En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Trop vite ?
Ra-len-tis-sez ! En tous cas, c’est ce que vous devriez faire pour avoir une chance de maîtriser le monde de demain
Publié le 12 décembre 2017
Aller vite. Toujours plus vite. Voilà le but de presque toutes nos innovations technologiques. Mais que fait-on de tout ce temps gagné si ce n'est chercher à en gagner encore plus.
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aller vite. Toujours plus vite. Voilà le but de presque toutes nos innovations technologiques. Mais que fait-on de tout ce temps gagné si ce n'est chercher à en gagner encore plus.

Atlantico : En regardant de près nos innovations, toutes ou presque ont pour vocation de nous faire gagner du temps. Les applications de rencontre, le numérique ou encore les moyens de transports (hyperloop évoqué durant la conférence en fait partie). En quoi la vitesse peut-elle être la nouvelle drogue de notre siècle ?

Michaël Dandrieux : Vous n’avez pas tort en mettant cette accélération dans un cadre presque clinique. Comme une sorte de perversion, n’est-ce pas ? Cette acceleration est dans toutes les bouches mais on sent aussi qu’elle contient une part destructrice. On dit qu’elle réduit tous les cycles : On a accéléré les cycles de vie de nos objets, on a rétrécit le temps entre les débuts et des fins des relations amoureuses, et on veut installer l’hégémonie d’une entreprise en quelques mois, pendant que d’autres disparaissent tout aussi vite. Rien ne semble plus important que la nouvelle du matin, mais on sait bien, pourtant, qu’elle sera remplacée par celle du jour d’après. On dit ainsi qu’il y a même une “accélération de l’histoire”.

Qu’est ce que cette fascination pour la vitesse dit de notre époque ? Tout d’abord que nous sommes tributaires du paysage technique qui nous entoure : parce que nous avons pris le rythme de nos objets, et non l’inverse. "Il faut adapter Paris à l'automobile aurait dit Pompidou". Cela veut dire qu'on faut adapter l'habitat de l'homme non pas à lui, à sa vie, mais aux besoins des engins qu'il a construit. Ensuite, cette fascination nous dit que l'esthétique de la vitesse est devenue une valeur, un moyen d’évaluer l’inscription de quelqu’un dans son temps : n’est de cette époque que ce qui est rapide. Ce qui est lent ne serait pas de mode.

Cette acceleration est donc à la fois une cause et une conséquence. D’un côté elle est l’enfant du développement de nos moyens techniques. Le train par exemple, qui a horizontalisé le paysage, réduit la distance qui sépare le “pays” en reliant les villages. L’aviation civile a annulé, presque magiquement, la séparation entre les nations, les cultures et les langues. De sorte que le projet d’aller vite, qui s’est réalisé au 20e siècle, est aussi devenu une valeur positive. Tout ce qui va vite est mieux. Cela fait, pour nos cultures, comme un terreau idéologique à partir duquel nous allons construire la société : travailler vite, se déplacer vite, manger vite...

C’est aussi la raison pour laquelle toutes les esthétiques de l’attente sont vécues comme des contraintes, voire des exercices de pouvoir. Les administrations, les aéroports, les obtentions de visas nous plongent dans une lenteur insoutenable parce qu’elles contreviennent à la promesse de vitesse partout ailleurs diffusée dans la société. 

Quel pourrait-être le risque à termes de ne se concentrer que sur ces "types" d'innovations ?

Je vous disais justement que c’était une perversion. Notre fascination pour la vitesse ne nous force pas à aller plus d’aller vite, mais elle va stigmatiser ce qui sera lent. C’est une chose tout à fait différente : nous n’accélérons plus parce que nous pensons que c’est franchement une bonne idée, nous accélérons parce que nous ne voulons pas rester sur le carreau de l’histoire.

La validation collective de la vitesse a ringardisé les déjeuners familiaux interminables, la “cours” que les amoureux se font avant de se trouver, les muscles issus d’activités physiques utiles. Vous souvenez-vous de ces moments (qui ne sont pas tous finis) où le Fast-food, Tinder et les protéines en poudre des salles de gyms sont devenus “cools” ?

Et donc la vitesse nous permet de ne pas être ringardisés à notre tour. Vous aurez vu néanmoins un retour aux repas traditionnels, aux parades amoureuses classiques et aux activités d’introspection : le yoga, la respiration, la pleine conscience...

Le ralentissement, en ce sens, n’est pas uniquement une question de vitesse, mais aussi de profondeur, d’intériorité, de vide. En complément des logiques de surface et d’apparence, d’extraversion ou d’expression de l’ego, nous allons chercher à resynchroniser la société avec le rythme de l'homme, plus celui de ses machines.

Le changement et l'innovation sont-ils nécessairement synonyme d'accélération du temps ?

Dans notre esprit ils le sont. On regarde l’innovation au travers de la lunette de notre époque et, à partir de là, on juge de la valeur produite : l’innovation est toujours une histoire de rencontre entre une société et des nouvelles techniques. Ainsi, pour nous, l’innovation doit faire gagner du temps.

Je me demande ce que nous ferons de tout ce temps gagné lorsque nous aurons réalisé nos propres innombrables promesses commerciales de vitesse. Quand tout sera fait instantanément. Si nous n’avons pas aussi appris à dépenser ce temps dans la lenteur, dans la lecture, et dans la contemplation du paysage, il pourrait rester une sorte d’agitation vide, un corps social qui convoite le changement pour le changement, et la vitesse de déplacement sans tout à fait savoir vers où il va.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
06.
Se lever la nuit pour faire pipi coûte cher à la société
07.
Nuit d'ivresse : Castaner ministre inflexible, Christophe homme flexible (sur les principes); Laeticia Hallyday renfloue ses caisses; Léa Salamé se retire pour Raphaël, Monica Bellucci s'affiche pour Nicolas, Jennifer Lopez passe tout à Alex Rodriguez
01.
Malgré la dégradation française, l'écart franco-allemand sur les obligations souveraines se resserre
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
La France, cauchemar du terroriste de Christchurch : comment nous avons laissé la question du Grand remplacement se transformer en tragique métastase politique
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
03.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires