En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 50 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 33 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 30 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 35 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 29 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 12 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 27 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 42 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 38 min
© Creative Commons / besopha
La dernière représentation de Don Giovanni de Mozart se déroulera le 14 février à l'Opéra Bastille.
© Creative Commons / besopha
La dernière représentation de Don Giovanni de Mozart se déroulera le 14 février à l'Opéra Bastille.
Atlanti-culture

Don Giovanni à l'Opéra Bastille : mécanique et sans chair

Publié le 13 février 2015
Avec
Avec Michael Haneke, ce sont la mise en scène et le décor qui prennent le pas sur la musique. Résultat, ce sont Mozart et les spectateurs qui trinquent.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brigitte Chirié-Serrell est chroniqueuse pour le site Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec Michael Haneke, ce sont la mise en scène et le décor qui prennent le pas sur la musique. Résultat, ce sont Mozart et les spectateurs qui trinquent.
Avec

OPERA 

DON GIOVANNI de Wolfang Amadeus Mozart
Livret de Lorenzo da Ponte
Direction musicale : Alain Altinoglu
Selon une mise en scène de Michael Haneke

THEME

Le Don Giovanni de Mozart, créé à Prague le 29 octobre 1787, sur un livret de Lorenzo da Ponte, inspiré du mythe de "don Juan", est un opéra en deux actes et en langue italienne.

La production actuelle est une reprise de celle de 2006, avec mise en scène de Michael Haneke, qui transpose l’opéra de Mozart dans l’univers de la finance , "l’argent permettant aujourd’hui toutes les transgressions qu’autorisait autrefois la naissance". Don Giovanni devient un "golden boy" ; Donna Anna, "la fille du patron" ; Zerline, "une technicienne de surface" …

POINTS FORTS

  • Le livret : Wagner disait de cette oeuvre, c'est "l’opéra des opéras". Des 3 opéras écrits avec da Ponte, Don Giovanni est sans doute le plus noir, le plus désespéré. Mozart a créé là sa musique la plus ombrageuse, la plus extrême, la plus parfaite aussi.
  • La direction musicale : Alain Altinoglu, chef français parmi les plus prestigieux du moment, dirige la production et, musicalement, c’est une réussite convaincante.
  • La distribution est d’un très bon niveau: 
     

- Don Juan est interprété par l'uruguayen Erwin Schrott, qui restitue parfaitement le côté macho pervers de son rôle. Don Giovanni est, dans cette interprétation, plus méchant homme que grand seigneur.

- Tatiana Lisnic est une Donna Anna à toute épreuve, sonore et précise, capable d’exécuter toutes les acrobaties vocales.

- Zerline bénéficie du timbre chaud de la mezzo Serena Malfi.

- Les talents de la mozartienne Marie Adeline Henry sont salués par des applaudissements mérités .

- Le Leporello d’Adrian Sampetrean est peut-être un peu trop effacé, mais sans doute est-ce dû à la difficulté d’exister à coté d’Erwan Schrott , acteur qui en fait « des tonnes » .

- Alexandre Duhamel, solide Masetto, semble un peu souffrir du tempo rapide imposé par le chef .

- Seul, Stefan Pop ne semble pas à l’aise dans le rôle d’Ottavio. Il manque de puissance.

 

POINTS FAIBLES

  • La mise en scène est perturbante : elle ne semble pas être au service de la musique. Pour Michel Haneke, le jeu théâtral est aussi important que le chant, voire certaines fois plus. Il fait tout reposer sur le jeu des acteurs, qui sont déshumanisés, sans nuances et réduits à une seule caractéristique : Don Giovanni, la recherche frénétique du plaisir en oubliant le charme ; Donna Elvira, l’amoureuse éplorée, bafouée, qui en devient "pleurnicharde" ;  Leporello, la soumission à son maître mais sans clairvoyance ni humour...

  • Cette mise en scène est sérieusement handicapée par un dispositif à décor unique qui est non seulement glacial et laid  mais, aussi, compliqué ; les effets de lumière le faisant apparaître tantôt, quand il est très éclairé, comme un couloir de la Sécurité sociale, tantôt, quand il est faiblement éclairé, comme un coupe gorges des bas quartiers. Les costumes n’ajoutent rien : Donna Anna sanglée dans son imperméable, façon vinyle blanc, n’a rien d’une grande dame ; Donna Elvira, avec sa jupe qui lui bat les talons et ses lunettes, ferait fuir n’importe quel mâle, sans parler des "techniciens de surface"...  On comprendra, que dans ce contexte, pour les chanteurs, c’est une véritable gageure de parvenir à nous faire goûter les grands airs de ce merveilleux opéra

  • Qu’un metteur en scène nous livre son interprétation d’une oeuvre en la modernisant par le décor, les costumes… c'est une chose mais qu’il la modifie, cela c’est insupportable. Don Giovanni est tué par "les techniciens de surface" qui se vengent et le passent par la fenêtre pendant que Donna Anna et Don Ottavio manipulent comme une marionnette le cadavre du commandeur... On est bien loin de la solennité du souper entre le commandeur et Don Giovanni, à la fin duquel don Giovanni est foudroyé par une force divine. L’atterrissage est dur, la déception est grande...

EN DEUX MOTS

Comment avec un parti pris intéressant (la transposition du pouvoir de l’aristocratie à celui de l’argent) et une bonne réalisation musicale, faire d'une oeuvre magnifique, une production ennuyeuse, dépassionnée et laborieuse ?

RECOMMANDATION

BOF !    Bof
Gardez votre envie d’opéra pour une autre production !
 

INFORMATION

Opéra Bastille, place de la Bastille
Réservation: 08 92 89 90 90 
                     operadeparis.fr
 
ATTENTION: dernière, le 14 février 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires