En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 7 heures 16 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 12 heures 41 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 13 heures 1 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 13 heures 42 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 14 heures 51 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 6 heures 59 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 8 heures 6 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 12 heures 4 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 12 heures 53 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 14 heures 7 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 15 heures 48 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 16 heures 26 min
Péché parmi d'autres points forts, on y apprend que la théorie du fondamentalisme islamique est née en pleine Allemagne nazie.
Péché parmi d'autres points forts, on y apprend que la théorie du fondamentalisme islamique est née en pleine Allemagne nazie.
Atlanti-culture

L'un des dix meilleurs essais de l'année 2016

Publié le 13 décembre 2016
Si vous voulez découvrir, au-delà des clichés, ce qui est vraiment en train de bouger dans la jeunesse de notre société, lisez l'ouvrage d'Alexandre Devecchio. C'est très documenté, intelligent, provocant, indépendant d'esprit et passionnant.
Bertrand Devevey pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si vous voulez découvrir, au-delà des clichés, ce qui est vraiment en train de bouger dans la jeunesse de notre société, lisez l'ouvrage d'Alexandre Devecchio. C'est très documenté, intelligent, provocant, indépendant d'esprit et passionnant.

LIVRE

Les nouveaux enfants du siècle. Djihadistes, identitaires, réacs, enquête sur une génération fracturée

d'Alexandre Devecchio

Ed. du Cerf

324 pages

L'AUTEUR   

Alexandre Devecchio a 30 ans. Journaliste au Bondy blog puis sur le site Atlantico, il anime le site FigaroVox. Son livre, qui est sa première "grande" publication, s'intéresse à une jeunesse qu'il connait bien, celle des banlieues où il a vécu, celle des déclassés, des "petits blancs", praticiens de la mixité et de l'intégration. 

Comme c'est un homme qui ne pratique pas la langue de bois, il n'a pas que des amis dans le microcosme journalistique. Pour défendre une expression pluraliste et non diabolisée des idées "non politiquement correctes",  il a "cofondé", avec la journaliste Natacha Polony, le comité Orwel, dont l'un des buts est de redonner de la crédibilité au métier de journaliste.

THEME 

Ces 10 dernières années ont vu monter puis s'exprimer, dans le camp des jeunes adultes, de nouvelles radicalités. Jeunes des banlieues défavorisées issus de l'immigration, jeunes d'origine européenne isolés dans les périphéries des grandes villes, jeunes bobos et cathos prompts à engager le débat et à se mobiliser pour une société plus juste et moins libérale… tous forment la toile des futurs dirigeants du pays. Pour autant, de grandes lignes de fracture les séparent, des tentations de l'extrémisme islamique  aux réflexes nationalistes et xénophobes, la quête de valeurs et de sens à priori antinomiques (la communauté universelle de l'islam contre la revitalisation des valeurs chrétienne). Pourtant, la mise en cause du modèle libéral et de la vacuité du présent les rassemble. 

Alexandre Devecchio leur donne la parole, dans leur radicalité autant que dans leur doute, avec la distance de celui qui observe et qui veut comprendre. Il nous propose une dissection méticuleuse de l'engagement de ces jeunes "activistes".

POINTS FORTS 

1- Une introduction claire, qui pose bien le sujet.

2- Une enquête. Extrêmement documentée, argumentée, organisée, forte d'analyses qui peuvent ne pas plaire. Mais dont on ne peut reprocher le manque de fond et de sources - extraits de livres, articles ou tribunes qui illustrent et enrichissent le propos. On y croise,  parmi les très nombreux auteurs cités, des "jeunes" : François Xavier Bellamy (les Déshérités), Fabrice Hadjadj (Qu'est ce qu'une famille), Mathieu Bocke-Coté (le Multiculturalisme comme religion politique), et des "moins jeunes", Boualem Sansal (2084), Eric Zémour, Michel Houellebecq, Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Gilles Kepel, Olivier Roy et beaucoup d'autres. Ça remue !

3- Zéro langue de bois ! On donne la parole aux jeunes déracinés des cités, aux militants souverainistes, aux Veilleurs et aux Nuits debout. On parle des échecs de l'intégration et de ses conséquences, on donne la parole à ceux qui rêvent de l'Oumma, à ceux qui vivent le racisme antiblanc et se font traiter de "colons" et/ou de "Kouffar" (mécréant, non croyant). On y parle aussi  d'un antisémitisme qui n'est pas ou plus d'extrême droite bien que le discours politique reste bloqué sur ce stéréotype.

4- Des "découvertes". Péché parmi d'autres points forts, on y apprend que la théorie du fondamentalisme islamique est née en pleine Allemagne nazie. Un peuple élu et pur, une nation (l'Oumma), un chef ou un prophète, une loi qui guide l'intégralité de la vie des hommes. La traduction en allemand n'est pas nécessaire pour se rendre compte de la filiation idéologique.

5- Une invitation à l'autocritique. Au delà de la révolte des jeunes d'origine magrébine (qui n'est pas le seul sujet du livre, mais son déclencheur), on s'interroge sur ces jeunes en quête de sens. De Marion Maréchal Le Pen aux  Veilleurs et Nuits debout, Devecchio nous invite à réfléchir au leg de 1968, au culte de la jouissance, de la liberté, et au vide métaphysique du monde libéral. Ce monde, en paraphrasant ses termes, dans lequel la tension existentielle se limite (souvent ?) à attendre la nouvelle version de l'Iphone, la future émission de téléréalité, le prochain match de foot ou à se désespérer des fluctuations de l'euro.

POINTS FAIBLES 

Ce livre a les défauts de ses qualités :

1- Dense, dense, dense, mais pas indigeste.

2- On y parle de tensions, de fractures, de révoltes, des bonnes raisons de liquider les mécréants... Alors, attention, il n'est pas incongru de prévoir un solide remontant, ou de revoir "Les Choristes" ou "la Guerre des boutons", voire "Microcosmos".

3- Le livre passe un peu à coté de la jeunesse de sensibilité de gauche. On y parle bien des "Nuits debout" et de leur sens si particulier du dialogue participatif (qui valut à Alain Fienkelkraut et quelques autres un accueil des plus inamicaux), mais on reste un peu sur sa faim sur ce sujet.

EN DEUX MOTS 

Ce livre est provocant, dans le bon sens du terme. Devecchio y parle sans complexe de territoires perdus, d'aspirations identitaires, de traditions et de clochers, de quête de sens, de famille, d'histoire de France, de religions, d'éducation, d'engagements ou de réveils. Porté par les témoignages, on navigue entre l'étonnement et la consternation, entre l'incrédulité, la déprime et l'espoir. C'est un livre, que certains diront de parti pris, mais vraiment essentiel pour comprendre les complexités de cette génération née autour des années 90.  

Son regard sur la jeunesse d'aujourd'hui éclaire sur les conséquences de la victimisation et de la repentance, et d'un système éducatif "déraciné", géniteurs des générations Dieudonné, Zemour et Michéa (philosophe moraliste défenseur d'un socialisme "réellement" solidaire). 

Aux cotés des héritiers de mai 68, Papy Winner et Baby loosers, frontistes, Identitaires, jeunes chrétiens activistes, entristes ou nouveaux pourfendeurs de la classe politique traditionnelle, il nous propose un regard neuf sur une génération qui balance entre engagement et affrontement. 

"Là ou croit le péril, croit aussi ce qui sauve", dit Hölderlin. Il se dessine un nouveau discours, fait d'enracinement dans des valeurs, religieuses ou athées, républicaines, antilibérales, mais pas antidémocratiques. Un vent de renouveau que la classe politique a peut-être déjà découvert à ses dépends ?

UNE PHRASE

Ou plutôt plusieurs extraits: 

- "La sempiternelle mise en accusation d'une France "raciste et islamophobe" est… non seulement fausse, mais également irresponsable. Les discriminations systématiques dénoncées par certains représentants de la communauté musulmane et une partie de la gauche et de l'extrême gauche, qui voit dans les populations d'origine immigrée un prolétariat de substitution, n'ont jamais été étayées. Les chiffres avancés… étant régulièrement contredits par ceux du Ministère de l'intérieur". (P 103)

- "Olivier Roy n'a pas tord  d'évoquer la révolte d'une génération sans but, souvent ignorante de l'islam réel… Daesh, "un produit de notre modernité". Oui, le malaise d'une civilisation sans espérance fait que l'anéantissement de Daesh ne suffira pas à éteindre la violence de cette jeunesse". (P105)

- "Comme le dit Alain Finkielkraut, la Manif pour tous aura au moins montré que "la jeunesse de France n'est pas réductible à Canal+ et aux banlieues". ( P 220)

- "A partir de 1968, tout héritage devient réactionnaire. Il faut tuer les pères et les maîtres, bannir l'histoire et la mémoire, conjurer le passé, en finir avec une transmission forcement bourgeoise et fascisante".(p284)

- "En 1996, dans "Le droit au sens", un ouvrage méconnu qui mérite d'être relu à la lumière d'aujourd'hui, François Bayrou avait pressenti : "… et si en analysant cette crise, nous nous trompions de verbe ? Et si la crise était une crise du verbe "être" au lieu du verbe "avoir ?" ... (P303)

RECOMMANDATION

En prioritéEn priorité

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires