En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 10 heures 58 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 18 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 22 heures 29 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 14 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 18 heures 10 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 21 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 22 heures 44 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 17 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 17 heures
© President and Fellows of Harvard College
Bazille, metteur en scène d'images, porte avec audace dans cette série de tableaux le projet de la modernité dans la représentation du nu réaliste en plein air, loin du nu académique peint en atelier.
© President and Fellows of Harvard College
Bazille, metteur en scène d'images, porte avec audace dans cette série de tableaux le projet de la modernité dans la représentation du nu réaliste en plein air, loin du nu académique peint en atelier.
Atlanti-culture

Et s'il avait vécu plus longtemps ?

Publié le 06 décembre 2016
Pascal Duthuit pour Culture-Tops.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Duthuit est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Exposition

Frédéric Bazille, la jeunesse de l'impressionnisme

Informations

Musée d'Orsay

1, rue de la Légion d'Honneur

75007 Paris 

www.musee-orsay.fr

Niveau 5, espace d'exposition temporaire

Jusqu' au 5 mars 2017

Tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h; le jeudi, jusqu'à 21h45.

L'artiste

Né le 6 décembre 1841 à Montpellier au sein d'une famille de la grande bourgeoisie protestante, Frédéric Bazille commence des études de médecine pour satisfaire sa famille tout en s'initiant au dessin au contact des chefs-d’œuvre du musée Fabre.

En 1862, à vingt ans, il quitte Montpellier pour poursuivre ses études de médecine à Paris, études qu'il va pourtant abandonner rapidement.

Il s'inscrit à l'atelier du peintre suisse Charles Gleyre où il rencontre Claude Monet, puis Auguste Renoir et Alfred Sisley. 

En 1864, Bazille quitte l'atelier de Gleyre pour peindre désormais librement dans son propre atelier, aux côtés de Monet.

Très vite, il va intégrer le groupe des artistes de son temps au cœur des grands problématiques de la peinture d'avant-garde des années 1860, qui  donnera le jour au mouvement des Impressionnistes.

Malheureusement il meurt au combat le 28 novembre 1870 à Beaune-la-Rolande (Loiret), quelques jours avant son vingt-neuvième anniversaire.

L'impressionnisme naîtra officiellement quatre ans plus tard, en  1874...

Thème

Les années 1860 furent sans doute parmi les plus décisives de l'histoire de l'art. L'exposition, qui réunit la quasi-totalité des œuvres peintes attribuées à Frédéric Bazille - quarante-cinq sur une soixantaine - permet une approche chronologique exhaustive de la courte carrière du peintre stoppée brutalement par sa mort au combat. 

Pourtant le propos de l'exposition n'est pas purement monographique car elle mêle les œuvres de Bazille à celles des autres artistes de son temps, comme Delacroix, Courbet, Manet, Monet, Renoir, Fantin-Latour, Guigou, Scholderer ou encore Cézanne (une quarantaine d’œuvres) .

A travers cette confrontation en sections thématiques et chronologiques à la fois, l'exposition place l’œuvre et le travail de Bazille en perspective de celle de ses contemporains. Au cœur du défi de cette oeuvre d'avant-garde qui ambitionne de rénover la peinture, Frédéric Bazille cherche, innove et s'engage dans des chemins jamais empruntés auparavant.

Malgré sa très courte vie, Frédéric Bazille est honoré là par une rétrospective internationale, fruit d'une belle collaboration entre le musée d'Orsay, le musée Fabre de Montpellier et la National Gallery of Art de Washington.

Bazille est enfin redécouvert à travers cette exposition qui le replace parmi les plus célèbres artistes contemporains de son temps. 

La profonde originalité de son inspiration, sa modernité saisissante contribuèrent largement à l'émergence de l'impressionnisme. 

Points forts

La confrontation, tout au long du parcours de cette exposition rétrospective, des œuvres de Bazille avec les artistes contemporains est passionnante. Tout d'abord avec ses maîtres: Delacroix et Courbet, puis avec ses amis : Manet, Monet, Renoir, Sisley, Fantin-Latour... 

Le parcours chronologique en sections thématiques est très clair et nous aide à comprendre comment tous ces artistes, au fort tempérament indépendant, ont su s'extraire de la tradition pour rénover la peinture en travaillant dans un écheveau d'amitié, se servant souvent de modèle l'un pour l'autre et partageant le même atelier.

Cette osmose est permanente tout au long du parcours grâce à la mise en correspondance sur les cimaises des œuvres de Bazille avec celles de ses contemporains et amis.

Intrusion de la technologie, une table numérique tactile, présente dans une salle, permet de découvrir les traces d'un tableau disparu "sous" une composition plus tardive, grâce à la technique de la radiographie. Cet apport de modernité aide beaucoup à la compréhension des techniques et de l'histoire de l'art.

Comme tous les artistes de l'époque, Bazille s'exerce avec brio aux natures mortes et trophées de chasse qui sont souvent des tableaux de commande liés au mécénat bourgeois du Second Empire. Mais le choc de l'exposition ( salle 7 et salle 8 ), qui nous ravit, ce sont vraiment ses "figures au soleil" et le "Nu moderne", tableaux emplis de modernité et d'une fougue lumineuse et colorée. 

Bazille, metteur en scène d'images, porte avec audace dans cette série de tableaux le projet de la modernité dans la représentation du nu réaliste en plein air, loin du nu académique peint en atelier. Ces peintures préfigurent l'intérêt de Cézanne pour le même thème, avec les "Baigneurs".

A la fin de ce parcours, nous nous interrogeons et nous mettons à rêver : Que serait devenu Bazille s'il avait vécu plus longtemps, comme ses amis Monet et Renoir ?

Points faibles

Le choix du 5ème étage pour cette belle exposition est  dommage. Les chefs d’œuvres réunis auraient vraiment mérités de baigner dans une lumière naturelle, notamment pour la "Vue du village", "Scène d'été"ou encore la "Réunion de famille", afin d'y retrouver le temps suspendu et l'inertie de la mélancolie évoqués par les tableaux de l'artiste. 

En deux mots

La courte carrière de Frédéric Bazille se devait d'être honorée par un musée national français.

Bazille: une vision esthétique, inventive et idéaliste qui incarne les premiers pas de la modernité des Impressionnistes rejetés par l'art officiel des institutions de l'époque. 

Une phrase

" J'espère bien, si je fais quelque chose, avoir au moins le mérite de ne copier personne " (Frédéric Bazille)

Recommandation

ExcellentExcellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires