En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 11 min 2 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 9 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 1 heure 54 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 25 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 49 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 29 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 26 min 28 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 49 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 10 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 4 heures 53 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 5 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
United States of Google

A quoi ressemblera un monde où Google, Facebook et Amazon décideront de tout ce que nous savons ou consommons sans même que nous en soyons conscients ?

Publié le 19 juillet 2015
Les moyens dont disposent ces grandes plateformes les incitent à se comporter comme des Etats et à gouverner nos conduites. Le monde qu'elles dessinent montre déjà le bout de son nez et il pourrait bien être en train de tous nous piéger.
Jean-Gabriel Ganascia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du LIP6, dans le...
Voir la bio
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les moyens dont disposent ces grandes plateformes les incitent à se comporter comme des Etats et à gouverner nos conduites. Le monde qu'elles dessinent montre déjà le bout de son nez et il pourrait bien être en train de tous nous piéger.

Atlantico: Alors que Google est depuis longtemps déjà une plateforme de contenu d'information, Facebook est désormais un hébergeur d'articles de presse. Quel pouvoir cela leur confère-t-il en matière de contrôle de l'accès à l'information ? 

Jean-Gabriel Ganascia : Les grandes sociétés de l’internet, celles que l’on appelle les GAFA, sigle qui se réfère à Google, Amazon, Facebook et Apple, jouent un rôle de plus en plus grand dans nos vies quotidiennes. Nous nous sentons de plus en plus souvent obligés de passer par elles si nous voulons un téléphone portable, si nous souhaitons chercher une information sur Internet, si vous voulons échanger avec nos amis sur Internet, si nous cherchons à stocker nos données etc. Ces sociétés correspondent à ce que Jaron Lanier, dans son livre Who Owns the Future ? (Qui possède le futur ?), appelle des Siren Servers par allusion aux sirènes d’Ulysse : elles chantent les plaisirs et les facilités de ce qu’elles offrent ; comment leur résister lorsque ce qu’elles proposent est accessible sans effort ? Mais, si elles nous séduisent, c’est pour mieux nous asservir plus tard. Elles anticipent nos désirs à court terme pour nous rendre esclave de leurs services.

Pourtant, elle ne décident pas de tout comme le faisaient les Etats totalitaires dans les années 1930, en cela qu’elles sont éminemment fragiles. En effet, nous pouvons du jour au lendemain, sans avertir personne, décider de changer de moteur de recherche pour formuler nos requêtes, de changer de marque de téléphone,  de changer de réseau social, etc.

Christophe Benavent :  Facebook et Apple censurent déjà la nudité et impose donc une norme qui n'est pas sociale, ni idéologique mais qui impose une valeur sur ce qu'on pense être l'espace social : un espace pudibond. Leur règle, par l'étendue de l'espace social qu'ils couvrent, s'impose sans accord ni discussion. Et modèle ce a quoi nous nous exposons. Ces deux marques pratiquent dès aujourd'hui ce que j'appelle une sorte de "wahhabisme digital". En clair, les moyens dont disposent les plateformes les incitent à se comporter comme des Etats et à gouverner nos conduites.

Depuis plusieurs années déjà, on observe un changement notable dans notre façon de consommer et de nous informer. A l'avenir, quels autres secteurs de notre société pourraient être concernés ?

Jean-Gabriel Ganascia : La GAFA propose de remplir la plupart des fonctions qu’assumaient les Etats, ce que l’on appelait les fonctions régaliennes, à savoir battre monnaie, établir le cadastre, gérer les archives et l’état-civil, instruire la population, dispenser les soins, etc. En effet, prenons une à une chacune de ces fonctions, nous voyons que les services de ces grandes sociétés de l’Internet peuvent aider à les exécuter à moindre coût. Par exemple, avec le bitcoin, nous avons une monnaie, Google Map dresse les plans indépendamment des services nationaux du cadastre, Facebook en connaît souvent plus sur les individus que l’administration des Etats, Amazon stocke sur le Cloud nos archives, Google investit dans la santé des sommes plus considérables que les organismes de recherche nationaux, etc.

Christophe Benavent : Tous les domaines d'activité sont concernés : la santé, l'emploi, l'alimentation, l'éducation, les transports, nos finances. La logique des plateformes est que pour maximiser la valeur elles doivent influencer nos conduites. Un exemple simple est celui du covoiturage, l'expansion du leader du marché dépend à la fois du fait d'avoir beaucoup de conducteurs et de celui d'avoir de bons conducteur. En étant capable d'inciter ses membres à rouler cool, il s'assure de l'intérêt des passagers. Cette incitation risque de faire de cette marque un acteur plus influant que la sécurité routière !

En quoi les évolutions suscitées par ces entreprises vont-elles nous être utiles ? Quels seront les bénéfices pour notre mode de vie ?

