En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
C'est pas gagné
Nicolas Sarkozy à DPDA : dur d’être "humain" ! Mais que faut-il donc faire pour sortir du cercle infernal du doute ?
Publié le 05 février 2016
Lors de l'émission Des Paroles et des Actes, Nicolas Sarkozy a tenté, tant bien que mal de jouer la carte de l'empathie et de l'authenticité dans un contexte difficile pour lui, entre absence de contradicteur et choix d'invités surprenants.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de l'émission Des Paroles et des Actes, Nicolas Sarkozy a tenté, tant bien que mal de jouer la carte de l'empathie et de l'authenticité dans un contexte difficile pour lui, entre absence de contradicteur et choix d'invités surprenants.

Exercice bien difficile pour Nicolas Sarkozy que de tenter de rétablir sa crédibilité sur tant de fronts : crédibilité morale aussi bien que politique - l’éthos des Anciens - au plus bas dans les sondages. Or, on le sait depuis Aristote, c’est toujours cet éthos de l’orateur qui emporte la conviction. Les plus beaux discours, les programmes les plus alléchants ne donnent rien si cet éthos n’est pas cru. Or, pour Nicolas Sarkozy, LA question, même chez ses fans, revient sans cesse : "pourquoi ferait-il donc demain ce qu’il n’a pas fait hier ?"

Le livre La France pour la vie a été un premier pas dans cette entreprise de "recrédibilisation" - à moitié convaincant. Le rendez-vous avec les Français sur le plateau de DPDA devait être la deuxième étape. Dans un contexte peu favorable en raison de la faible sympathie des journalistes à son égard, comme l’a montré leur zèle à le contredire sur quasiment tous les sujets et leurs questions toujours ad hominem. En raison aussi de la composition du pannel de Français, bien peu représentatif : aucun retraité, deux fonctionnaires, un syndicaliste et aucun sympathisant des Républicains, même chez les deux chefs d’entreprise : il fallait le faire !

Mais l’invité disposait d’un atout de taille : l’absence de tout représentant du Gouvernement, sur consigne élyséenne, ce qui n’était pas fair play et constituait une faute majeure. Dès le début, Nicolas Sarkozy, en orateur instinctif, a insisté sur cette étrange asymétrie, insistance qui gênait visiblement l’animateur et qui a permis à l’invité de prendre la main d’entrée. Maîtrise du débat qu’il a tenté de garder en posant lui-même des questions et en interrogeant les règles du jeu. Habile et pédagogique également la contextualisation systématique de ses réponses rappelant les circonstances, la crise, les exemples étrangers si peu pris en compte dans le débat français. Et, surtout, fait dont profite aussi le Front National, l’antisarkozysme (à des degrés divers) omniprésent sur le plateau a d’emblée placé l’invité dans la position toujours enviable de victime.

Une victime, qui, de son côté, pour briser l’image de l’arrogance et du "casse-toi…", avait pris pour mot d’ordre l’EMPATHIE. Empathie à toute épreuve à l’égard des chefs d’entreprise, des mères de famille, des jeunes de la diversité et même d’un cégétiste, venu non pas dialoguer mais réciter son bréviaire. La patience manifestée par Nicolas Sarkozy lui a valu l’approbation des auditeurs sur ce point. Mais voilà, cette stratégie aboutit à une impasse : comment se montrer également empathique à l’égard de Français qui ne parlaient, comme toujours dans ces émissions, que de leur seul cas et de leurs seuls intérêts : comment satisfaire à la fois le cégétiste et le chef d’entreprise ? Le petit commerçant et la fonctionnaire ?

Enfin, les chiffres lancés à la volée sur tant de sujets (déficits, fiscalité, chômage etc.), souvent justes mais pas toujours : or, les fact-checkers veillent et nul doute qu’ils vont très vite s’en donner à cœur joie ! Le naturel péremptoire est lui aussi réapparu à trop de reprises :  les "oui !" et les "non !" ont fusé, à propos et hors de propos, notamment dans la rubrique économique. De même, le registre de l’humour qu’il affectionne pour déstabiliser l’adversaire a tourné, en fin d’émission, au laisser-aller et à la familiarité qu’on lui a tant reprochés.

De sorte que la contradiction fondamentale de cette entreprise d’auto-réhabilitation, déjà au coeur du récent livre, reste toujours là : comment d’un côté revendiquer son "humanité", ses qualités et ses défauts, et regretter d’être "resté trop longtemps homme après être devenu président" ?

Enfin comment être crédible en évoquant soi-même son "authenticité" ? L’impératif pour tout orateur est bien connu : "show, don’t tell ! ("il faut montrer et non dire") : c’est au public de juger de l’authenticité de l’orateur… comme de son "amour de la France".

Et voilà sans doute les raisons pour lesquelles les Français, malgré leur reconnaissance des points forts de Nicolas Sarkozy, sont demeurés majoritairement sceptiques, comme l’a montré le sondage final. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
02.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
03.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
04.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
05.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
06.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
07.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 06/02/2016 - 12:36
Bygmalion
Au cours de cette émission, vous avez pu voir notre ami Sarko s'enferrer dans sa défense des paquets de cigarette ''nominatifs'' ! Réfléchissez quelques secondes ! Quelle autre explication imaginer qu'un beau chèque récemment versé par l'industrie du tabac à l'organisation qui remplace désormais Bygmalion ? Et c'est à une crapule pareille que vous voudriez à nouveau confier la présidence de votre pays ?
cloette
- 06/02/2016 - 10:22
certain média
ou le déshonneur du service public !
Benvoyons
- 06/02/2016 - 09:59
En fait cette émission a été orchestrée par Caton H de l'Elysée
cela en dit long sur sur la qualité éthique d'Antenne 2 du service public :)::)) Que tous les Français soient obligés de payer une redevance pour une télévision que Socialiste et Gauche est du vole pur et simple. La gauche représente 30% des Français donc tous les autres devraient légitiment refuser de payer la redevance. Il y a une corruption de fait entre la télévision et le PS, toute la gauche , l’Élysée comme Chef d'orchestre. Finalement parler aux journalistes du service Public de Gauche s'est se salir