En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 10 heures 52 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 20 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 43 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 10 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 28 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 46 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 12 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 17 heures 57 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 15 min
Atlanti-culture

Le coup de cœur de la semaine - "La Promesse de l'aube" : une promesse magnifiquement tenue

Publié le 24 décembre 2017
Pierre Niney n'a rien à voir physiquement avec Romain Gary et pourtant il joue bien son rôle, comme Charlotte Gainsbourg exceptionnelle dans celui de la mère de Gary. Un film ambitieux, culotté, et admirablement réussi.
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Niney n'a rien à voir physiquement avec Romain Gary et pourtant il joue bien son rôle, comme Charlotte Gainsbourg exceptionnelle dans celui de la mère de Gary. Un film ambitieux, culotté, et admirablement réussi.

CINEMA

« LA PROMESSE DE L’AUBE » 

d’ERIC BARBIER 

AVEC CHARLOTTE GAINSBOURG, PIERRE NINEY, DIDIER BOURDON, JEAN-PIERRE DARROUSSIN

RECOMMANDATION

EN PRIORITÉ

THEME

Adapté du roman autobiographique de Romain Gary, c’est l’histoire de l’amour fou d’une mère juive, Mina(Charlotte Gainsbourg), pour son fils  Romain (Pierre Niney), qui poussera ce dernier à se surpasser, jusqu’à  vivre mille vies (aviateur, journaliste, diplomate, etc…) et devenir  un écrivain parmi les meilleurs. La saga, qui va se dérouler sur plus de trente ans et dans plusieurs pays se déploie sur  trois parties.

Dans la première, y sont narrées les années difficiles que le petit Romain passe à Varsovie, auprès de sa mère, aussi étouffante que tourmentée et  qui tente de les faire vivre tous les deux en tenant une boutique de haute couture, d’abord florissante, puis « périclitante ».

La deuxième est consacrée aux années de l’exil en France, à Nice, où le jeune Romain essaie de s’affirmer auprès de sa mère envahissante, devenue gérante de pension de famille.

La dernière partie est celle de l’émancipation. Sous le prétexte de poursuivre des études,  Romain s’arrache à sa mère, monte à Paris, s’initie à l’amour, se lance dans la carrière d’écrivain, et s’enrôle comme aviateur dans la deuxième guerre mondiale.

En deux heures et onze minutes passionnantes et intenses, ce film ambitieux et populaire (dans le meilleur sens du terme), nous aura emmené dans cinq pays et fait vivre des aventures tour à tour grandioses, spectaculaires, intimistes, cocasses et bouleversantes.

POINTS FORTS

Il a sans aucun doute fallu une bonne dose d’inconscience et un petit grain de folie à Eric Barbier pour oser s’attaquer à ce chef d’œuvre de la littérature qu’est La Promesse de l’Aube. Non seulement parce que, justement, c’est une œuvre majeure et donc, une de celles auxquelles les puristes n’aiment pas que l’on touche, mais aussi parce que, nous emmenant sur trois décennies dans plusieurs pays, elle est d’une ambition romanesque rare. Porter ce roman à l’écran sans le déprécier, impliquait qu’on en respecte la tenue stylistique, qu’on le restitue dans toute ses dimensions (intimiste, épique et passionnelle) et que, de sa première à sa dernière image, la version filmée  suscite la même émotion que le livre à chacune de ses pages.

Disons-le d’emblée, Eric Barbier a réussi son pari. Scénario, dialogues, photo, cadrages, son film est à la hauteur du roman.

Formellement, il est très beau et, que ce soit de la Pologne triste et enneigée des années 20 à la Côte d’Azur ensoleillée de l’Entre Deux-guerres, en passant par le sombre Londres des années 40… Tout y respire l’authenticité.

 Sous chacun de ses plans, on perçoit ce qui  a constitué la matière première du livre, à savoir l’amour passionné, unique, exclusif et tellement ambitieux d’une mère pour son fils. Même quand  Mina n’est pas physiquement à l’écran, on ressent sa présence.

