En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

05.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Justice
Japon
Fukushima : trois anciens dirigeants de Tepco ont été acquittés
il y a 7 heures 9 min
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 7 heures 58 min
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 15 heures 13 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 16 heures 59 min
pépites > International
Tunisie
Mort de l'ancien président tunisien Ben Ali
il y a 7 heures 36 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 10 heures 38 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 11 heures 13 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 16 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 17 heures 11 min
© Dunnara Meas
Le logis de George et de Martha n’est pas une réalité, le spectacle ne peut donc pas être naturaliste.
© Dunnara Meas
Le logis de George et de Martha n’est pas une réalité, le spectacle ne peut donc pas être naturaliste.
Atlanti-culture

"Qui a peur de Virginia Woolf ?" : le choc des mots, le poids des vies

Publié le 21 janvier 2016
Grande pièce, admirablement montée, au Théâtre de l'Oeuvre, ce "Qui a peur de Virginia Woolf ?" restera comme l'un des événements marquants de cette rentrée théâtrale.
Est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Jousserand pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grande pièce, admirablement montée, au Théâtre de l'Oeuvre, ce "Qui a peur de Virginia Woolf ?" restera comme l'un des événements marquants de cette rentrée théâtrale.

L'auteur

Né en 1928 aux Etats-Unis, Edward Albee est un enfant adopté. Ses parents travaillent dans le monde du théâtre. Lui souhaite devenir écrivain, mais il est finalement rejeté par sa mère d’adoption qui n’accepte pas son homosexualité. Au début des années 60 sont créées à New York ses deux premières pièces, « Zoo story » et « La Mort de Bessie Smith ». En 1962, « Qui a peur de Virginia Woolf ? » lui apporte une renommée internationale. Mike Nichols en tire un film avec Elizabeth Taylor et Richard Burton. Suivront une trentaine de pièces dont « Délicate balance », « Trois femmes grandes », « La Chèvre, ou Qui est Sylvia ? ». Il a obtenu trois fois le Prix Pulitzer.

Thème                                                                                           

A l’issue d’une soirée très arrosée, deux quinquagénaires George, un professeur de faculté, et son épouse, Martha, reçoivent chez eux un jeune couple, récemment installé dans leur campus universitaire, pour boire un dernier verre. L’alcool aidant, George et Martha se livrent en présence de leurs deux invités à une grande scène de ménage d’une violence inouïe.

Points forts

1 La pièce est tellement riche qu’on peut la lire, comme tous les chefs-d’œuvre, de différentes façons. « Comme il vous plaira », semble nous dire l’auteur, Edward Albee. 

En adoptant comme scénographie une absence de décor (un grand mur blanc et seulement un canapé en cuir et une volée d’escalier qui conduit à l’étage), le metteur en scène, Alain Françon, nous propose de ne pas prendre la situation pour argent comptant : le logis de George et de Martha n’est pas une réalité, le spectacle ne peut donc pas être naturaliste.

2) Alors où sommes-nous ? Et si ce couple de théâtre disait tout haut par la voix d’Albee ce qu’aucun couple dans la vraie vie ne pourra jamais se dire, même tout bas ? Qu’il s’est construit en partie sur des non-dits ? Au moins George et Martha ne craignent pas de regarder la vérité en face... 

Et qui sont ces jeunes tourtereaux invités à finir la soirée ? Les témoins indispensables sans qui aucune catharsis ne peut se faire ? Ou ne sont-ils que George et Martha trente ans auparavant, fantômes de leur jeunesse confrontés à leur présent ? Il est permis de le penser puisque les deux couples se ressemblent d’une manière troublante: les deux hommes sont professeurs d’université, sincèrement attachés à leurs femmes mais sans perdre de vue que leurs beaux-pères peuvent être très utiles à leurs carrières. Autre point commun : les deux couples sont stériles, en tout cas marqués cruellement par l’absence d’enfant. L’hypothèse se tient, d’autres se défendent. Les explications sont nombreuses, passionnantes, et la pièce gardera toujours un mystère excitant.

3) En schématisant, Martha est une attaquante avec quelques faiblesses, et George un défenseur doté de quelques ruses. Ici, tout en respectant le texte d’Albee à la lettre - d’ailleurs Daniel Loayza qui signe la version française n’est pas crédité d'« adaptateur » mais de « traducteur » - et en choisissant la formidable Dominique Valadié, Alain Françon ne fait pas de Martha une virago vocifèrante comme Elizabeth Taylor. Face à elle, le George de Wladimir Yordanoff regorge d’énergie, monte à l’avant-scène comme on court vers la surface de réparation, parle fort, bouge vite et beaucoup. C’est inédit. De même, la jeune Honey de Julia Faure n’est pas une petite dinde agaçante comme souvent, mais une jeune femme candide sans être sotte. Cette distribution inattendue fait bouger la pièce sans la décaler, la renouvelle sans la trahir.

4) Le spectacle dure deux heures qui passent comme trente minutes, baigné des étranges et envoûtantes lumières de Joël Hourbeigt. On écoute le texte avec une attention très forte, comme saisi à la gorge.

Points faibles

S’il y en a, ils ne sautent pas aux yeux !

En deux mots

La pièce de l’Américain Edward Albee est désormais un classique du XXe siècle, souvent reprise, toujours surprenante. Bravo à cette mise en scène subtile d’Alain Françon, réunissant, en Dominique Valadié et Wladimir Yordanoff, deux poids lourds des planches, pour ce combat conjugal, extrême et déchirant.

Une phrase

George à Honey :

« Une fois que tu as atteint l’os, tu n’es pas au bout de tes peines, pas encore. Il y a quelque chose dans l’os… la moelle… et c’est jusque-là qu’il te faut arriver, la moelle. Mais les os sont plutôt résistants, surtout chez les jeunes. Prends par exemple notre fils… »

Recommandation

Excellent Excellent

Théâtre

Qui a peur de Virginia Woolf ? d’Edward Albee

Traduction : Daniel Loayza

Mise en scène : Alain Françon

Avec Dominique Valadié, Wladimir Yordanoff, Julia Faure, Pierre-François Garel

Informations

Théâtre de l’Œuvre

55 Rue de Clichy

75009 Paris

Réservation : 01 44 53 88 88

Du mardi au samedi à 19h ; le samedi à 15h

Dernière le 3 avril

http:// www. theatredeloeuvre.fr

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
besicles
- 21/01/2016 - 18:18
Soyez nombreux à croire cette critique
Allez en masse voir ce spectacle. Laissez-vous envoûter par les lumières étranges, le minimalisme si subtil du décor, les écarts de voix de Martha qui n’est pas une virago. Répandez-vous en louanges auprès de vos amis, et évitez surtout de voir (et de pouvoir comparer avec) le film de Nichols interprété par Taylor et Burton : le soufflé risquerait de retomber.
Or je ne le souhaite pas. J’espère que ce spectacle sera un tel succès que la direction du Théâtre de l’œuvre pourra envisager d’investir dans des rangées de fauteuils de moins de cent ans d’âge.
Parce que les deux heures ne passent pas du tout comme trente minutes quand on est coincé au milieu du balcon sur un siège étroit et quasi déglingué. Même serré entre deux voisines charmantes.
Ça peut influer sur l’humeur et la réceptivité.
Tout le monde n’a pas des fesses d’acier.
Bien assis pour voir une bonne pièce, l’agrément est plus vif et le cerveau plus disponible.