En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Bonnes feuilles
Liste de destinations favorites des objets perdus
Publié le 30 décembre 2017
Les clés de la voiture ? Quelque part... Vos chaussettes ? Toutes divorcées... Votre chambre ? Une ambitieuse reconstitution du chaos originel… C'est un fait : vous êtes bordélique. Pourquoi lutter contre votre nature ? La tendance au désordre n'est pas une maladie incurable : quoi qu'en disent les obsédés du rangement, le bonheur peut aussi se trouver dans une maison "déstructurée" et un quotidien pas tout à fait réglé au millimètre. Extrait de Je ne suis pas bordélique, je suis créative de Candice Kornberg Anzel et Jessica Cymerman publié aux Editions Librio. 1/2
Maman de deux garçons et blogueuse, Candice Kornberg Anzel distille ses conseils déculpabilisants sur le site FamilyDeal et amuse plus de 370 000 fans sur sa page Facebook "Parents imparfaits". Elle est l'auteure de Avant j'avais une vie,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maman de quatre enfants, Jessica Cymerman est journaliste et blogueuse. Elle partage ses billets d'humeur, drôles et décapants, sur son blog Serial Mother.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candice Kornberg Anzel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maman de deux garçons et blogueuse, Candice Kornberg Anzel distille ses conseils déculpabilisants sur le site FamilyDeal et amuse plus de 370 000 fans sur sa page Facebook "Parents imparfaits". Elle est l'auteure de Avant j'avais une vie,...
Voir la bio
Jessica Cymerman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maman de quatre enfants, Jessica Cymerman est journaliste et blogueuse. Elle partage ses billets d'humeur, drôles et décapants, sur son blog Serial Mother.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les clés de la voiture ? Quelque part... Vos chaussettes ? Toutes divorcées... Votre chambre ? Une ambitieuse reconstitution du chaos originel… C'est un fait : vous êtes bordélique. Pourquoi lutter contre votre nature ? La tendance au désordre n'est pas une maladie incurable : quoi qu'en disent les obsédés du rangement, le bonheur peut aussi se trouver dans une maison "déstructurée" et un quotidien pas tout à fait réglé au millimètre. Extrait de Je ne suis pas bordélique, je suis créative de Candice Kornberg Anzel et Jessica Cymerman publié aux Editions Librio. 1/2

Un matin comme un autre (sauf que c’était un 29 février, donc ça commençait mal), vous avez remarqué une soudaine pilosité au niveau de vos sourcils, du genre à faire passer François Fillon pour un débutant. Vous vous êtes dit: «OK, pas de problème, je vais m’épiler.» Jusqu’ici, rien de fou.

Irruption dans la salle de bains. Ouverture du tiroir. Éventrement de la trousse de maquillage. Fouille intensive entre un blush, un mascara, un tampon, un rouge à lèvres écrasé. Recherche de la pince à épiler. Vaine. À première vue: l’ustensile n’est pas là. Pourtant, vous l’y aviez rangé l’autre fois. MAIS SIIIIII, juste avant de partir à la soirée de votre copine Adèle. Bon, OK, si la pince n’est pas là, c’est qu’elle doit être dans le sac que vous aviez embarqué ce soir-là. Irruption, ouverture, éventrement, fouille intensive… Elle n’est pas là non plus. Mais vous aviez quel sac, d’ailleurs ? Le petit noir à paillettes ? Le petit noir en velours ? Le petit noir en cuir ? Le petit noir en skaï ?

Vous commencez à avoir des sueurs. Vous puez. Vous réfléchissez. Vos sourcils vous tiennent chaud. Vous n’avez absolument pas l’intention de vous laisser faire par une pince à épiler. Alors, prise d’une folie farfouilleuse à faire frémir le triangle des Bermudes, vous décidez de la traquer partout. Même dans les endroits les plus improbables.

Le frigo

Pourquoi le frigo? C’est le réflexe du bon vivant (= gros morfal) qui, un soir de beuverie ou de fringale nocturne, aurait pu pourquoi pas, malencontreusement, abandonner l’objet entre le Kiri et le brocoli. 

Sous le lit

Pourquoi sous le lit ? Parce qu’il faut bien reconnaître que, en raison d’une flemme de se baisser, on ne regarde jamais en dessous, sauf quand on cherche quelque chose. Statistiquement, on a donc de bonnes chances de trouver des trucs, mais rarement ce qu’on cherche au moment où on le cherche. On y découvre en règle générale de la poussière, des préservatifs, un paquet de gâteaux caché (gros morfal, toujours)…

La poubelle

Pourquoi la poubelle ? Parce qu’on croit à la psychologie et que, en psychologie, c’est ce qu’on appelle un acte manqué. Jeter un objet sans vraiment le vouloir signifierait qu’on n’en voulait plus, en fait. Typiquement, si la pince à épiler est dans la poubelle, c’est qu’à un moment, ne serait-ce qu’une microseconde, vous avez cru que le sourcil touffu serait à la mode dans les mois à venir. Vous avez eu tort, et votre punition, c’est de plonger le bras dans les immondices.

Le panier de linge sale

Un peu comme la poubelle, mais version light niveau cracra (et psychanalyse). Vous ne vouliez pas jeter l’objet, juste le nettoyer. Une fois la main dans les culottes, les chaussettes et autres teeshirts bien dégueus, on a envie de faire un petit vomi, et on se dit que non, en fait, on a dû la mettre ailleurs.

Le cartable de l’enfant

Pourquoi chez l’enfant ? Parce qu’il est possible que, au détour d’un couvrage de livre ou d’une signature de livret, vous ayez fait glisser la pince à épiler, la carte bleue ou la boucle d’oreille au fond du cartable de votre progéniture. Et surtout parce que si c’est le cas, elle se gardera bien de vous le dire, trop heureuse d’avoir un trésor enfoui dans sa besace.

La voiture

Pourquoi la voiture ? Parce qu’une fois c’est là que vous avez trouvé, entre deux miettes, des chewing-gums écrasés et trois mouchoirs, la carte grise que vous veniez de faire refaire pour la troisième fois et le billet de 100 euros que vous aviez eu pour Noël. Certains, parfois, y découvrent même un enfant oublié là pendant quelques années

Le placard à balais

Si vous n’avez pas de placard à balais, le placard à chaussures fera l’affaire (mais si vous n’avez pas de balai, pas étonnant que ce soit le bordel chez vous).

La machine à laver

Pourquoi la machine à laver ? Parce que c’est la suite logique du panier à linge sale: vous n’avez pas suffisamment poussé vos investigations. Reconstituons le cours des événements : on laisse sa pince à épiler dans la poche arrière de son jean, on met son jean à laver à 60, et hop, on récupère un jean riquiqui, avec une pince à épiler qui semble tout droit sortie du Titanic, toute vieillie, toute rabougrie, toute tordue. Attention: l’objet perdu est souvent rancunier et fourbe, sentiments qu’il manifeste en se glissant dans le plastique qui entoure la porte. Notez bien que la carte bleue, contrairement au rouge à lèvres par exemple, passe à la machine.

Les escaliers de votre immeuble

Si vos voisins ne sont pas des voleurs, ils se chargeront de vous la rendre (vous ne la retrouverez certainement pas vous-même, car, comme chacun sait, l’augmentation de la frénésie de recherche est proportionnelle à la sélectivité de la vision, dite «en tunnel»). Si ce sont des voleurs, vous n’en saurez rien, mais, de vous à moi, avoir des voisins qui font de la rétention de pince à épiler, ça craint.

Nulle part

C’est une probabilité immense. Les objets disparus sont voués à rester des objets disparus. Mais à vrai dire, ça dépend un peu aussi de ça: avez-vous ou non passé l’âge de demander à votre maman de chercher pour vous ? Keep the Faith.

Extrait de Je ne suis pas bordélique, je suis créative de Candice Anzel et Jessica Cymerman publié aux Editions Librio

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires