne sont sans doute pas les conflits dits „gelés“ (en Géorgie, en Moldavie, etc.) ou en cours (en Ukraine) mais des questions plus éloignées de l’affrontement direct. Par exemple, des intérêts communs peuvent se dégager en ce qui concerne la répond à apporter à l’activisme chinois dans le domaine des Nouvelles Routes de la Soie. De même, des points de vue partagé peuvent émerger dans la lutte contre le terrorisme islamiste. EN ce qui concerne la Syrie, la Russie peinant à faire émerger une solution politique après son intervention militaire engagée en 2015, la complémentarité entre UE et Russie pourrait être mise en évidence.

Florent Parmentier : Le dialogue est rendu plus compliqué depuis 2014 : les canaux disponibles sont aujourd’hui moins forts que par le passé, puisque la Russie a été expulsé du G7, et qu’un certain nombre de personnalités proches du régime sont persona non grata aux Etats-Unis et en Europe. Pire encore : lors de l’affaire Skripal, du nom de l’ancien agent double russe, la réponse à l’implication présumée de la Russie dans son empoisonnement a été, avant même l’établissement de preuve, d’expulser des diplomates. S’il fallait faire montre de solidarité, il semble pourtant acquis que ce n’est pas l’excès de dialogue qui a conduit à cette situation…

Dès lors qu’il faudra travailler sur les réseaux tchétchènes en France, il conviendra de travailler avec la Russie pour obtenir des renseignements. Comment également prévenir les débordements sans lien plus étroit avec les chefs d’Etat-major ? Les rapports interpersonnels peuvent servir de garde-fous, mais de bonnes relations ne font pas une politique. L’Allemagne a depuis plusieurs siècles une relation particulière à la Russie, mais la France a également une place particulière dans la relation euro-russe. La visite du Président Macron au Forum de Saint-Pétersbourg sera donc particulièrement à suivre.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

04.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 24/05/2018 - 13:50
Poutine
Un grand chef d'Etat !
cloette
- 24/05/2018 - 13:50
Poutine
Un grand chef d'Etat !
ajm
- 22/05/2018 - 21:59
Otan égale USA égale armée Europe.
D'accord avec Lemire; sauf sur la Suède. Il y a une trentaine d'années, l'armée Suédoise valait quelque chose. Aujourd'hui, elle n'est guère plus sérieuse que l'armée Danoise, c'est dire... la GB et la France sont des puissances nucléaires, mais cette dissuasion ne pourrait jouer que pour sanctuariser leur territoire et leur abord immédiat, certainement pas l'Ukraine ou les pays Baltes, qui, entre parenthèses, ne consacrent que très peu d'argent à leur defense en pourcentage de leur pnb, critères budgétaires Maastricht obligent, malgré leur frontière commune avec la Russie . Ce sont les USA qui sont toujours, en pratique, l'"armée Européenne".