En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 10 heures 30 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 12 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 17 heures 3 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 18 heures 8 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 20 heures 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 20 heures 29 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 11 heures 2 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 43 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 17 heures 19 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 48 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 19 heures 15 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 20 heures 30 min
© Reuters
Le temps c'est de l'argent
© Reuters
Le temps c'est de l'argent
Tous pressés ?

Total débordé ? Pourquoi les gens qui pensent qu’ils n’ont plus le temps de rien s’auto-intoxiquent

Publié le 29 mars 2014
Le sentiment que le temps ne suffit plus à contenir toutes nos activités est de plus en plus commun, au point de devenir un vrai problème de société. Pas sûr pourtant que cela corresponde à la réalité.
Odile Chabrillac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naturopathe et psychanalyste, Odile Chabrillac est l’auteur du « Petit Eloge de l’ennui » et « Arrêter de tout contrôler » (Editions Jouvence). Formatrice et conférencière, elle a co-créé le site internet thedifferentmagazine.com, un site holistique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sentiment que le temps ne suffit plus à contenir toutes nos activités est de plus en plus commun, au point de devenir un vrai problème de société. Pas sûr pourtant que cela corresponde à la réalité.

Atlantico : Un article publié sur le site américain slate.com, revient sur un sentiment de plus en plus répandu, celui d'être débordé. Mal contemporain que cette impression d'être submergé, de ne jamais avoir de temps. Pourquoi sommes-nous si enclin à nous dire "débordés"? 

Odile Chabrillac : La première raison pour expliquer cette affirmation est qu’elle comporte une part de vérité : nous faisons beaucoup de choses, dans tous les sens, nous recevons une quantité incroyable d’informations par un nombre de canaux de plus en plus importants et notre cerveau doit faire le tri dans tout cela, déterminer ce qui est important et ce qui ne l’est pas, en évitant de faire des ratés ! La seconde raison, c’est qu’il est socialement valorisé d’être le plus occupé possible : on donne aux autres ou on se donne ainsi l’impression d’être quelqu’un d’important. Comment ferait la terre pour tourner si l’on n’était pas à la barre en permanence ?

Sommes-nous aussi débordés que nous voulons bien le croire ? Comment expliquer ce décalage entre la réalité et le ressenti ? 

Oui et non : nous avons mille opportunités pour occuper notre temps, un nombre incroyable de séries télé à regarder le soir dans son lit, un nombre d’amis, de films, d’expos à voir en croissance constante. C’est la même chose au niveau professionnel, nous pouvons toujours en faire davantage, suivre une nouvelle formation, rencontrer de nouveaux prospects, soutiens, clients éventuels… Le potentiel des possibles est quasi illimité. Et nous l’avons bien intégré. Ce qui est plutôt une bonne chose. Mais entre tous ces possibles que nous portons en nous et notre réalité, il y a souvent une réelle différence. Si l’on regarde simplement ce que l’on a à faire, en respectant les délais, sans overdose illusoire, alors cela reste dans nos cordes la plupart du temps. Il suffit de voir le temps que l’on est capable de libérer dans nos plannings surchargés lorsque l’on est amoureux… Le temps est élastique en fonction de nos priorités !

Un emploi du temps surchargé est-il considéré comme une vertu ?  L'ennui et le temps libre ne possèdent-ils pas leurs propres mérites ?

Nul doute qu’il est extrêmement valorisé dans nos sociétés de faire un grand nombre de « choses », de ne pas « perdre » son temps. La question est pourtant : à force de courir comme ça, ne le perd-on justement pas ? Vivre, est-ce s’agiter ainsi dans tous les sens, zapper d’une activité à une autre, consommer de l’action sans s’arrêter ? Comment créer dans ses conditions, comment penser, voire même intégrer ce que nous avons vécu, appris, compris ? Le temps vacant, et l’ennui, favorise de tels phénomènes psychiques : nous ne sommes pas des ordinateurs, notre cerveau a besoin de recul pour bien fonctionner, au risque de déraper ou d’imploser (c’est ce qui se passe en cas de burn-out par exemple). Et puis aussi et peut-être surtout, profiter de l’existence, la savourer, passe par un rythme raisonnable, celui du silence, du retour sur soi, de la rencontre, du partage, de la sensualité.

Même si nous ne sommes pas aussi occupés que nous le pensons, quels sont les conséquences du stress, bien réel, généré par ce sentiment ? 

Le stress est un mal naturel et nécessaire, car il témoigne avant tout du fait que nous sommes vivants et qu’en tant que tel, nous sommes aptes à nous adapter en permanence à notre environnement. Néanmoins, ici comme souvent, c’est la dose qui fait le poison et ce stress finit par devenir gênant voire insupportable au-delà d’un certain seuil, limite avec laquelle nous flirtons de plus en plus régulièrement. Or un tel comportement finit par impacter notre corps, engendrant une fatigue profonde, ce qui finit par nous vider nerveusement dans un deuxième temps et on ressent alors de plus en plus de frustrations et de tensions. C’est comme un cercle vicieux qui se met en place et dont il est difficile de s’extraire par la simple volonté.

Un certain niveau de stress est donc nécessaire à la vie, mais le dépassement d’un seuil (variable selon les individus d’ailleurs) peut devenir dangereux voire fatal, s’il dépasse les capacités d’adaptation de l’organisme, d’où l’apparition de maladies qui peuvent être parfois mortelles. La production excessive et répétée d’hormones du stress et cette impossibilité de se dérober aux agressions font que, à la longue, les organismes finissent par s’user : troubles digestifs, maladies cardio-vasculaires, sans parler des troubles psychosomatiques comme la nervosité ou les insomnies.

Comment rétablir l'équilibre entre le ressenti et la réalité ? 

Tout ce qui va faire miroir de nos comportements est ici le bienvenu : cela peut consister à établir des listes sur le papier, en parler à des proches ou à un professionnel, pour faire le tri entre le réel et le fantasmé, le possible et le souhaitable. L’objectif étant de cesser de penser en boucle, de ruminer, de se dire sans cesse « il faut », « je dois ». Pour aller davantage vers « je choisis », « je souhaite » ou « j’ai envie »… Tout ce qui va nous sortir du mental et nous remettre dans notre corps est également essentiel : se faire masser, chanter, faire du sport, faire l’amour… Autant de moyens de cesser de sortir de notre vie fantasmée pour réintégrer la (bien agréable) réalité

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Léa
- 29/03/2014 - 22:42
Beaucoup à faire...
Voir les trois dernières saisons de leur série télé,configurer leur ordinateur, leur portable, leur tablette, leur smartphone, passer/recevoir des coups de fils pour se faire redonner l'adresse du rendez-vous qu'ils avaient déjà notée, télécharger l'OS suivant pour leur McIntosh, faire leur shopping en ligne, envoyer le enième SMS de la journée à leur cousine, puis à leur collègue pour vérifier qu'il a bien reçu leur dernier mail, aller à leur aquagym, aller au cinéma puis retour devant la télé, etc.
Comment veut-on que 24 heures suffisent ?
yavekapa
- 29/03/2014 - 20:48
mais oui, débordé
avec les développements informatiques et de communication, tout va de + en + vite.
donc les chefs pensent que ça doit être pareil pour le boulot
donc ils demandent du boulot qui doit être fait plus rapidement, et donc on peut alors demander plus de boulots
et des chefs il y en a un peu partout, et chacun veut être servi le premier
et des exécutants, il y en a de moins en moins, productivité oblige
et pourtant l'exécutant il doit déjà assurer en premier son boulot sinon il se fait virer
alors on "forme" l'exécutant : il faut faire la différence entre l'important et l'urgent, et apprendre à dire non.
mais si tu dis non, tu te fais virer
si tu vas voir ailleurs c'est pareil
le problème en France a été aggravé par les 35h
point
- 29/03/2014 - 18:43
La peur de l'ennui ....
beaucoup de gens que j'ai rencontré et qui se disaient "débordés"
, étaient en fait des personnes qui créaient eux mêmes cet etat ,
pour deux raisons : 1: Peur de l'ennui - 2 : Par vanité 3: Pour etre ( se donner l'air ) moderne , dynamique ; donc ces gens sont de "petites" gens qui jouent à l' "agenda rempli pour 3 semaines " (expression revenant très souvent ) .
Pour finir , si qq est "débordé" et n'est pas dans les 3 cas sus décrits , c'est qu'ils sont mal organisés , tout simplement .