En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 3 heures 20 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 4 heures 52 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 6 heures 8 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 8 heures 44 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 9 heures 48 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 14 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 2 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 3 heures 58 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 5 heures 36 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 8 heures 2 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 12 heures 53 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 13 heures 46 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 2 heures
Atlanti-culture

Quand l'art en dit beaucoup sur l'histoire profonde

Publié le 14 avril 2016
L'expo consacrée au grand photographe malien Seydou Keita constitue un remarquable témoignage sur ce qu'était la société africaine à la fin de la présence coloniale française.
Marie Wimez pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Wimez est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). Culture-Tops a été créé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'expo consacrée au grand photographe malien Seydou Keita constitue un remarquable témoignage sur ce qu'était la société africaine à la fin de la présence coloniale française.

Thème

Seydou Keita est né, vers 1921, à Bamako, alors capitale du Soudan français. Autodidacte, il ouvrira son studio de photographe portraitiste en 1948 sur la parcelle familiale. Seydou Keita devient vite célèbre grâce à ses talents de metteur en scène, à sa capacité à dompter la lumière et à sa sensibilité. Il cherche avant tout à renvoyer la plus belle image de ses clients. 

Cette exposition rétrospective présente des tirages argentiques modernes, en noir et blanc, de portraits  réalisés, souvent en une seule prise, entre 1948 et 1962.

Il fermera ensuite son atelier, ayant été recruté comme photographe officiel, de 1963 à 1977. Puis se consacrera à l’une de ses passions, la mécanique.                           

Il est mort à Paris en 2001.

Son regard sur sa démarche de photographe et la manière dont elle était perçue:

- « Les jeunes générations, ma principale clientèle, aimaient vraiment mes photos à cause de leur qualité, de leur netteté, de leur précision. Il y en avait qui disaient que ‘même le poil qui pousse là, on le voit’. » Keita

- « Le portrait en buste de biais, c’est moi qui l’ai inventé » Keita                                                                                                                    

Points forts

*des portraits magnifiques, à la fois sensibles, très précis et surtout inondés de lumière.  Ils affirment l’identité personnelle de Keita mais aussi, celle d'une société aspirant à la modernité. L’artiste utilise des accessoires : automobile, Vespa, fume-cigarette, costumes européens, etc…dont ses clients s’emparent pour « se représenter ». Il a vraiment ouvert une nouvelle ère de la photographie africaine et offre un témoignage sur les changements de la société malienne à la fin de l’époque coloniale.

*des œuvres remarquables, souvent réalisées à la lumière naturelle,  avec des personnes « qui sont  là en chair et en os» comme la photo de l’affiche, une jeune femme « très présente » s’appuyant sur une TSF (1956-1957). 

D'autres exemples: la femme à « l’odalisque » (1956-1957) qui pose selon la mode de l’orientalisme, les mains placés avec recherche, le regard visiblement mélancolique; cette photo énigmatique (1954),  de deux dames de la haute société bamakoise posant devant une Peugeot 203 (celle de Keita) et où l’on voit le reflet du photographe sur l’aile.

*la présence des tissus à motifs très décoratifs, comme celui qui tapisse l’entrée de l’exposition mais aussi ceux des boubous souvent somptueux des femmes, le bazin des costumes des hommes, les ‘rideaux’ en batiks utilisés en fond d’image. Le tissu est omniprésent et signifiant: il dit sur le statut social et civil du photographié.

*trois vidéo (1995, 1998 et 2000) concluent la rétrospective, montrant l’artiste à la fois attentif, discret et reconnaissant.  Loin d’imaginer que trente après sa retraite, on viendrait de loin pour lui proposer de collectionner ses œuvres. «  Vous ne pouvez imaginer ce que j’ai ressenti la première fois quand j’ai vu des tirages de mes négatifs en grand format, impeccables, propres, parfaits. J’ai compris alors que mon travail était vraiment bon, très bon. Les personnes sur les photos paraissaient tellement vivantes. C’était presque comme si elles se tenaient debout devant moi en chair et en os. »  

Points faibles

*les tirages d’époque, dans la dernière salle,  déjà vus mais en mieux dans la partie précédente de l’exposition, n’apporte pas grand-chose. Ces tirages ont été retrouvés en plus ou moins bon état. Keita ne conservait que les négatifs.

*Keita n’a fait que des portraits, la plupart des portraits de commande, individuel ou de groupe.  « Très demandé », il n’a pas eu le temps de faire  de « reportage en brousse », dommage.

*la majorité des photographies sont « sans titre » et peu de commentaires accompagnent  l’exposition. Là aussi, dommage.

En deux mots

La représentation d'une époque, à travers le regard d'un grand artiste. Du début de l’exposition jusqu’à sa fin, l’intérêt voué aux différents portraits reste le même et déclenche le même plaisir. 

Mais on aurait aimé qu'il s'intéressât  aussi à d'autres choses qu'aux portraits...

Recommandation

BonBon

Exposition photos

Seydou Keita

Informations

Grand Palais, galerie sud-est, porte H

Avenue  Winston Churchill 750O8 Paris

jusqu' au 11 juillet

Ouverture tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 20 h. Nocturne le mercredi, jusqu'à 22h

Contacts : 01 44 13 17 17

www.grandpalais.fr

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 14/04/2016 - 16:11
On reste sur sa faim
Tout ce que j’ai pu dire en voyant le titre du billet, c’est : « Tiens ! un alexandrin. » À part cela il est difficile à quelqu’un qui ne connaissait même pas de nom le sieur Seydou Keita de se faire une idée de son art. J’ai consulté, bien sûr, un moteur de recherche et trouvé par exemple la page « Les beautés africaines de Seydou Keïta » (http://www.la-croix.com/Culture/Expositions/Les-beautes-africaines-de-Seydou-Keita-2016-04-11-1200752635), mais je pense que Mme Marie Wimez, qui s’y connait mieux que moi, a beaucoup plus pertinent à nous proposer.