En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Lysandre Ménard/KMBO
Atlanti-culture
"La passion d'Augustine" : quand le cinéma tire vers le haut
Publié le 30 mars 2016
Que vous soyez croyants ou pas, vous avez de grandes chances d'être éblouis par le film que Léa Pool a consacré à des religieuses québécoises, éprises de musique, dans la fin des années 60. Des moments de grâce.
François Quenin est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Quenin pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Quenin est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que vous soyez croyants ou pas, vous avez de grandes chances d'être éblouis par le film que Léa Pool a consacré à des religieuses québécoises, éprises de musique, dans la fin des années 60. Des moments de grâce.

La réalisatrice

Née à Genève d’un père polonais ayant dû fuir son pays pendant la Seconde guerre mondiale et d’une mère suisse, Léa Pool, 65 ans, a émigré à Montréal à l’âge de 25 ans. Après avoir travaillé pour Radio-Québec, aujourd’hui Télé-Québec, elle a réalisé en 1984 son premier long-métrage, « La femme de l’hôtel », accueilli avec enthousiasme par la critique et le public au Canada. Ont suivi une vingtaine de films, dont « Anne Trister » (1986), « Mouvements du désir » (1994), « Emporte-moi » (1999), qui ont connu une belle carrière internationale. Comparée à Marguerite Duras pour son itinéraire singulier, elle suggère dans ses films une approche du personnage féminin dépourvue de tout stéréotype, soucieuse de l’identité féminine et de l’émancipation des femmes. Voilà sans doute pourquoi, elle a choisi de filmer des religieuses dans « La passion d’Augustine », alors qu’elle est très éloignée de ce monde.

Thème

Cela se passe à la fin des années 60 au Québec. Le concile Vatican II provoque des bouleversements qui atteignent un petit couvent de religieuses situé au bord de la rivière Richelieu. Cette institution abrite une école de musique pour jeunes filles dont la réputation a dépassé les frontières de la province francophone. Les pianistes pensionnaires du couvent raflent régulièrement le premier prix du concours annuel organisé à Montréal. 

Parallèlement au séisme de Vatican II, qui va modifier la tenue vestimentaire des religieuses, et pas seulement la tenue, le gouvernement du Canada décide d’intégrer les écoles catholiques à l’enseignement public. Nous sommes en 1968 et c’est une révolution institutionnelle et sociologique. La petite et prestigieuse école de musique, qui, de surcroît, n’a plus l’oreille de la supérieure générale de l’ordre, sourde à la musique, c’est le cas de le dire, est sur la sellette. Sœur Augustine, la mère supérieure, grande pianiste et excellente pédagogue, parviendra-t-elle à sauver ce qui fait sa raison de vivre ?

Points forts

- Tel est le sujet de « La passion d’Augustine », un long métrage magnifique, qui fait songer au film « Les choristes ». Avec, en plus, les puissants paysages de l’hiver et du printemps canadiens. La cinéaste a d’ailleurs dû se battre avec la production pour que l’intrigue s’accorde au passage des saisons et que le spectateur soit ébloui par les images de la nature, ce qui a fait évidemment grimper les coûts du tournage.

- Léa Pool, avec sa scénariste Marie Vien, s’est concentrée sur la vie de ces religieuses qui voyaient la bourrasque arriver. « On tombe trop souvent, affirme-t-elle, dans le cliché de la religieuse rigide et rétrograde. Beaucoup d’entre elles étaient des personnes d’exception, très libres et avant-gardistes. Pour ces femmes, les couvents étaient donc vraiment le lieu où elles pouvaient étudier, faire de la musique, devenir infirmière en chef, voyager… ».

- Pour préparer son film, Léa Pool a revu « Thérèse » d’Alain Cavalier. Et ce sont des documents dénichés à l’Office du film canadien qui lui ont permis une incursion crédible dans le monde des couvents dont elle a revisité l’esprit avec une grande sensibilité. Elle a ainsi restitué la problématique de cette époque où le catholicisme traditionnel était confronté à la laïcisation galopante de l'Occident.

- Enfin, rien d’ennuyeux ou de militant dans ce film. Juste une belle histoire ponctuée par les sublimes musiques de Bach, Schubert, Purcell et par les compositions de François Dompierre. Un régal pour les oreilles mélomanes.

Points faibles

On pourra reprocher à la cinéaste le classicisme de la mise en scène, mais il s’accorde au cadre du couvent; alors…

En deux mots

Un exemple du soucis de vérité qui imprègne ce film: la réalisatrice a tenu à ce que ses jeunes actrices soient toutes d’excellentes musiciennes avant d’être de bonnes comédiennes. Par exemple, Lysandre Ménard, 21 ans, qui joue l’un des premiers rôles, celui d’une élève non conventionnelle, a commencé l’étude du piano à l’âge de cinq ans avant de continuer son parcours au conservatoire de Montréal. Elle a été classée première au concours musical international Crescendo à New York.

Une phrase

Qui seront trois :

- « Il existe plusieurs raisons qui m’ont poussé à réaliser ce long métrage. D’abord, l’opportunité de travailler avec un “gang” de femmes. Ensuite, l’aspect musical. Et enfin, l’originalité de l’histoire qui est tout de suite venue me chercher. »

- « J’ai découvert ce que les religieuses ont apporté à la société québécoise. Elles ont fondé les premières écoles et les premiers hôpitaux. Elles symbolisent notre patrimoine national. »

- « Faire du cinéma quand tu es une femme est déjà un acte d’émancipation. »

Recommandation

En prioritéEn priorité

Cinéma

La passion d'Augustine de Léa Pool

Avec Céline Bonnier, Lysandre Ménard, Diane Lavallée.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
04.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
05.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 30/03/2016 - 18:27
incroyable, de la culture qui ne se passe pas
à Paris. Vu le sujet c'est clair que cela avait peu de chance d'être parisien.