En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Atlanti-culture
Superbe évocation de la fin d'un monde
Publié le 23 décembre 2016
L'Ancien Régime avait ses défauts et ses tares, mais les privilégiés y jouissaient d'un art de vivre qui n'a peut-être jamais été égalé. C'est l'impression que laisse le dernier livre, remarquable, de Benedetta Craveri.
Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ancien Régime avait ses défauts et ses tares, mais les privilégiés y jouissaient d'un art de vivre qui n'a peut-être jamais été égalé. C'est l'impression que laisse le dernier livre, remarquable, de Benedetta Craveri.

LIVRE

Les derniers libertins

de Benedetta Craveri

Ed. Flammarion

 

L’AUTEUR

Benedetta Craveri professe la littérature française à l’Université Suor Orsola Benincasa de Naples. Elle est spécialiste du XVIIème et du XVIIIème siècle et a reçu, il y a dix ans,  le prix du rayonnement de la langue et de la littérature françaises pour l’ensemble de son œuvre.

THEME

A travers le portrait de quelques uns de ses membres, c’est le tableau de la société aristocratique des dernières années de l’Ancien Régime, cette société dont Talleyrand disait que ceux qui ne l’avaient pas connue ignoraient la douceur de vivre. Auparavant, Madame Craveri a consacré plusieurs ouvrages à cette période, sur Mme du Deffand, Marie-Antoinette, l’art de la conversation ou encore le pouvoir des femmes, reines et favorites.

POINTS FORTS

Quelle érudition ! Notre auteur connaît le moindre recoin des lettres de madame de Staël ou des mémoires du prince de Ligne ou du duc de Lauzun.

Le tableau qu’elle peint est incroyablement vivant; le lecteur a l’impression de pénétrer dans les alcôves, de suivre Ségur dans la découverte de la Crimée avec Catherine II, ou encore de regarder Chamfort à son écritoire.

La construction du livre est subtile. Plutôt que de consacrer une monographie à chacun des personnages qu’elle a sélectionnés, Benedetta Craveri limite la présentation de chacun d’entre eux à la période pré-révolutionnaire; elle mêle ensuite dans le même chapître la description de leur destin pendant et après la Révolution, créant de ce fait une sorte de suspense pour le lecteur qui ne connaît pas intimement le destin de Brissac ou celui du comte de Vaudreuil.

L’ouvrage fournit en creux une grille d’analyse de la Révolution et de ses causes, en montrant combien cette société brillante et codée constituait un aboutissement, indépassable dans sa vanité et totalement coupée du reste de la France.

Enfin le point de vue duquel elle se place offre une perspective originale sur les premières années de la Révolution : comment les officiers aristocrates formaient l’ossature du commandement des armées révolutionnaires, comment ces aristocrates qui avaient émigré, sont revenus en France, au mépris du danger, pour éviter le bannissement perpétuel et la confiscation de leurs biens, comment royalistes constitutionnels et libéraux et royalistes absolutistes ont entretenu une haine inexpiable…

Enfin, tout cela se lit formidablement bien.

POINTS FAIBLES

Il faut probablement bien connaître l’histoire de la seconde moitié du XVIIIème siècle, pour apprécier à sa juste valeur cet ouvrage et en tirer la substantifique moelle...                                                                                       

EN DEUX MOTS

Un beau sujet de réflexion sur la fin d'un monde trop parfait dans son essence pour trouver les voies de son avenir.

UNE PHRASE

(Après le 9 Thermidor) « Les acrobaties verbales raffinées du plus aristocratique des auteurs français de comédie (le vicomte de Ségur) annonçaient la fin d’un long cauchemar, mais tout le monde savait qu’il n’existait aucun passé auquel faire retour et que rien n’était joué pour l’avenir. »

 RECOMMANDATION

 EXCELLENT Excellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
07.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 24/12/2016 - 09:47
excellent bouquin sauf le titre
"libertins" c'est pour attirer le lecteur du politiquement correct "pré-Trump"