En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Sans repères
Quatre adolescentes fraîchement converties à l’islam, une rencontre sur Internet et un projet d’attentat contre une salle de spectacle.... mais comment notre société en est-elle arrivée à produire cette jeunesse-là ?
Publié le 18 mars 2016
L'actualité et les recherches montrent que les candidats au djihadisme sont issus de la plupart des catégories sociales. Perte de sens, et recherche d'un mode de vie structurant dans une société où a émergé l'individualisme favorisent les vocations à l'islam radical.
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Lipovetsky est philosophe et sociologue. Il enseigne à l'université de Grenoble. Il a notamment publié L'ère du vide (1983), L'empire de l'éphémère (1987), Le crépuscule du devoir (1992), La troisième femme (1997) et Le bonheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'actualité et les recherches montrent que les candidats au djihadisme sont issus de la plupart des catégories sociales. Perte de sens, et recherche d'un mode de vie structurant dans une société où a émergé l'individualisme favorisent les vocations à l'islam radical.

Atlantico : Deux mineures ont été mises en examen vendredi. Avec deux autres filles, elles projetaient de commettre un attentat dans une salle de concert parisienne. Alors que les jeunes sont mis en lumière pour leur présence aux manifestations contre la loi El Khomri, mais aussi pour leur participation importante au concours de police du mois de mars, quelle est cette jeunesse capable de s'engager pour des causes aussi opposées à la société française ?

Gilles Lipovetsky : Toutes les enquêtes montrent que l'on ne peut pas faire de lecture traditionnelle : la conversion et l'adhésion au terrorisme djihadiste n'est pas liée à la misère comme on a pu l'entendre, ou à un manque de scolarisation, voire aux inégalités. Ce phénomène traverse la division des catégories sociales, ce qui nous oblige à chercher d'autres réponses.

Il me semble que ce phénomène est l'illustration d'une dérive de la face grimaçante et horrible de l'hyperindividualisme contemporain. Le moteur de ce phénomène tient à l'éclatement complet des modes de socialisation traditionnels : l'époque dans laquelle nous sommes entrés se caractérise par le fait que les organismes traditionnels d'organisation de la vie et des individus comme les églises, les familles, l'éducation, l'école, l'armée, ou encore la nation ont vu leur pouvoir de direction, d'encadrement, grandement affaibli si ce n'est annihilé. Les normes existent toujours, mais les institutions collectives ne sont plus capables d'orienter les individus.

La société d'information et de consommation a fait voler en éclat ces ultimes repères et l'individu se définit donc par lui seul, à partir de ce qu'il juge bon et adapté à un moment donné.

Ce qui le montre de manière spectaculaire, c'est qu'un candidat au djihad sur quatre n'est pas de culture musulmane. Les repères de ces jeunes sont brouillés. D'ailleurs la conversion aujourd'hui est rapide, alors qu'auparavant ce processus était long. Ces jeunes ne sont donc pas réellement formés à la religion à laquelle ils prétendent adhérer. Ils adoptent en réalité tel ou tel type de comportement pour combler un vide à un moment de leur vie, l'adolescence, où il probablement crucial de trouver une raison de vivre. L'engagement dans la radicalité islamiste s'apparente alors à un idéalisme radical, mais qui se concrétise dans l'action terroriste car encore une fois, le fait de s'engager "à mort" leur donne un sens qui leur permet d'échapper au non-sens de leur propre existence.

Je ne suis donc pas sûr que cela soit un désir de radicalité : plutôt une réponse pour retrouver la dignité dans sa propre existence, remplir ce qui apparaît comme vide de saveur.

Farhad Khosrokhavar : Il me semble important de parler d'islam "affectivisé" lorsqu'il y a conversion : ces individus se convertissent très rapidement, veulent agir vite aussi, bien qu'ils ne connaissent pas grand chose à leur nouvelle religion. Celle-ci devient donc une activité ludique lorsqu'il s'agit d'adolescents ou de post-adolescents. Mais c'est aussi la volonté d'être pris au sérieux par une société qui pensent-ils ou pensent-elles – de plus en plus de filles qui s'engagent dans le djihad islamiste-, ne les prend justement pas suffisamment au sérieux.

Un désir de se montrer adulte, au hit-parade de la célébrité, et de s'affirmer dans une vision où le politique se mêle au rêve. En un sens s'engager dans le djihadisme, c'est une manière de faire le "rite de passage" de l'adolescence à l'adulte.

Ceux et celles qui entre 12 et 16 ans savent que pour être perçu comme quelqu'un de dangereux, que l'on doit craindre, il faut pratiquer l'islam radical, c'est le domaine le plus évident.

Il faut bien se dire que plus on les mettra en lumière dans les médias ou par les hommes politiques, plus il y aura des tentations de la part de ces jeunes. Le fait de se focaliser sur l'islamisme radical attire : à très peu de frais on peut devenir célèbre.

Qu'est-ce que la société a perdu pour produire ça alors qu'elle ne les produisait pas avant ?

Farhad Khosrokhavar : Il n'y a plus aujourd'hui d'utopie politique, ni d'autorité dans la société. Il ne s'agit pas de dénigrer la famille recomposée, mais l'on peut dire que la notion d'autorité est en crise dans la mesure où il existe aujourd'hui des modèles familiaux avec plusieurs pères, plusieurs mères, des gardes d'enfants alternées…

On ne peut pas non plus faire l'impasse sur les bouleversements importants générés par Internet. Auparavant, les parents savaient plus que les enfants, ce qui n'est plus forcément le cas aujourd'hui, en tout cas s'agissant des nouvelles technologies. Cela permet à certains enfants d'avoir plusieurs profils sur Facebook pour échapper à la vigilance de leurs parents.

Mais cette dégradation de l'autorité a une source juridique, où dans la loi, les enfants sont perçus comme des pré-adultes : vous n'avez plus le droit de lever la main sur votre enfant – et heureusement en un sens-. Ils se perçoivent donc comme des individus qui ont des droits. L'autorité, qui était sacrée il y a trente ou quarante ans n'existe plus. Par conséquent il n'y a plus de distinction entre enfant et adulte. Il n'y a plus de parole d'évangile : les adolescents évoluent dans un monde autonome où les adultes ne sont pas, en apparence, nécessaires.

Comment la société de consommation et ses dérives peuvent-elles pousser à vouloir commettre des attentats ? Quel lien de cause à effet peut-on faire entre les deux ?

Gilles Lipovetsky : L'individualisme n'est pas un phénomène récent. La dynamique de l'individualisme s'est préparée lentement depuis la Renaissance et a pris sa pleine expansion moderne au cours du XVIIIème siècle. Elle consiste en la reconnaissance de la souveraineté de soi dans une société démocratique. Mais depuis le XVIIIème siècle, cette logique de l'individu a été fortement contrecarrée par des mœurs structurantes toujours vivaces à l'époque : différence des sexes, religion, mariage, rapport à la mort… Les institutions collectives se maintenaient même si on reconnaissait l'autonomie individuelle.

Or depuis les années 1960-1970, nous assistons à l'éclatement de ces formes collectives d'encadrement. Il ne reste donc plus que l'individu livré à lui-même. Nous sommes dans l'ère de l'individualisme absolu.

Comment en est-on arrivé à une telle perte de sens dans la civilisation occidentale ?

Farhad Khosrokhavar : Ce qui est intéressant c'est que les filles jouent un rôle de plus en plus important. Je crois qu'elles le font par-delà le féminisme, et sont dans une sorte de post-féminisme qui se fiche des acquis du féminisme puisqu'elles sont capables de se marier selon un autre modèle que le mariage égalitaire. C'est aussi une manière de dire qu'elles ne sont pas différentes des garçons, de s'affirmer dans un cadre exotique car la perte d'un repère donne lieu à un attrait pour la norme répressive.

Ce processus est-il réversible ?

Gilles Lipovetsky : On se berne d'illusions en pensant que les cours d'éducation civique sont à même de contrer cette spirale. Pourtant ces individus connaissent ces référentiels. Ce qu'il faut comprendre c'est que les candidats au djihad cherchent une réponse existentielle, et non des principes.

Il faut donc privilégier les moyens de leur valorisation dans les actes, et non dans un catéchisme républicain inopérant pour eux. Le sport, la création artistique, les jeux-vidéos… Ces jeunes doivent retrouver leur estime à travers des activités concrètes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 16/03/2016 - 04:07
Principes de Base
Les principes de base pour la réussite d'une société, c'est d'abord de proposer un projet commun, qui soit enthousiasmant et qui s'adresse à tous les citoyens, sans exception. Ainsi qu'un chef de l’État qui soit respecté. Après les insultes et les huées du Salon de l’Agriculture, François Hollande aurait dû réagir. Décision la plus évidente : dissolution de l'Assemblée Nationale, élections anticipées. Et nous présenter un projet qui permette d'éviter la faillite de dizaines de milliers d'agriculteurs. Deux axes : 1) se confronter à l’Europe, déclarer fermement que le principe de la ''Concurrence Libre et Non-Faussée'' ne s'appliquerait pas à l'agriculture française. 2) Se confronter à mr. Bigard, qui dispose du monopole de la production de viande en France, et aux quelques familles (Carrefour, Auchan, Leclerc) qui détiennent le monopole de la distribution. Au lieu de cela, il ne s'est rien passé du tout, et après la polémique avortée de la lutte anti-djihadiste basée sur la ''mesure phare'' de la déchéance de nationalité, notre président a lancé son nouveau leurre : la loi Khomri-Gattaz. Je le répète, comment s'étonner que devant tant de pourriture, notre jeunesse se révolte !
Ganesha
- 16/03/2016 - 01:23
Projet pour l'avenir
Heureusement qu'il n'y a pratiquement aucun jeune qui vient lire les commentaires sur Atlantico ! Ils découvriraient une poignée de papys séniles qui répètent jours après jours les mêmes conneries. ''Moi, je vais voter pour Sarko''. ''Non, moi, je crois que c'est Fillon l'avenir''. ''Moi, je voterais bien pour Marine Le Pen, mais Philippot est un dangereux communiste''. Si c'est vraiment cela que vous avez à leur proposer comme projet pour l'avenir, on peut comprendre que certains deviennent djihadistes !
vangog
- 16/03/2016 - 00:41
46% en Floride pour Donald Trump!
Contre Marco Rubio (sénateur de Floride) qui plafonne à 27%...une vraie claque pour Rubio qui va bientôt annoncer son abandon. Trump gagne aussi la Caroline du nord (la haute Caroline pour les gauchistes inversés...). Bravo!