En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Le récit est structuré autour de la vieillesse, de la mort, de l’enterrement de Man Ninotte, ce qui permet une réflexion aussi bien sur la petite enfance de l’auteur que sur les origines de la Caraïbe, des Amériques, de l’humanité.
Atlanti-culture

Nous avons tous quelque chose de Chamoiseau

Publié le 17 novembre 2016
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

Livre

"La matière de l’absence"

de Patrick Chamoiseau

Ed. du Seuil

372 pages

21 €.

L'auteur

Né le 3 décembre 1953 à Fort-de-France (Martinique), Patrick Chamoiseau est journaliste et écrivain. Après des études en métropole et inspiré par les travaux de l’écrivain- poète- essayiste Edouard Glissant (1928- 2011), il rentre en Martinique et travaille, pendant quelques années, comme éducateur à l’Administration Pénitentiaire. Intéressé par la culture créole et après un conte pour le théâtre paru en 1981 (« Maman Dlo contre la fée Carabosse »), il publie son premier roman en 1986 : « Chronique des sept misères ». En 1992, il reçoit le prix Goncourt pour son quatrième roman, « Texaco », qui raconte l’épopée du petit peuple martiniquais à travers l’histoire des habitants d’un bidonville près d’une raffinerie de Fort-de-France.

Patrick Chamoiseau qui publie cet automne ce dixième roman (« La matière de l’absence ») est également réputé pour des essais (dont « Eloge de la créolité »- 1989, en collaboration avec Jean Bernabé et Raphaël Confiant), une autobiographie en trois volumes (« Une enfance créole »), deux bandes dessinées et cinq scénarios pour le cinéma.

 Thème

L’Histoire est parfois aussi mesquine que maligne. Ainsi, le 31 décembre 1999, meurt Man Ninotte, la mère de l’écrivain Patrick Chamoiseau. Seize ans plus tard, il commente : « La mort de quelqu’un qu’on aime a ceci de paradoxal, c’est qu’au moment de la disparition, on a une absence qui se crée, une absence à la mesure du sentiment qu’on éprouvait pour cette personne, et cette absence est pleine… »;

Cette mort, cette disparition de la mère, assure le romancier, lui a permis de comprendre certaines choses d’une manière philosophique et poétique; ce qui l’a amené à écrire « La matière de l’absence ». Il y a, dans ces pages, bien sûr la vie et le souvenir de cette femme si pleine d’énergie, de lyrisme. Il y a aussi le peuple antillais- un thème récurrent dans l’œuvre de Chamoiseau… Il y a aussi la sœur, dite « la Baronne ». Et par touches quasi impressionnistes, sont évoqués la cale des bateaux négriers, le cauchemar de l’esclavage dans les plantations et la résistance qui s’y développera. 

Le récit est structuré autour de la vieillesse, de la mort, de l’enterrement de Man Ninotte, ce qui permet une réflexion aussi bien sur la petite enfance de l’auteur que sur les origines de la Caraïbe, des Amériques, de l’humanité.

Points forts

-Un texte (un roman ? un récit ? une réflexion philosophique ?) avec plusieurs niveaux de lecture possible. Le premier : un frère et une sœur se racontent, lors d’une visite au cimetière sur la tombe de leur mère, comment ils vivent sa disparition. Et aussi ce que leur mémoire a produit autour de cette disparition…

-Les belles évocations du temps de l’enfance avec le goût de la banane jaune cuite à l’eau, les fleurs du dimanche, les conteurs créoles ou encore les marchandes sorcières… sans oublier la peur des zombies…

-L’habileté et la maîtrise avec lesquelles Patrick Chamoiseau ouvre l’angle de la réflexion, passant du personnel à l’universel (par exemple, les « en-dessous qui hurlent » du peuple antillais).

-La cohabitation parfaitement dosée de l’intellectualisme du narrateur et de la dérision de sa sœur, « la Baronne ».

-L’« intime grandiose » magnifié par le style tout en grâce et simplicité de Patrick Chamoiseau.

Points faibles

La « tromperie sur marchandise » ! En effet, « La matière de l’absence » est présenté, sous le titre, comme « roman ». On le comprend, c’est faux : ce livre est un récit autobiographique assaisonné à la sauce de l’essai poétique.

En deux mots

         Ça commence avec un deuil personnel: la mort de la mère. Et naturellement ça en vient à l’universel. Ainsi, « La matière de l’absence » rappelle que Patrick Chamoiseau est un maître dans l’art du brassage des cultures et de la réflexion philosophique. Un récit-essai important, dont on peut parier qu'il restera comme  un classique…

Une phrase

Ou plutôt un extrait:

« Qui le premier a utilisé le terme « disparu » pour désigner un mort ? Qui le premier a abandonné l’idée de « sommeil », de « voyage », de « repos éternel », de « passage » vers une autre rive, pour se concentrer sur la « disparition » ? Jamais terme ne m’a semblé aussi adapté à ce qu’il veut décrire. Car la dépouille, plutôt que de la nier (comme pour certaines espèces de singes qui trimbalent le petit corps du rejeton perdu jusqu’à ce qu’il tombe en miettes, ce qui transperce alors la muraille de l’instinct et le force à intégrer l’inconcevable) ne fait que proclamer à notre conscience qu’il n’y a plus derrière cette peau, ces yeux, dans la chair de ce corps, ni rien ni personne, et surtout pas cette existence irréductible que nous avons aimée ».

Recommandation

ExcellentExcellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

02.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

03.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Contamination au tritium des rivières françaises : anatomie d’une opération destinée à générer une peur infondée sur le nucléaire

07.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires