En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Atlanti-culture
"Considérations sur la France" : vous ne regretterez pas de vous accrocher
Publié le 25 octobre 2017
Jean-Noël Dibie est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Dibie pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Noël Dibie est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

Considérations sur la France

de Jean-Claude Milner, conversations avec Philippe Petit

Editions du Cerf

270 pages

 

RECOMMANDATION

BON

THEME

Dans ce livre d’entretiens, J.C. Milner, cherche à saisir et anticiper la place de la France en Europe.

Le Prologue permet à l’intellectuel de gauche, de regretter que, dans l’Europe des Vingt-sept, « devenue un principe d’instabilité », la France ait « choisi de nier ses racines révolutionnaires et républicaines ». La dynamique sociétale voulant que, « une société qui ne se transforme pas est une société qui meurt », le philosophe déplore que la société française ne se réforme pas. Oubliant la politique, des réformateurs, à l’écoute des sociologues, se contentent d’adapter les institutions.

Le chapitre 1, A la lumière de Montesquieu, pose la problématique du débat sous l’éclairage des grands principes des Lumières.  La discussion distingue le pouvoir politique, qui crée les règles, du pouvoir des corps intermédiaires qui organisent « la rencontre entre les règles et les individus ». Passant en revue les corps intermédiaires de la société française, Milner constate, notamment : que les enseignants sont devenus « un corps de métier » ; que l’autorité judiciaire constitutionnelle cherche à instaurer un pouvoir judiciaire ; que l’administration, bénéficiaire de l’effacement de l’Eglise et de l’Armée, installe « une société de permissions et d’interdictions ».

Le chapitre 2, Les traces de l’histoire longue, est dédié aux mutations des composantes de la société française des Droits de l’Homme, qui « ne font pas la politique …, mais peuvent imposer des limites à la politique ». La petite bourgeoisie intellectuelle a dû composer avec la bourgeoisie salariée et les notables, élargis à l’élite de l’administration. 

Le chapitre 3, Les traces de l’histoire récente, aborde les ruptures sociales et sociétales résultant de la défaite de 1940 et des guerres coloniales. Parmi celles-ci, le débat fait ressortir la mutation des historiens qui, leur matière étant devenu une science, s’interdisent de juger, alors que les journalistes le font. Il met, également, en exergue l’introduction du modèle méditerranéen dont la solidarité familiale valorise la loi du plus fort.

Le chapitre 4, Les traces résiduelles de l’Etat-Nation, met en lumière l’ambivalence de la France et des français. Ambivalence à l’égard de l’Etat et de la Nation, malmenés par la construction européenne. Ambivalence à l’égard de l’école, chahutée par des « réformologues » qui n’ont pas perçu l’importance qu’il y avait à « séparer radicalement les savoirs et la transmission ». Ambivalences à l’égard de la langue, « le français n’est plus un accélérateur de circulation des idées », mais aussi de la culture et des compétences particulières. Ambivalences à l’égard de la victoire militaire, constante de l’Histoire de France, mais aussi de la réussite économique, « la société française se méfie de toutes les formes de réussite quand elles affectent l’appartenance de classe ».

Après avoir, ainsi, « pris le pouls de la société française », J.C. Milner, relèvant le paradoxe entre « la platitude de l’encéphalogramme socio-politique » et « l’inventivité, l’énergie la combattivité des individus », estime que « la politique aura à réaffirmer en démontrant, si elle le peut, que certaines questions échappent à la technique ».

POINTS FORTS 

Une réflexion riche des travaux antérieurs des auteurs.

POINTS FAIBLES

Je n’en ai pas perçu, si ce n’est : la nécessité d’une attention très soutenue, propre à ce type d’essais ; quelques redites imposées par le plan retenu ; et l’engagement connu des auteurs.

EN DEUX MOTS

Je me suis accroché, je ne le regrette pas.

UN EXTRAIT

Ou plutôt trois:

Page 23.  « Seule la politique rompt avec la force ; plus exactement elle commence quand elle exclut la force comme mode unique d’avoir raison. » 

Page 101.  « …elle (la petite bourgeoisie intellectuelle) ne produit plus d’idées neuves en politique. Or, sa vie était politique. »

Page 168 « La question de la souveraineté … Je ne vois guère que les pays d’Europe occidentale pour avoir fait mine de la mettre en suspend… L’Europe parle comme une grande ONG. Or, elle n’est pas une ONG, elle parle donc nécessairement faux. »

LES AUTEURS

Jean-Claude Milner, né à Paris en janvier 1941, a étudié au lycée Henri IV, à l’Ecole Normale Supérieure et au MIT. Cet intellectuel de gauche, un temps maoïste, docteur d’Etat, professeur des Universités, linguiste, philosophe et essayiste, a beaucoup publié.

- Philippe Petit, né à Neuilly sur seine en 1951, journaliste - Le Monde, Libération, Marianne…-, animateur - « Les chemins de la connaissance » sur France Culture, et philosophe, a publié une trentaine de livres d’entretien.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
06.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires