En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
Atlanti-Culture
"Ivresse(s)" : Jubilatoire et engagé
Publié le 09 décembre 2017
La nouvelle société générée, entre autres, par le numérique, est-elle en train de nous faire perdre le sens du collectif et le goût de la vie réelle? Une belle pièce de théâtre, pour un grand débat.
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nouvelle société générée, entre autres, par le numérique, est-elle en train de nous faire perdre le sens du collectif et le goût de la vie réelle? Une belle pièce de théâtre, pour un grand débat.
 

THEATRE 

IVRESSE (S)

de Falk Richter

Texte français : Anne Monfort

Mise en scène : Jean-Claude Fall

Avec Roxane Borgna, Jean Marie Deboffe, Jean Claude Fall, Isabelle Fürst, Paul-Frédéric Manolis, Nolwenn Peterschmitt, Laurent Rojol, Alex Selmane

INFORMATIONS

La Cartoucherie de Vincennes 
Route du Champ de Manœuvre - 75012 Paris
Salle Copi
Réservations: www.la-tempête.fr
01 43 28 36 36

Jusqu'au 17 décembre 
Du mardi au samedi 20h30 - dimanche 16h30

RECOMMANDATION 

BON

THEME

 Rausch ("Ivresse" en Français), c'est le titre allemand de cette pièce de Falk Richter, en réalité un montage de 3 textes s'inspirant de faits de société qui favorisent le débat historique et politique, d'où le "s" à Ivresse (s)

Le thème, récurrent depuis plus de 50 ans en Europe, agité périodiquement et frénétiquement à la faveur des soubresauts d'une jeunesse estudiantine et de mouvements socioculturels plus ou moins virulents, reste très actuel (cf. Nuit Debout)

Nous sommes soumis à de telles pressions multiples, pressions économiques, technologiques, médiatiques voire idéologiques (celles-ci juste effleurées par l'auteur), que nos rapports à  l'autre en sont bouleversés, souvent insidieusement : perte de sensibilité, repli sur soi, défaite de la pensée (!)

Assommés d'informations, happés par l'urgence, bousculés par l'émergence à jets continus des applications de l'économie numérique, ivres de consommation, allons-nous pouvoir résister, retrouver le sens du collectif et regoûter le sel de la vie réelle ?

Oui, certes !  Ressaisissons nous, "Cela ne peut plus durer", révoltons nous contre ce "système en crise mais qui jouit de la crise".

 Les cibles sont identifiées, la stratégie de résistance passive sera efficace si elle est "interstitielle", dit l'auteur. Le metteur en scène nous le confirme, sur le ton de la confidence, droit dans les yeux. Face book, Twitter, les Paradise Papers, le capitalisme, sont à combattre en bloc : "1% de la population détient la moitié des richesses de ce monde", "Ne mets pas tout ce qui a de bien en toi sur Face Book". Air connu, changent les paroles ....et les (bons) interprètes.

POINTS FORTS

- Une mise en scène époustouflante dans la troisième partie.
C'est mai  68 revisité devant les grilles d'un Buckingham Palace mythique assaillies par nos jeunes révolutionnaires du 21e siècle, idéalistes, vociférant tout comme leurs ainés, animés par une triplette de "penseurs " interpellant un public bienveillant.
Mise en scène choc, criante de vérité mais délirante de burlesque, boostée par la technologie numérique avec force selfies et grands écrans vidéo; mais restituant en même tant l'atmosphère bon enfant qui régnait à la Sorbonne ou à l'Odéon il y a 50 ans. On se retrouve en finale sous une toute petite tente faite d'un drap blanc éclairée en transparence d'une simple bougie vacillante. Emotion, décalage,  spectacle, une sacrée "performance"!

 - Le jeu des acteurs plongés dans la vrai vie, naturels et attachants, enthousiastes et convaincus.                                                            

- Un moment fort d'intensité dramatique et non dénué d'humour : la séance chez le psychiatre, debout face au public (à 3 mètres), entouré des deux membres d'un couple que manifestement il n'arrive pas à faire communiquer, tels deux autistes pris dans leur bulle

POINTS FAIBLES

 - Lenteur et répétitions. A force de tirer sur la corde des effets spéciaux, elle risque de se rompre. Les meilleures idées sont les plus courtes, d'autant que la litanie des mots et des cris invariants résonne comme une scie vite insupportable aux oreilles des non militants.    

- Exagération dans la déclinaison du concept...Ce qui nuit à la crédibilité. Quels points communs entre la religion catholique (et pourquoi elle seulement ?), les traders de la City, la Deutsche bank et la reine d'Angleterre ? Les Paradise Papers ont bon dos même si sur le fond on peut partager l'exaspération de l'auteur et sa démarche de salubrité

EN DEUX MOTS

 Jubilatoire et engagé. A voir, ne serait-ce que pour la scène finale, fresque foutraque de la contestation d'aujourd'hui et parce que c'est très actuel : l'optimisation fiscale a des limites.

UN EXTRAIT

 "Sincèrement j'attends avec impatience le jour où tout ça va s'effondrer, et où quelque chose de nouveau apparaîtra et on regardera le passé sans comprendre comment on pouvait vivre ainsi, ça, cette vie-là, d'aujourd'hui, ça n'aura plus de sens pour nous tous, on regardera le passé en pensant : comment on pouvait vivre comme ça, ça n'a pas de sens, pourquoi on agissait ainsi, aucun homme normal n'agirait ainsi, et on dira tout simplement : ben oui, c'était comme ça à l'époque."

L'AUTEUR

 Falk Richter, auteur, parfois acteur, traducteur et metteur en scène, est né à Hambourg en 1969. Après des études de mise en scène, il crée sa première pièce à 28 ans, "Tout. En une nuit". En 2003 il lance un projet intitulé "Le système",  paysage du monde contemporain, de ses paradoxes et de ses valeurs perdues, qui incarne bien sa démarche : une écriture de plateau, héritière du théâtre post-dramatique où le travail théâtral et l'écriture se dessinent conjointement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
ivresse(s), culture, théâtre
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gilbert perrin
- 10/12/2017 - 08:56
numérique et mondialisation, dernières phases du ridicule ....
c'est la bêtise humaine en personne, un ministre pour cela ???? les commandes en ligne, la numérisation s'adressent à qui ? ni au peuple d'en bas, ni aux personnes agées, largement dépassées par ce système croire que cela puisse nous conduire au développement commercial local pour tous est de la pure UTOPIE....au contraire, il va dans le sens de l'augmentation du taux de chomage, des fraudes et escroqueries en tout genre et de l'esclavagisme des pus faibles TOUJOURS dans le sens des plus nantis de MOINS en MOINS NOMBREUX : INVERSEMENT PROPORTIONNEL au BUT RECHERCHE ????