En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Atlanti-Culture
Ceux d’ici : Une fable sociale, cruelle, inquiétante, et cinglante
Publié le 21 avril 2018
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

« Ceux d’ici », de Jonathan Dee (Ed. Plon). 352 pages. 21,90 €.

RECOMMANDATION 

EXCELLENT

THEME

Une petite ville du Massachusetts : Howland, entre le 12 septembre 2001 (lendemain des attentats qui ont frappé New York et Washington) et 2008. C’est la destination de vacances pour de nombreux riches de New York. C’est aussi le décor de « Ceux d’ici », le nouveau roman de Jonathan Dee, l’un des plus intéressants romanciers nord-américains du moment. Une fable qu’on pourrait résumer ainsi : quand Mark Firth rencontre Philip Hadi. Le premier est un local, il est entrepreneur en bâtiment, a fait un placement hasardeux et connaît les pires difficultés pour boucler les fins de mois. Le second est un richissime gestionnaire de fonds d’investissement, il débarque à Howland, s’installe dans la maison voisine immédiate de celle de Mark. Très vite, il y a problème entre les deux. Pis : le second réussit à devenir maire de Howland, il modifie la petite ville pour la faire à son image. C’est peu de dire que les relations entre le maire et les « locaux » ne sont pas au beau fixe… 

POINTS FORTS

-Une fable sociale d’une cruauté qui pince là où ça fait (très) mal.

-Une maîtrise exceptionnelle de la tension qui ne cesse de monter au fil du récit entre les « locaux » et le nouveau venu. Dee va même jusqu’à installer un climat inquiétant- jusqu’où ira-t-il ?

-La grâce extrême du style de Jonathan Dee.

-En la personne de Jonathan Dee, un maître du décryptage de cette Amérique contemporaine à deux vitesses et des tourments de la « middle class ».

POINTS FAIBLES

Dans son souci de décryptage de la société américaine, l’auteur se laisse aller, avec certains personnages à la limite de la caricature et certaines situations, à la facilité.

EN DEUX MOTS

Un roman aussi inquiétant que cinglant. Une plongée magistrale dans cette Amérique de la « middle class » qui traîne ses désillusions.

On a là le « roman social » de l’Amérique du 21ème siècle naissant. C’est follement réaliste, terriblement actuel. Un roman qui capte un moment d’histoire. De l’Histoire…

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- « Alors je ne sais pas si vous avez déjà eu beaucoup d'argent, mais putain que c'est lourd. C'est-à-dire, vous pouvez avoir mille dollars et vous sentir malin, mais quand vous en avez deux cent quarante mille, qui attendent là sans rien faire, vous vous sentez sacrément idiot. Je travaillais au labo à ce moment-là, mais c'était avant l'arrivée de Yuri. Les seuls types avec qui je pouvais parler étaient fondamentalement débiles, et ils ont commencé à me mettre la pression, vous voyez ? Tu dois l'investir. Il faut que tu le places, sinon il reste là à générer des impôts jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus, ça doit fructifier ou ça meurt. C'est ça l'Amérique ».

- « Tout, chez lui, puait la grande ville. Il ne cherchait pas à tromper son monde (...) mais les gens de Manhattan semblaient surtout mus par la conviction erronée que leur vie était la seule réelle, importante, la seule influente, que les autres, les provinciaux, vivaient déconnectés de la réalité. Alors que c’était tout le contraire : sur terre, aucune espèce n’était plus déconnectée qu’un new-yorkais ».

L'AUTEUR

Né le 19 mai 1962 à New York, Jonathan Dee est écrivain, et professeur d’écriture créative à l’Université Columbia. Il collabore régulièrement au « Harper »s Magazine » et au « New York Times Magazine ».

A ce jour, quatre de ses romans ont été traduits en français : « Les Privilèges » (2011, prix Fitzgerald), « La Fabrique des illusions » (2012), « Mille excuses » (2014) et le tout récent « Ceux d'ici ». Il est considéré comme un des meilleurs décrypteurs de l'Amérique contemporaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Dossiers
2450 Articles
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
07.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires