En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 14 heures 8 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 14 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 19 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 20 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 20 heures 25 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 13 heures 41 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 14 heures 30 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 18 heures 20 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 19 heures 20 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 20 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 20 heures 26 min
Quand votre coeur fait Boon

Cinéma des villes contre cinéma des champs

Publié le 29 mars 2011
Le film de Dany Boon "Rien à déclarer", comme son ainé " Bienvenu chez les ch’tis", surfe sur le clivage de la société française. Un succès modéré à Paris mais important en province malgré la vétusté de certaines salles.
Denis Parent est réalisateur, scénariste et journaliste.Il tient pour Atlantico la rubrique "Les bras m'en tombent" où il raconte sur un ton très personnel l'actualité de notre époque à travers son quotidien. Passionné de cinéma, il a travaillé pour la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Parent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Parent est réalisateur, scénariste et journaliste.Il tient pour Atlantico la rubrique "Les bras m'en tombent" où il raconte sur un ton très personnel l'actualité de notre époque à travers son quotidien. Passionné de cinéma, il a travaillé pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film de Dany Boon "Rien à déclarer", comme son ainé " Bienvenu chez les ch’tis", surfe sur le clivage de la société française. Un succès modéré à Paris mais important en province malgré la vétusté de certaines salles.

On me dit que le film de Dany Boon Rien à déclarer qui est un grand succès dit « populaire » a marché très fort en province et modérément à Paris. Ce fait est modérément étonnant.

Un statisticien vous dirait que c’est tendanciel dans l’histoire du cinéma français, un analyste politique au contraire que c'eût été intriguant. Même si l’on a une légitime défiance à l’endroit des statisticiens et des analystes politiques, ce film aurait pu être produit au siècle dernier sans que le scénario en soit réellement affecté. De quoi s’agit-il ? De l’affrontement entre deux fonctionnaires dont la francitude de l’un n’a d’égal que la belgitude de l’autre, vu sous l’angle bien sûr de l’imagerie d’Epinal.

Poelvoorde fait le belge avec le talent que l’on sait et Boon fait le beauf avec l’énergie qu’on lui concède. C’est drôle. Aussi drôle que l’était Bienvenu chez les ch’tis. Je le dis sans ironie mais avec le désarroi d’un homme qui est né et a passé six ans dans les jupes de sa grand-mère à Cambrai.

Rien à déclarer bon an, mal an fera dix million d'entrée avec la holà habituelle de la région Nord-Pas-de-Calais, ce qui est un moindre succès comparé au chiffre historique des « Ch’tis » qui culminent à plus de vingt millions. Ce dernier film est devenu devant La grande vadrouille de Gérard Oury le n°1 du cinéma français toutes époques confondues.

France des villes vs France des champs

Laissons le statisticien à ses pensums et revenons à nos douaniers. Il existe un supposé clivage entre la France des villes et la France des champs. La France profonde, d’en-bas, du terroir, comme on voudra, plébiscite depuis toujours un cinéma identitaire, sorte de diaporama qui, de génération en génération s’enquiert de la pérennité des mythes que sont le calendos, le clocher, la 2CV, le bon sens paysan, les honnêtes gens et les canailles, qui vérifie que les gens du nord sont toujours au nord et ceux du sud toujours au soleil.

La morale est toujours que ce pays brinqueballé à hue et à dia par ses régionalismes, ses accents, sa lutte des classes, ses intellos et ses bourrins s’en tire toujours dans une apothéose de bonheur et de tolérance, de mariage sans enterrements et de réconciliation néo-républicaine au moment du générique de fin. A une époque où la perspective d’annexer, en dépit de leur plein gré, nos amis wallons et francophones dénués de tous gouvernements depuis des lustres, n’est pas totalement une vue de l’esprit, ce film plait parce qu’il est gaulois. Et Boon est l’héritier putatif d’un Marseillais, Fernandel, d’un Normand Bourvil, d’un émigré espagnol né à Courbevoie, de Funès, ce dernier ayant beaucoup lui aussi honoré le képi en incarnant pour l’éternité le gendarme à la française. Pour le cinéphile de passage on rappellera ainsi que, déjà, en 1958 sur le front sud, le gendarme Fernandel tentait d’endiguer les manigances contrebandières de l’italien Toto dans le film de Christian-Jaque La loi c’est la loi.

Mais aujourd’hui la France des provinces se voit plus française que la France des villes. Elle regarde le pays quand le citadin regarde le monde. Elle passe encore son certificat d’études quand l’urbain est en master UCLA. C’est Raffarin contre DSK. Le pot de terre contre le pot de fer. Le rat des villes contre le rat des champs. C’est une vieille lune et comme toutes les lunes elle n’est qu’à moitié vraie.

Cinéma de province : le parent pauvre

Pour moi qui vit en province, dans « la plus proche des iles lointaines » comme on appelle plaisamment la Corse quand on ne la traite pas « d’Ile de beauté », le cinéma en salle est un voyage spatio-temporel. Il n’y a plus à Ajaccio que deux salles où les programmations sont aléatoires et systématiquement en VF. Les horaires sont fantaisistes et les projections calamiteuses quand au son, il fait regretter le cinéma muet. C’est le cas dans un grand nombre de villes de moyenne importance.

Même si l’on ne peut désormais (presque) tout voir en DVD, en streaming, en téléchargeant légalement ou pas, tout le monde sait que le cinéma c’est un grand écran, une salle et des dizaines de gens qui lèvent les yeux sur un faisceau de lumière. Or une grande majorité des gens dans ce pays n’ont plus accès à des salles dignes de ce nom. Peu d’offre, plus de choix. Et donc perte d’habitude, de culture et d’exigence.

Ainsi perdure et triomphe un cinéma d’ancienne facture qui relate une France d’avant-hier qui fait semblant d’être aujourd’hui. Je ne dis pas que c’est mal, je pense que c’est insuffisant. Même s’il se trouvera toujours à La Motte-Beuvron des cinéphiles fous pour montrer Tim Burton, Christopher Nolan ou Pedro Almodovar à leurs grands-mères. Alors en attendant l’enseignement du cinéma dans les lycées, ou d’hypothétiques salles modernes,  les gens de province vont continuer de rigoler dans un cinoche comme il leur arrive de guincher au bal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

04.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le Gône
- 30/03/2011 - 22:33
Faut quand même pas pousser...
La Corse je sais pas..mais dans mon village du Rhône (69) et dans d'autres autour, les films sont recents,et parfosi en vant premiere; le son est au minimum Dolby, et généralement numérqiue..et les VO sont toutes le séances du Mardi..alors faut vous calmer Monsieur Parent, il n'y a pas que la Corse en France,et statistiquement parlant votre démonstration en devient nulle.