En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 4 min 22 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 13 min 24 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 8 min 14 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 54 min 36 sec
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 18 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 13 heures 50 min
© Reuters
Laisser vos enfants jouer avec un iPad ne fait pas de vous de mauvais parents.
© Reuters
Laisser vos enfants jouer avec un iPad ne fait pas de vous de mauvais parents.
Génération connectée

Pourquoi laisser vos enfants jouer avec une tablette ou un smartphone ne fait pas de vous de mauvais parents

Publié le 19 septembre 2014
Tablettes, iPads... Les enfants sont séduits, les parents aussi et pourtant la culpabilité des parents demeure à la vue de leur enfant face aux écrans. Nouveaux loisirs, les objets connectés ont leurs avantages et leurs inconvénients. Le tout est de ne pas rompre le dialogue.
Michael Stora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Stora est psychologue clinicien pour enfants et adolescents au CMP de Pantin.Il y dirige un atelier jeu vidéo dont il est le créateur et travaille actuellement sur un livre concernant les femmes et le virtuel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tablettes, iPads... Les enfants sont séduits, les parents aussi et pourtant la culpabilité des parents demeure à la vue de leur enfant face aux écrans. Nouveaux loisirs, les objets connectés ont leurs avantages et leurs inconvénients. Le tout est de ne pas rompre le dialogue.

Atlantico : L'IPad fait fureur chez les grands mais aussi chez les enfants. Les parents ont tendance à culpabiliser lorsqu'il leur arrive de laisser leurs têtes blondes jouer avec ces nouveaux objets connectés. Pourquoi les parents culpabilisent-ils à l'idée de laisser leurs enfants jouer avec un iPad ?

Michael Stora : En fin de compte, en général, les parents culpabilisent parce qu'il y a des discours véhiculés par des collègues et plus précisément des psychiatres qui vont avoir un discours assez diabolisant et très critique. A partir de ce moment là, il y a un peu l'impression que l'objet tablette fait d'eux de faibles parents, des  parents acceptant les caprices. Et derrière, ils peuvent aller jusqu'à imaginer que d'une certaine manière, ces objets là vont faire de leurs enfants des mutants, comme si l'objet tablette brisait la communication au sein de la famille.

Ils culpabilisent aussi parce que parfois, il y a une tradition sur l'idée que l'enfant au fond ne doit pas s'ennuyer et peut-être que ça devient un peu pervers. On sait à quel point ce n'est pas que l'enfant s'ennuie le problème mais la fragilité un peu narcissique des parents se sentant mal aimés, désaimés par leurs enfants si l'enfant dit qu'il s'ennuie. Donc il y a une sorte de paradoxe entre l'idée qu'il ne faut surtout pas qu'il s'ennuie et dès qu'ils offrent une tablette ils se sentent coupables parce que les médias entre autres leur font dire que tout cela est assez nocif.

Cette culpabilité est-elle justifiée ? Quels sont les risques existants à laisser ses enfants jouer avec des objets connectés dès leur plus jeune âge ? 

Le seul danger d'une tablette tactile, c'est si vous la recevez à travers la figure. C'est le seul danger ! Par contre, on observe quelques enfants, de petits enfants cinq ans, six ans qui vont passer beaucoup trop de temps, beaucoup trop. Et là on se rend compte que ça vient révéler dans quelques cas que j'ai pu avoir, en général, ce sont des enfants qui ont beaucoup d'inhibitions dans leur vie sociale. Ils ne se sentent pas toujours très à l'aise dans leur corps mais la tablette, les applications, les jeux qu'on leur propose leur permettent de maîtriser quelque chose que d'habitude ils ne maîtrisent pas. Ils ont une main mise sur cette image qu'ils ne peuvent avoir nulle part, que d'habitude ils n'ont pas dans la vraie vie. Il peut gagner alors que dans sa propre vie il ne gagne pas. ça le renforce dan sa confiance en soi mais certains ont des pratiques excessives. L'enfant a déjà un problème même à l'école il est très seul, il ne veut pas jouer avec les autres au foot par exemple. C'est ce type d'enfant qui peut passer plus de temps.

Il ne s'agit pas de penser que la tablette est responsable, voir même la tablette l'aide. Par contre à partir de ce moment là, il faut que les parents l'aident, voir fassent appel à un psy, psychomotricien pour l'aider. De toute façon, en général, internet, ces objets là sont des révélateurs de pathologies préexistantes.

Les interactions entre parents et enfants ont-elles été mises à mal par les objets connectés ? N'a-t-on pas tendance à en faire trop ? 

Il y a une problématique souvent qu'on va rencontrer chez les enfants. ça dépend de l'âge. Il y a un nouvel enjeu d'autorité que représentent ces écrans, c'est la question générale du temps passé dessus. Au bout d'un moment, les parents apparaissent comme les censeurs. Il est vrai que certains parents ont du mal à mettre les limites. Après, au niveau de l'adolescence, on voit bien que les objets ont une fonction d'autonomisation et à partir de ce moment là, ça peut avoir un effet intéressant pour l'ado. Mais les parents, du fait qu'ils doivent faire le deuil de cette position parentale vont accuser l'objet tablette, le portable d'être à l'origine de tous les maux.

Il y a des faits divers, le dernier en date un adolescent de quinze ans tue son frère et sa sœur. Il s'avère qu'il jouait trop aux jeux vidéo, même trop. Et donc à partir de ce moment là, il y a des collègues qui vont jusqu'à aller dire : "au fond le virtuel peut être à l'origine de passages à l'acte hyper violents". Il est évident que vous êtes parents, vous voyez votre enfant, votre ado qui joue à Call of duty ou un jeu de guerre, ça va tout de suite vous inquiéter. Est-ce que les médias sont à l'origine de cela? Est-ce qu'ils sont des caisses de résonnance ?

En quoi le problème est-il différent que celui qui est posé depuis des décennies par la télévision ? 

La télévision, les parents connaissent les codes, c'est vrai que d'une certaine manière au fond les parents eux-mêmes ont connu l'objet télévision dans leur propre enfance et leur adolescence. La télévision reste quand même dans le salon. ça reste un objet familiale. La tablette, l'enfant est seul face à sa tablette. Il pourra aller sur internet, voir des images qui ne sont pas adaptées pour lui, toutes sortes de choses qui inquiètent. Voir même, il y a les cybers prédateurs qui font qu'il y a un imaginaire très anxiogène sur le fait que l'enfant puisse avoir accès à des contenus sur internet. C'est une ouverture. Une étude menée par e-enfance il y a trois ans avait dit que 71% des parents ne savent pas ce que font leurs enfants sur internet. Soit on ne sait pas parce qu'on est souvent absent, qu'on n'a pas envie de prendre son temps, de discuter avec lui, parce qu'on se sent coupable. Et quand on se sent coupable, on devient le pire des juges.

Quelles sont les potentialités pédagogiques de ces objets connectés ? 

Une étude de l'université d'UCLA a montré que les jeux vidéo développent par exemple des compétences cognitives, la spatialisation 3D, l'intelligence déductive… maintenant peu importe. Avant tout, c'est l'idée du plaisir à jouer voir même de partager une partie avec Papa et Maman de jouer ensemble et c'est là que ça devient intéressant. Parfois, l'enfant continue la partie dit à son papa, "j'ai avancé la partie, regarde ce que j'ai fait" etc…

Dans quelle mesure faut-il néanmoins en limiter l'utilisation à la fois en termes de durée et de d'âge ? 

A aucun moment je ne donne de règles. Je pense qu'il faut que les parents se fassent confiance sur le fait qu'ils évaluent par eux même ce qu'ils pensent être bien pour leurs enfants. Je crois que la question c'est toujours un nouvel enjeu d'autorité. Peut-être que les parents eux-mêmes, parce qu'il est vingt heures, c'est l'heure d'aller manger, parce qu'ils trouvent qu'il joue trop longtemps, il faut que les parents aient le courage de supporter la colère de leur enfant, c'est ça la question derrière. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires