En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
"Dolce Vita ? Du Liberty au design italien (1900-1940)", au Musée d’Orsay.
Atlanti-culture

"Dolce Vita ? Du Liberty au design italien (1900-1940)" : du danger des titres d'exposition racoleurs

Publié le 22 mai 2015
Pourquoi parler de Dolce Vita dans le titre de la très riche exposition du musée d'Orsay sur l'art italien de 1900 à 1940 ? On est plutôt loin de l'univers de Fellini...
Mathilde Saint-Sever est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Saint-Sever pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Saint-Sever est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi parler de Dolce Vita dans le titre de la très riche exposition du musée d'Orsay sur l'art italien de 1900 à 1940 ? On est plutôt loin de l'univers de Fellini...

Thème

A l’aube du XXème siècle, alors que se trament les heures les plus sombres de son Histoire, l’Italie est le théâtre d’une véritable révolution artistique qui, par son audace et sa diversité, ébranlera les sphères créatives jusqu’à définir les codes du design industriel que nous connaissons aujourd’hui. Au cours d’une rétrospective sobre, intimiste mais fondamentale, le Musée d’Orsay retrace l’itinéraire artistique d’une Italie en proie à la montée du fascisme, dont le carcan a pourtant stimulé une créativité étonnante et un esprit furieusement visionnaire.

Points forts

• Le Musée d’Orsay a choisi de suivre une muséographie simple, linéaire et chronologique, un choix sage tant la richesse de l’exposition et la multiplicité des courants présentés suffisent à immerger le visiteur dans ces quarante années de fourmillement artistique ininterrompu. Ainsi, aux courbes florales de l’Art Nouveau succèdent les lignes raides mais mobiles du futurisme ; en réaction se développe ensuite la Métaphysique, combinant art classique et pinceau moderne, dans un mélange qui flirte avec l’absurde – son chef de file, Chirico, inspirera d’ailleurs les surréalistes, notamment Magritte, dont la ressemblance de style est parfois troublante. La tendance explose ensuite dans le Novecento, qui modernise, non sans un certain humour, les symboles du classicisme et de l’antiquité, avant de prendre le tournant de l’abstraction et du rationalisme, à l’origine du design industriel moderne.

• Comme le montre justement l’exposition, ces mutations plastiques continuelles sont, dans la plupart des cas, profondément influencées par les changements politiques qui ébranlent le pays. Par ailleurs, chaque courant et chaque artiste, ou presque, fustigent leurs prédécesseurs mais se nourrissent de leurs apports, à l’origine d’autant de ruptures que de continuité. De la même manière, la peinture, la sculpture, les arts décoratifs s’influencent mutuellement – et les visiteurs les plus attentifs seront surpris de retrouver des œuvres de Vittorio Zecchin dans la salle réservée au courant Liberty puis dans celle du Novecento, ou les nombreuses productions de Gio Ponti, d’abord rattaché à la Métaphysique avant de devenir l’un des pères du design industriel.

• L’exposition est aussi l’occasion pour le Musée d’Orsay de présenter avec fierté certaines de ses plus récentes acquisitions : on appréciera de découvrir le mobilier Art Nouveau de Bugatti ou les Mille et Une Nuits de Zecchin, qui étonne par sa monumentalité et sa force chromatique. Ne manquez pas non plus le Profil en Continu du Duce de Renato Bertelli, portrait impertinent de Mussolini, qui tranche radicalement avec la solennité de ceux produits à la même époque par Adolfo Wildt (à découvrir, pour les curieux, jusqu’en juillet au Musée de l’Orangerie/ cf notre récente chronique). Enfin, les plus sensibles au Liberty ne manqueront pas s’attarder sur le très rare triptyque de la Légende d’Orphée de Luigi Bonazza, condensé majestueux des sujets, du style et de la philosophie symbolistes.

Points faibles

Malgré sa richesse incontestable, l’exposition semble souffrir d’un relatif manque d’affluence. Si la rétrospective simultanée sur Bonnard capte probablement de nombreux visiteurs, l’on peut aussi s'interroger sur la stratégie de communication adoptée pour cette exposition : le nom « Dolce Vita ? » vise à confronter production artistique et chaos politique dans une Italie en transformation – encore loin du portrait idéal brossé par Fellini dans les années 1960 – mais il me semble manquer de clarté et d’une puissance symbolique à la hauteur de son exhaustivité ; enfin, l’affiche de l’exposition, qui reprend le Cirque Equestre de Donghi, magnifique mais dérangeant, ne contribue probablement pas à accroître son attractivité...

En deux mots...

Un aperçu à la fois complet et synthétique de la naissance du style italien ; l’on regrette cependant que son austérité apparente lui fasse du tort.

Recommandation

BonBon

Tweet Culture-Tops

Une expo meilleure que son titre.

Suivre @culturetops sur Twitter

Informations

"Dolce Vita ? Du Liberty au design italien (1900-1940)".

Musée d’Orsay, 1 rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris (www.musee-orsay.fr).

Jusqu’au 13 septembre du mardi au dimanche, de 9h30 à 18h ; et le jeudi, jusqu’à 21h45.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

03.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 22/05/2015 - 21:22
Expo
Ca existe l'art Italien? Bon content de l'apprendre. Si j'ai le temps j'irai voir çà.