Cette sensation est due au scénario, mais aussi, et surtout peut-être, à Charlotte Gainsbourg qui s’est emparée de Nina avec une puissance émotionnelle saisissante. Vieillie, affublée d’une perruque grisonnante, alourdie par de faux seins tombants, la comédienne, qui joue avec un léger accent polonais est bluffante. Elle « est » Mina, cette mère excessive, qui dévore son fils dans l’élan irrépressible de sa passion. A quarante-six ans, Charlotte Gainsbourg a trouvé là son plus beau rôle. Il serait inconcevable qu’elle ne soit pas nommée aux Césars.

 Dans le personnage de son fils, celui de Romain Gary en route pour sa légende, Pierre Niney, tout en justesse et en subtilité, confirme qu’il est décidément l’un des meilleurs comédiens de sa génération.

A noter aussi la formidable prestation de Didier Bourdon, qui campe, assez génialement, un saltimbanque alcoolo. Celle aussi de Jean-Pierre Darroussin qui habite avec sa douceur et son humanisme habituels, Zaremba, le peintre  qui fut le timide amoureux de Mina.

POINTS FAIBLES

Il est rare qu’un film de plus de deux heures tutoie, de bout en bout, le chef d’œuvre. Cette version Barbier de la Promesse de l’Aube se fait, ici, un peu trop mélodramatique, là, un peu trop emphatique. Mais c’est furtif, véniel, et ne déclasse pas ce très grand film.

EN DEUX MOTS

Il est difficile de ne pas se laisser emporter par cette Promesse de l’Aube. Mélangeant drame intimiste, récit d’émancipation et épopée picaresque, cette fresque monumentale renoue, par son ampleur et son envergure, avec ces films épiques de la grande époque desOuest-Est et autre Indochine de Régis Wargnier.

Il faut dire que ce film s’est donné les moyens de son ambition: un scénario très travaillé, des dialogues d’une haute volée, une distribution cinq étoiles et un budget suffisamment colossal qui a permis de n’escamoter aucune des séquences importantes du livre dont il est tiré.

On en sort, avec l’envie impérieuse de relire Romain Gary.

UN EXTRAIT

« Dans La Promesse de l’Aube, le vrai et le faux, le réel et l’imaginaire  se mélangent tout le temps. C’est un récit autobiographique où la mémoire est sublimée, les souvenirs reconstruits. Des épisodes du livre que j’imaginais faux se sont révélés exacts, et d’autres évènements très importants de sa jeunesse, découverts depuis l’ouverture des archives de Wilno en 2014 pour le centenaire de sa naissance, ne sont jamais mentionnés… Il (Gary) puise dans la matière réelle de son passé, mais il la transcende pour la rendre épique, extraordinaire ». (Eric Barbier, réalisateur).

LE REALISATEUR

Né à Aix-en Provence le 29 juin 1960, fasciné par le cinéma dès son plus jeune âge, Eric Barbier  intègre l’Idhec à l’âge de 19 ans, l’occasion pour lui de lier connaissance avec Eric Rochant ou Arnaud Desplechin; de réaliser, aussi, quelques courts métrages.

En 1985,  le tout jeune cinéaste se lance dans le pré-film du Brasier, une fresque historique monumentale sur l’univers des mineurs dans la France des années 30. Ce projet, pharaonique,  qui mettra six années à aboutir, se soldera par un échec commercial, en dépit de son couronnement par le Prix Jean Vigo 1991.

Eric Barbier va attendre 9 ans pour réaliser son deuxième long métrage. C’est Torero, qui est une plongée dans l’univers de la corrida. Sept ans après, c’est le Serpent, un thriller noir avec Clovis Cornillac et Yvan Attal, comédien qu’il retrouve en 2014 pour le Dernier Diamant,  qui, malgré ses qualités, ne pulvérisera pas non plus le box office.

Le cinéaste revient donc cette année avec La Promesse de l’Aube, tiré du livre de Gary, qui avait déjà inspiré en 1970 à Jules Dassin une adaptation cinématographique avec Mélina Mercouri et Assi Dayan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires