En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

1 an et déjà trop vieux

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 19 min 14 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 25 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 51 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 20 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 12 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 49 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 27 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 53 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 8 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 7 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 57 min
Atlanti-culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

Publié le 07 avril 2018
Le Printemps de Prague avait, en 1968, nourri bien des espérances, vite réprimées. Ce n'est évidemment pas une consolation, mais il sert aujourd'hui de cadre à la dernière BD de Vittorio Giardino, particulièrement réussie.
Dominique Clausse pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Clausse est chroniqueur pour Culture Tops
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Printemps de Prague avait, en 1968, nourri bien des espérances, vite réprimées. Ce n'est évidemment pas une consolation, mais il sert aujourd'hui de cadre à la dernière BD de Vittorio Giardino, particulièrement réussie.

BD

Jonas Fink, le libraire de Prague

Textes et dessins : Vittorio Giardino

Editions Casterman

 173 pages

22 €

RECOMMANDATION

EN PRIORITE

THEME

Comme le titre l’indique, cette BD relate l’histoire de Jonas, libraire à Prague, au moment du crépuscule du Printemps de Prague. C’est la deuxième partie, en fait, de cette histoire que Giardino avait commencée vingt ans plus tôt, comme s’il avait souhaité respecter la temporalité de son récit. En effet, vingt ans, c’est quasiment le temps qui sépare les deux histoires.

Il faut tout de suite dire au futur lecteur que lire ce second opus sans connaître le premier n’est pas gênant, car Giardino met habilement en scène son récit en distillant des éléments de vie du passé de son héros.

Resituons rapidement le contexte historique de cet album: au début de l’année 68, la Tchécoslovaquie tente de lever la chape du communisme russe, en proposant un socialisme à visage humain (en URSS, Brejnev a succédé à Khrouchtchev et a de nouveau durci la ligne du parti). Ce mouvement est incarné par le nouvel homme fort du régime, Alexander Dubcek. Mais très vite, l’URSS va reprendre le contrôle et ce printemps ne durera au total que 6 petits mois, et se terminera en août de la même année avec l’entrée des chars russes dans Prague.

C’est dans ce contexte particulier que Jonas Fink va retrouver un amour de jeunesse, rencontre qui va bouleverser toute sa vie.

POINTS FORTS

- Tout d’abord le dessin : Giardino produit une ligne claire et maîtrisée avec une mise en couleur éclatante. Dès les premières cases, on est séduit par l’ambiance graphique de ce récit, avec une mention particulière à sa restitution de Prague. Pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas cette ville, les pages de cette BD sont une invitation à y remédier. Les décors sont juste magnifiques et extrêmement soignés dans leurs rendus. Hélas, dans sa préface, Giardino refroidit un peu nos ardeurs touristiques en évoquant la détérioration récente de la ville, sous l’effet de sa modernisation.

- L’autre point fort est l’histoire elle-même, qui mélange fiction et réalité, avec des allers et retours entre la Grande Histoire (celle de ce Printemps éphémère) et la petite (celle de Jonas), mais avec beaucoup d’habileté dans la construction du scénario. Le pont entre les deux est justement Jonas lui-même, dont Giardino a évité de faire un héros courageux, pour nous montrer un personnage plutôt égoïste et un peu lâche, comme s’il représentait un produit du monde communiste de cette époque : un système qui vous décourage d’exister et de résister, en vous forçant au repli sur soi, comme seule source d’espoir. Alors, des résistants il y en a dans cette histoire, certains payeront le prix fort de leur opposition, et la galerie de personnages que dresse Giardino est trop riche pour être décrite ici, même si j’ai une tendresse particulière pour le plombier Slavek.

POINTS FAIBLES

Fallait-il un héros plus flamboyant pour magnifier ce récit? On peut s’interroger sur le contraste entre la force des évènements qui sont en train de se dérouler et les états d’âmes dérisoires de Jonas. C’est un choix fort de l’auteur (et donc forcément clivant) que d’avoir adopté ce point de vue.

EN DEUX MOTS

Quand une BD arrive ainsi à marier la pédagogie historique et la fiction captivante, le résultat est souvent gagnant. C’est bien le cas pour ce récit de Giardino, qui nous apprend beaucoup sur ce Printemps de Prague, tout en réalisant un très bel objet graphique. La force de l’auteur est d’éviter l’emphase. Il aurait pu, par exemple, raconter l’histoire de Jan Palach, cet étudiant qui s’est immolé par le feu en signe de protestation (évoqué tout de même dans ce récit), ou pourquoi pas, celle de Vaclav Havel. Non, il a choisi un angle de vue moins démonstratif, mais tout aussi puissant, celui d’un quotidien destructeur de personnalités.

UN EXTRAIT 

Et un peu d’humour tout de même:

"Une blague russe (je devrais dire soviétique) échangée entre deux protagonistes, à propos de la presse de ce pays. L’URSS comptait deux journaux majeurs : Izvestia (les « nouvelles ») et la célèbre « Pravda » (la « vérité ») : Dans l’Izvestia, aucune Pravda, et dans la Pravda aucune Izvestia"

L’AUTEUR

( texte repris et adapté de la postface de cet album):

Né à Bologne en Italie en 1946, Vittorio Giardino quitte à 30 ans sa profession d’ingénieur en électronique pour se consacrer à la Bande Dessinée. Après avoir débuté en 1978 dans des fanzines, il publie en 1979 la première histoire de Sam Pezzo, détective privé de tradition « hard boiled » (bd américaine de Frank Miller, hyperviolente). L’année suivante, il publie son premier album en France (les enquêtes de Sam Pezzo) aux éditions Glénat. Il y publie également, en 1982, Rhapsodie hongroise, le premier album de Max Fridman. Cet album lui vaut ses premiers prix internationaux. A partir de ce moment, il collabore à Circus, puis à Vécu. Suivra ensuite une longue collaboration avec Casterman, dont l’histoire de Jonas Fink fait partie. Il travaille aussi dans le domaine de l’illustration et du dessin d’affiches.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires