En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 9 min 44 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 1 heure 36 sec
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 3 heures 26 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 1 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 14 heures 47 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 1 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 39 min 50 sec
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 15 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 15 heures 43 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 18 heures 43 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 21 heures 46 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 12 min
Psalmodie d'or

"Le Festival de Cannes est une fête religieuse inaccessible au commun des mortels"

Publié le 19 avril 2012
Le Festival de Cannes vient d'annoncer ce jeudi la sélection des films qui y seront présentés. Entre paillettes et cinéphilie, l'événement continue d'attirer, 65 ans après son lancement, son flot d'adorateurs curieux.
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Festival de Cannes vient d'annoncer ce jeudi la sélection des films qui y seront présentés. Entre paillettes et cinéphilie, l'événement continue d'attirer, 65 ans après son lancement, son flot d'adorateurs curieux.

Atlantico : Le Festival de Cannes a annoncé ce jeudi la sélection des films qui y seront présentés. En quoi s'agit-il d'un festival différent des autres ? Pourquoi est-il encore considéré comme le plus important au monde ?

 Laurent de Sutter : Par rapport à la « cérémonie » des Oscars, fondée en 1927, et le Festival de Venise, lancé dès 1934 sous le patronage de Mussolini, le Festival de Cannes fait figure de retardataire : sa première édition se tient en 1946. Mais, dès la fin des années 1950, il a bénéficié de l’aura qui était celle de la cinéphilie à la française, dont les Cahiers du cinéma et la Nouvelle Vague étaient la forme la plus voyante (François Truffaut recevait le prix de la mise en scène en 1959 pour Les quatre cents coups).
 
Même si les relations entre les cinéphiles et le Festival n’ont jamais cessé d’être difficiles, la cinéphilie restait, et reste encore, le milieu du Festival de Cannes : ce n’est pas un Festival où il est question d’apprécier le cinéma, mais de l’adorer – et donc d’en défendre la version la plus pure, la plus haute, la plus sacrée. Or, comme chacun sait, il n’est aucun sujet sur lequel les êtres humains aiment davantage se crêper le chignon que celui de savoir quel est le meilleur dieu.
 

Vous parlez du Festival de Cannes comme une religion, un rite sacré…

Mais qu’est-ce qu’une « fête », à l’origine ? C’est une célébration religieuse, à date fixée. De cette origine, tous les festivals ont gardé quelque chose qui tient de la messe. Mais qu’est-ce qu’une messe, alors ? C’est la reconstitution du lien qu’une communauté entretient avec un mystère – on y revient. Donc, oui, il y a quelque chose de religieux dans le Festival de Cannes, comme dans tout ce qui concerne les images. Que celles-ci aient fait l’objet des plus grandes controverses théologiques, non seulement dans l’Occident chrétien, mais aussi dans les mondes judaïques et islamiques, indique assez l’importance dudit mystère. La question des images en général, et donc du cinéma en particulier, est en effet celle-ci : est-il possible de construire, par des moyens humains, l’expérience de ce qui est plus qu’humain. Tout spectateur pas complètement bouché sent bien que ce dont il est question dans les images qu’il contemple c’est de la possibilité d’une présence supérieure à lui.
 
La culture, aujourd’hui, est devenu une sorte d’ésotérisme, dont seules les manifestations d’apparats sont laissées en pâture au public, les initiés se réservant le contact exclusif avec ses produits – c’est-à-dire, dans le cas de Cannes, les images du cinéma. En ce sens, celles-ci retrouvent la structure des cultes à mystères de l’Antiquité, avec ses sacrifices rituels, ses fêtes orgiaques, et surtout son principe secret d’explication du monde. Le spectacle laissé aux badauds à Cannes est donc celui d’une private party dont il est admis qu’ils n’y participeront jamais : à Cannes, la fête est inaccessible au commun des mortels – de même que les films qui y sont projetés.
 
Tout y relève d’un régime aristocratique d’excellence, clos sur lui-même : le valeur des images et de leurs thuriféraires dépend de la difficulté qu’il y a à s’approcher du secret qu’elles recèlent.
 

Finalement, est-il si cliché que ça de considérer que le cinéma est plus présent sur la Croisette où errent les badauds en quête de stars que sur les écrans des salles de projection du Festival ?

Le spectacle des stars entrant et sortant de lieux inaccessibles au commun des mortels est aussi vieux que le cinéma lui-même. Après tout, ce dont il s’agit, dans le cinéma, c’est d’épiphanies – d’apparitions faites de pure lumière : celle des projecteurs dans les salles, celle des rampes de spots le long des tapis rouges, celles des flashes des paparazzi. Si nous allons au cinéma, c’est pour jouir de ces apparitions, pour avoir le sentiment de partager, ne fût-ce qu’un instant, l’abstraction de leur monde lumineux. Mais lorsqu’elle descend dans la rue, la « star » entraîne encore avec elle quelque chose de cette nature épiphanique des images – même si celle-ci n’existe que dans l’œil de ceux qui la guettent.
 
Comme, en matière d’art, Marcel Duchamp pouvait affirmer que c’est « le regardeur qui fait le tableau », dans le cinéma c’est le spectateur ou le fan qui, par son regard, fait la star. Car, au fond, qu’est-ce qu’un œil, sinon un miroir – et un miroir qui reflète, longtemps après que les projecteurs se soient éteints, la lumière qu’il en a capté ?
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 20/04/2012 - 03:25
quand on voit tous ces ors et
quand on voit tous ces ors et ces paillettes, on comprend que les pauvres, ils avaient vraiment un besoin incontournable des lois HADOPI, ACTA....
Et dire que parmi eux, il y a un grand nombre de chômeurs... au régime des intermittents du spectacle...
Je comprends mieux, pourquoi certaines dans le public, essuient des larmes !
souillot
- 19/04/2012 - 21:05
vous avez dit festival de Cannes ?
J'ai connu les coulisses du festival en tant que membre du service d'ordre dans les années 70 . Je n'ai jamais revu une aussi grande orgie organisée en marge dans les salons des grands hotels cannois . C'était il y a quarante ans . J'aimerais bien savoir ce qu'il s'y passe aujourd'hui, mais ça se passait dans les coulisses .