© Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française’
Dominique Blanc, pour ses débuts à la Comédie-Française, sait profiter de l'autorité qui anime spontanément le personnage d'Agrippine.
Atlanti-culture
Un Racine très loin de Shakespeare, alors que...
Publié le 20 mai 2016
Avec
La version intéressante, et très "professionnelle", de "Britannicus", proposée par la Comédie-Française, fait une part trop belle à l'esthétique. Du coup, on n'est pas vraiment "secoué" comme on devrait l'être. Dommage.
Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La version intéressante, et très "professionnelle", de "Britannicus", proposée par la Comédie-Française, fait une part trop belle à l'esthétique. Du coup, on n'est pas vraiment "secoué" comme on devrait l'être. Dommage.
Avec

L'auteur

Quand on pense que Racine, qui avait déjà fait jouer "Andromaque" deux ans auparavant, n'avait que 30 ans, en 1667, lorsqu'il a écrit "Britannicus"! Manifestement, sa formation religieuse et littéraire dans l'univers janséniste lui avait permis d'acquérir très tôt un regard sur le monde d'une maturité exceptionnelle...

Thème

Point de départ de l'intrigue: le premier dérapage de Néron, qui fait arrêter Junie, descendante d'Auguste par une autre branche et protégée d'Agrippine, mère de Néron, et qui s'était engagée à favoriser son mariage avec Britannicus, véritable fils de Claude, l'empereur, père adoptif de Néron. Vous me suivez ?

Commence alors le manège des calculs sordides, dans les méandres des coeurs et des esprits, qui finiront par provoquer la mort de Britannicus.

Points forts

- En refusant de faire de Néron un hystérique, et en s'appuyant fortement  sur l'utilisation de décors et de costumes contemporains, Stéphane Braunschweig réussit à montrer à quel point les joutes politiques que Racine nous offre en partage sont universelles, même si elles ne prennent pas nécessairement une telle dimension meurtrière.

- Grâce à cette vision quasi "familière" de Néron, vaniteux, calculateur, versatile mais humain, surtout dominé par le soucis de l'image qu'il peut donner de lui-même, cette version montre bien que l'enlèvement de Junie n'est pas un geste de folie meurtrière mais répond à la volonté de l'empereur de montrer au peuple de Rome que c'est lui qui gouverne et non sa mère.

- La distribution fait le travail que le metteur en scène lui demande, et Dominique Blanc, pour ses débuts à la Comédie-Française, sait profiter de l'autorité qui anime spontanément le personnage d'Agrippine.

- Mais, à mon sens, celui qui s'en sort le mieux, c'est Hervé Pierre, dans le rôle de Burrhus, le précepteur de Néron,qui se sent trahi par le changement de comportement de son maître: Hervé Pierre est le seul membre de la distribution à se "lâcher" vraiment.

  Il est, ici, d'une humanité profonde, comme il l'était, de façon quasi triviale, dans le rôle du Claudius de "La tragédie d'Hamlet", et, de façon pathétique, dans celui du Pierre de"Dancefloor Memories". 

  Voilà vraiment un grand acteur, dont on ne souligne pas suffisamment le talent.

Points faibles

- Je ne suis pas nécessairement convaincu que Stéphane Braunschweig ait eu raison en essayant de nous montrer qu'Agrippine s'est toujours servi de Néron sans jamais l'aimer.

- Je suis encore moins certain qu'il ait été indispensable de nous montrer, à la fin, le cadavre de Britannicus empoisonné, d'ordinaire tenu à l'écart de nos regards.

- Surtout, surtout, cet équilibre extraordinaire qu'il y a toujours chez Racine entre une maîtrise princière de l'alexandrin, à la fois le plus simple et le plus élégant, et le réalisme presque trivial des comportements, dans toute leur complexité, n'est pas respecté ici.

  Dans sa volonté de privilégier la magie de l'utilisation des mots chez Racine, Stéphane Braunschweig en arrive à  éviter autant que faire se peut l'expression des troubles intérieurs qu'éprouvent, pourtant, la majorité des personnages raciniens, presque jamais tout blanc ou tout noir.

  Résultat, par exemple: lors des rencontres entre Junie et Britannicus, on a plus l'impression d'écouter deux discours sur l'amour que de voir s'exprimer, dans des circonstances dramatiques, un amour passionné. 

En deux mots

- En sortant de la Salle Richelieu, je me posais innocemment la question: Stéphane Braunschweig, qu'on a plus l'habitude de voir s'exprimer, avec excellence, dans le répertoire contemporain, n'a-t-il pas été intimidé dans ce face à face avec celui qui est probablement le plus grand auteur du théâtre français ?

 En privilégiant une lecture très esthétique et "sociétale" du texte, il a, en réalité, atrophié l'expression de la puissance des passions. Il a, en quelque sorte, si je peux me permettre l'expression, "dé-Shakespearisé" Racine. 

 Résultat: on ne sort pas de là "secoué" comme on s'attendait à l'être. Dommage.

- Au surplus, le fait que les personnages soient très souvent assis, empêche une expression complète des corps et donne parfois à penser qu'on est plus devant une série télé qu'au théâtre.

Une phrase

Qui seront trois, parmi tant d'autres :

- Agrippine, parlant de Néron: "Je le craindrais bientôt s'il ne me craignait plus".

- Néron, commentant la mise à l'écart d'Agrippine: "Et Rome veut un maître et non une maîtresse".

- Néron, au sujet de Britannicus: "Je sais l'art de punir un rival téméraire". 

Etc...

Recommandation

BonBon

parce que le texte est toujours là.

et parce que le travail fait par tous est très professionnel.

Théâtre

Britannicus de Jean Racine

Mise en scène et scénographie : Stéphane Braunschweig

Avec la troupe de la Comédie-Française

Informations

Comédie-Française

Salle Richelieu

En alternance jusqu'au 23 juillet

Réservation : 01.44.58.15.15

www.comedie-francaise.fr

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 20/05/2016 - 16:59
Finalement
Il vaut mieux lire une pièce de théâtre que d'aller la voir !