En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

03.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

04.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

05.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

06.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

07.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 13 heures 8 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 14 heures 46 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 17 heures 39 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 20 heures 24 sec
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 21 heures 42 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 21 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 13 heures 47 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 19 heures 5 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 19 heures 37 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 21 heures 25 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 21 heures 50 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 22 heures 16 min
© Reuters
Internet peut stimuler nos sens.
© Reuters
Internet peut stimuler nos sens.
Double tranchant

Internet tue-t-il la créativité ou l'améliore-t-il ?

Publié le 18 septembre 2015
Internet est devenu le compagnon de nos vies. L'accès à une grande masse d'informations en quelques secondes depuis nos terminaux connectés nous pousse parfois à la fainéantise intellectuelle ou au contraire alimente le moulin de nos réflexions.
Laurence Allard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Allard est sociologue de l’innovation et ethnographe des usages des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Elle est également maîtresse de conférences en Sciences de la Communication, enseignante à l’Université Lille 3,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Internet est devenu le compagnon de nos vies. L'accès à une grande masse d'informations en quelques secondes depuis nos terminaux connectés nous pousse parfois à la fainéantise intellectuelle ou au contraire alimente le moulin de nos réflexions.

Atlantico : D'après l'étude "Connected Life" de l'institut TNS Sofres parue fin septembre 2014, un internaute français possède en moyenne plus de 4 appareils numériques (4,6). Il n'y a qu'à observer les gens dans les transports en commun: Internet est devenu compagnon de nos vies. Quel impact sur notre créativité ?

Laurence Allard : De fait, en prenant en compte le multi-équipement, le numérique en pratique peut se concevoir à travers cette combinaison d'écrans, de services, d'applications et de fonctionnalités qui glissent parfois d'un terminal à l'autre tout au long d'une journée. Comme par exemple commencer un brouillon de réponse à un mail en mobile et le rédiger plus soigneusement sur un ordinateur durant son temps de transport ou bien fureter sur des sites marchands depuis une tablette que l'on peut visionner à plusieurs et finaliser l'achat sur son ordinateur. Au sein de cette panoplie propre à chacun, que l'on confectionne suivant ses contraintes financières, appétences et compétences pour le numérique, le mobile occupe une place centrale et peut être en effet désigné comme compagnon d'existence. "Mettre toute sa vie là dedans" est une expression qui revient souvent dans les verbatims des usagers que j'interroge.

Le mobile fait ainsi office de "topique de la subjectivité". Conçu pour téléphoner à distance, il est usité également pour communiquer avec soi-même, comme un médium de notre intérieure. Il permet d'exprimer sous une forme composée par nos soins sentiments, affects, opinions. Et dès lors que l'on comptabilise (Union Internationale des Télécoms) quasi 7 milliards d'humains connectés aux réseaux mobiles, un support d'expression au quotidien est usité par des milliards d'hommes et de femmes partout dans le monde. Ce qui est une nouveauté en soi.

Le numérique connecté constitue de la sorte d'abord une révolution de l'écriture quand l'imprimerie aura été associée à une révolution de la lecture. Une écriture dédramatisée proche de ce que Barthes a conceptualisé comme "écrivance" ie sans intentionnalité artistique ou littéraire mais qui suppose une créativité diffuse.

Contrairement à l'idée reçue que le numérique est aujourd'hui une culture de l'image conversationnelle ou de l'image connectée, la palette expressive est plus métissée que jamais avec des services et applications qui demandent d'agencer de façon singulière suivant la créative de chacun - ce qui est très injonctif, prescriptif et normatif car tout le monde n'est pas créatif et expressif par nature - des images, des dessins, des mots et parfois de jouer avec des temps de production/réception de ces messages comme avec Snapchat ou Vine. L'émoji comme mot-image est typique de cette écriture digitale créolisée.

On peut observer chez les plus jeunes, qui grandissent non pas devant des écrans mais avec des écrans qui sont tout autant des caméras et des stylos l'exercice de cette écriture métissée dans leur production continue d'images-textes et de mots-images tout au long d'une journée dans le cadre refermé de leurs établissements scolaires ou de leurs chambres.

 Ces micro-narrations dont la fonctionnalité "story" de Snapchat est assez emblématique - telles les petits cailloux numériques des petites poucettes qui assurent de la continuité dans un moment d'exploration identitaire - sont comparables au ready made de Marcel Duchamp qui transfigurait des objets du quotidien en oeuvres d'art.

Les plus jeunes se socialisant à travers ces écrans scripteurs vont théâtraliser leur existence, la transfigurer en photographies, en vidéos, en tweet et toutes les nuances d'images et de textes que l'on peut observer entre la photo devenant gif animé, le Vine devant image fixe en boucle. Soi dit en passant, à travers ces nuances entre le fixe et l'animé on voit poindre l'usage sonore des images tout à fait habituels dans les usages juvéniles. Ecouter Youtube est ainsi une pratique courante. Extraire une ritournelle d'une vidéo et l'entendre remixer tout autant. Ce goût de la boucle visuelle actuellement s'origine dans ces usages sonores du numérique, trop peu étudiés et pourtant si présents comme par exemple avec les notifications et vibrations. Je co-organise d'ailleurs un colloque les 3/4 décembre à Paris 3 avec l'IRCAV sur les"sons mobiles".

Des praticiens du numériques peuvent alors développer une intentionnalité artistique autour de ces écrans et de ces contenus. Le Seflie par exemple donne lieu à des expositions et des travaux des nouveaux créateurs digitaux qui oeuvrent par l'intermédiaire des applications en tout genre.

Ces pratiques artistiques autour du selfie sont intéressantes. Elles s'inspirent d'un genre vernaculaire qui cet autoportrait mobile et vont travailler sur ce genre en le réinventant.

Mais ce n'est pas ce qui est le plus frappant. Ce qui est le caractère de nouveauté à mettre en avant c'est justement comment un genre comme le selfie est né avec ses codes -photos prises à la main ou avec une canne, inversion des hiérarchies entre avant-plan/arrière-plan - et comment les usagers ordinaires jouent créativement avec ces codes pour dire quelque chose du monde où il se trouve, avec qui, à quel moment. 

Propos receuillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennus
- 18/09/2015 - 15:42
bof
le titre de l'article était prometteur car c'est un vrai sujet.Le contenu est particuliérement pauvre.
zouk
- 18/09/2015 - 12:01
Internet et créativité
Débat creux, nous constaterons les résultats sans pouvoir les orienter, encore moins réglementer/limiter l'évolution. Quels que soient nos souhaits ou regrets.