Jean-Gabriel Ganascia : Ces entreprises nous proposent les services dont nous avons besoin à moindre coût, ou en tout cas, pour un coût plus faible que d’autres nous le proposaient auparavant. Il apparaît donc extrêmement difficile de résister à leurs avances. En cela elles nous sont très utiles. Mais, ce qu’elles nous offrent possède en réalité un coût invisible. Nous sommes piégés. Avec le temps, il devient plus difficile de nous dégager. De plus, elles ne permettent pas à des sociétés de plus faible envergure, par exemple aux sociétés nationales ou européennes de subsister. Songeons, par exemple, qu’Androïd va bientôt proposer des décodeurs domestiques. Nous n’aurons alors plus besoin de passer par les opérateurs téléphoniques. D’un côté, nous serons satisfaits, car cela se fera à moindre coût. D’un autre côté, nous risquons d’être totalement asservi par quelques grandes sociétés de dimension mondiale qui nous proposerons tous les services, le téléphone, l’internet, les moteurs de recherche etc., sans vraiment d’alternative.

Le volume des données personnelles détenues par ces entreprises augmente sans cesse. De plus en plus de voix s'élèvent dans le monde pour dénoncer une menace sur la vie privée et sur les libertés publiques. 

Jean-Gabriel Ganascia : La clef de voute de l’édifice de l’économie contemporaine repose sur l’exploitation de grandes masses de données, les Big Data. En effet, c’est cela qui permet d’anticiper les désirs individuels et de proposer, à chacun, ce qui lui plaît. Nous vivons dans une économie de l’abondance. Nous sommes perdus dans l’océan des sollicitations. Nous faisons face à ce que certains appellent une crise du choix. Ces sociétés ayant à leur disposition toutes les informations sur nos choix passés (avec nos achats sur internet), sur nos mouvements (avec les traces laissées par nos téléphones portables), sur nos interrogations (avec nos requêtes sur les moteurs de recherche), sur nos amis (avec nos profils sur les réseaux sociaux) en déduisent énormément de choses sur nous et utilisent ces choses pour nous séduire. Cela constitue indubitablement une menace pour notre vie privée qui n’est plus et ne peut plus être respectée, en dépit des apparentes précautions que nous prenons. Ceci étant, les risques ne sont pas là où beaucoup le voient. Ces sociétés ne sont pas des Etats totalitaires, même si elles peuvent répondre aux injonctions des Etats, pour des raisons de sécurité publique. Elles ne souhaitent pas nous imposer un mode de vie uniforme. En revanche, elles risquent de dominer le monde et de supprimer les rôles des Etats-nations tels qu’ils existent en Europe. Il y a indubitablement un risque politique, mais pour le comprendre il ne faut pas garder les yeux dans le rétroviseur, et craindre le monde d’Orwell, de Staline ou de Mussolini. C’est une société bien différente qui se dessine. Le risque, c’est d’être réduit à l’état de consommateur et de ne plus être des citoyens. Nous devons regarder devant nous pour le voir et comprendre ce qui se profile !

Christophe Benavent : Votre remarque revêt deux aspects. Le premier est de savoir si le fait de posséder beaucoup de données sur les personnes permet de mieux les contrôler. Sans doute, mais pour le faire il faut des théories du comportement humain. Et ces entreprises ne les ont pas. La science sociale est fragile et enregistrer les données ne suffit pas à connaître. Les GAFA sont aveuglés. Ils ont toutes les données mais ne connaissent rien.

Le deuxième aspect est de savoir si ces entreprises veulent nous contrôler. Et clairement elles s'en moquent, nous pouvons être tout ce que nous voulons, c'est notre affaire. Ce qui leur importe c'est que nos conduites créent de la valeur. Facebook se moque de nos opinions, ce qui compte c'est que nous partagions le contenu des marques qui payent Facebook, tant que nous le faisions sans nudité...Quant au risque de dénonciation il est déjà existant et de droit. Ces plateformes peuvent facilement être des auxiliaires de police en plus de la police qu'elles imposent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 21/07/2015 - 12:58
Ridicule...
Ce qui me gêne dans l'exposé de ces messieurs est qu'il est stérile. Comme le dit Texas, rien de nouveau. Quand on est fonctionnaires et français, alors on est très fort pour dénoncer, moraliser, faire peur. Mais quand on est confronté à la réalité, la vraie, celle qui vous oblige à trouver par vous mêmes votre propre subsistance, alors on arrête de pleurer, et on...crée....Apple, Google, Amazon, Facebook, Netflix, Oculus Rift, Go Pro, Uber, Airbnb, etc, etc... Ces constats soit disant sophistiqués et toujours pleurnichards de la part de ces fonctionnaires dans ce pays de fonctionnaires où l'état d'esprit fonctionnaire et socialiste a envahit jusqu'à la sphère privée en la pétrifiant de toutes sortes de peurs, deviennent ridicules. Quand on est spécialiste des sciences cognitives, on devrait savoir que le cerveau répond à l'intention et à rien d'autre: être très fort pour critiquer ne crée aucune richesse. Etre très fort pour trouver des solutions à l'inéluctable avenir crée des richesses et un nouveau monde. Que les français arrêtent de pleurer, qu'ils se remettent en question, et qu'ils commencent à rêver le monde de demain.! Pas besoin de dire des conneries sur les GAFA.!.
Texas
- 19/07/2015 - 22:52
Sans rire ?
Parce que si l' on fait abstraction des G.A.F.A , ce n' est déjà pas le cas ? .