En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Dans la réalité, le trou noir déchiqueterait tout astronaute qui s'en approcherait.
Crédible

Interstellar : les astronautes survivraient-ils à un voyage dans l’espace-temps comme ceux des films ?

Publié le 10 novembre 2014
Le film Interstellar voit des explorateurs utiliser un trou de ver comme une porte vers d'autres contrées de notre Univers. Un voyage loin d'être possible dans la réalité.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film Interstellar voit des explorateurs utiliser un trou de ver comme une porte vers d'autres contrées de notre Univers. Un voyage loin d'être possible dans la réalité.

Dans un futur proche, la Terre est de moins en moins accueillante pour l'humanité qui connaît une grave crise alimentaire. Un groupe d’explorateurs s’attelle alors à la mission la plus importante de l’histoire de l’humanité : franchir les limites de notre galaxie pour savoir si l’homme peut vivre sur une autre planète, grâce à un trou de ver – une sorte de tunnel interstellaire – découvert près de Jupiter.

Un trou de ver (en anglais : wormhole) est, en physique, un objet hypothétique qui relierait deux régions distinctes de l'espace-temps et se manifesterait, d'un côté, comme un trou noir et, de l'autre côté, comme un trou blanc. Si notre Univers était une pomme, un ver pourrait la « traverser » par ce tunnel et se retrouver de l'autre côté sans avoir à parcourir toute sa surface.

Le scénario d'Interstellar s'inspire en grande partie des travaux de Kip Thorne, un éminent physicien théoricien réputé pour ses apports cruciaux à la physique, l’astrophysique et à la gravitation. D'après ses recherches, il serait possible de voyager dans le temps, grâce aux fameux trous de vers. Jonathan Nolan, le scénariste du film, a aussi expliqué avoir beaucoup lu les travaux de Carl Sagan, scientifique et astronome américain, pour écrire le scénario.

Interstellar est loin d'être le premier film basé sur le postulat qu'il est possible de voyager à travers un trou de ver. Star Trek ou Star Gate ont déjà basé de nombreux épisodes sur ce thème. Plus récemment, c'est par le biais d'un trou de ver que les chitauris envahissent New York dans Avengers.

La différence, c'est qu'Interstellar a tâché d'être le plus scientifique possible. Kip Thorne est d'ailleurs le rédacteur originel du scénario. "Ensuite, Christopher et Jonathan Nolan sont entrés dans le projet et l'histoire a beaucoup changé", raconte-t-il à Sciences et Vie. "Mais ils ont gardé mon exigence de départ : rien dans le film ne doit violer les lois de la physique".

Kip Thorne a notamment utilisé son expérience pour simuler l'apparence visuelle d'un trou noir entouré d'un disque d'accrétion de matière en rotation rapide. Thorne a eu la possibilité de développer une simulation numérique avec un degré de précision très avancé, menant même selon le magazine américain Wired à des découvertes scientifiques.

Reste que « ces images ne sont qu'à demi-réalistes », explique à Europe 1 Jean-Pierre Luminet, physicien spécialiste également des trous noirs et pionnier de la simulation de leur visualisation, En fait, Thorne précise qu'il a volontairement « simplifié » sa représentation pour ne pas désorienter le spectateur qui n'aurait pas compris le résultat visuel.

Si la représentation visuelle du trou noir du film est crédible, qu'en est-il de l'idée de voyager à travers ? Déjà, « il existe des millions de trous noirs dans notre galaxie mais ils sont à plusieurs milliers d'années-lumière de notre Terre. Impossible de s'y rendre pour l'instant », tempère Jean-Pierre Luminet.

Rappelons qu'avec les techniques de propulsion actuelle il faut presque une décennie pour quitter le système solaire et près de 100.000 ans pour atteindre l'étoile la plus proche. Ainsi la sonde spatiale New Horizons lancée à très grande vitesse vers Pluton, dernière planète du système solaire (rétrogradée depuis au statut de planète naine) a croisé l'orbite de Neptune au bout de 8 ans. Il lui faudrait donc plus de 80.000 ans pour franchir la distance la séparant de Proxima Centauri.

Et même si un vaisseau parvenait à atteindre un trou noir situé à cette distance (car un tel objet à proximité de notre système solaire risquerait d'engloutir la Terre), il serait rapidement déchiqueté. « Un trou noir ordinaire a une force gravitationnelle si puissante qu'un vaisseau qui tenterait, ne serait-ce que de s'en approcher serait étiré, un peu comme un spaghetti, et donc, déchiqueté », assure Jean-Pierre Luminet.

Si, admettons, on parvenait à « entrer » dans le trou noir et qu'il comprenait vraiment un trou de ver – ce qui n'est qu'une hypothèse – , le plus dur ne ferait que commencer.

Il existe en effet plusieurs hypothèses différentes de trou de ver :

- le trou de ver de Schwarzschild est infranchissable, car il est instable et se referme sur lui-même en l’espace de 10-43 seconde... Même la lumière n'aurait pas le temps de le franchir. Et si on essaye de l’agrandir, il s'autodétruit…

- le trou de ver de Reissner-Nordstrøm ou Kerr-Newman, franchissable mais dans un seul sens, pouvant contenir un trou de ver de Schwarzschild. Le problème de ce trou de ver, c'est qu'il est aussi instable, et qu'en admettant qu'il ne s'effondre pas, les astronautes tentant de le franchir seraient grillés par les radiations, écrivait Thorne en 1987

- le trou de ver de Lorentz à masse négative, franchissable dans les deux sens. Mais la quantité d'énergie exotique qui serait nécessaire pour maintenir ce trou de ver ouvert est hors de portée de notre civilisation, rappelle le site Smithsonianmag. Là encore, la gravité finirait par déchiqueter tout objet ou humain s'y aventurant.

Même Kip Thorne, finalement, pense que l’hypothèse d'un tel voyage est peu crédible. « Si les trous de ver peuvent exister, je doute que ça doit le cas dans notre univers astrophysique », écrit-il dans son livre The Science of Interstellar.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires