En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© © Capture d'écran Youtube
Fin de la psychose
La poupée terrifiante du Momo challenge a été détruite
Publié le 04 mars 2019
L'artiste japonais Keisuke Aiso, qui avait créé la poupée effrayante reprise dans le cadre du Momo challenge, vient de révéler ce lundi que ce personnage terrifiant avait été détruit l'an dernier.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'artiste japonais Keisuke Aiso, qui avait créé la poupée effrayante reprise dans le cadre du Momo challenge, vient de révéler ce lundi que ce personnage terrifiant avait été détruit l'an dernier.

L'artiste japonais à l'origine du personnage repris sur les réseaux sociaux dans le cadre du défi macabre et dangereux, le "Momo Challenge", a confirmé ce lundi que le personnage terrifiant avait bien été détruit l'an dernier. 

L'artiste a indiqué qu'il n'avait jamais eu l'intention de causer du tort. Cette poupée d'un mètre de haut, représentait un personnage monstrueux, inspiré d'un fantôme japonais. La créature en question a été imaginée par Keisuke Aiso. Il est à la tête de l'entreprise Link Factory, spécialisée dans les accessoires pour des séries télévisées. 

Selon son créateur, la version originale de ce personnage effrayant a donc été détruite l'an passé en raison de son état de dégradation et non pas pour son utilisation dans le cadre du "Momo Challenge". 

"Elle était censée faire peur aux gens, oui, mais pas de faire du mal à quiconque". 

Cette créature fantomatique avait été présentéé en 2016 lors d'une exposition à Tokyo. 

Le créateur de la poupée tient donc à rassurer les parents et les enfants. La poupée du Momo challenge n'existe plus et a été détruite. Keisuke Aiso s'est exprimé dans les colonnes du Sun

"Les enfants peuvent être rassurés. Momo est morte. Elle n'existe pas. La malédiction a disparu".

Cette poupée, baptisée "Mother Bird", représentait le torse nu d'une femme avec la moitié inférieure d'un oiseau. L'artiste avait avoué que son intention avait été de faire peur aux gens avec une création inspirée des films d'horreur. Il s'était inspiré d'une histoire de fantômes japonais sur une mère qui meurt en couches et se présente comme une femme-oiseau qui hante la région où elle est décédée.

L'image terrifiante de cette poupée a ensuite été détournée et utilisée sur YouTube ou dans les messageries instantanées comme WhatsApp pour le "Momo challenge". Les participants de ce défi sont menacés et harcelés afin de commettre des actes dangereux qui peuvent entraîner la mort. 

Selon des précisions du Figaro, un père a porté plainte en France en 2018 après la mort de son fils qui avait été retrouvé pendu avec sa ceinture de kimono dans sa chambre. Selon sa famille, ce jeune garçon aurait été victime du "Momo challenge". 

Suite à la polémique du "Momo challenge", le personnel de la galerie d'art dans laquelle la poupée avait été exposée a été victime de menaces de mort, selon des précision du Dailymail

Les rumeurs les plus folles et des fausses informations se sont répandues sur l'impact et les conséquences du "Momo challenge". La révélation de l'artiste Keisuke Aiso va néanmoins permettre aux enfants et aux parents d'arrêter d'avoir peur de cette poupée terrifiante sur les réseaux sociaux et sur les messageries instantanées. 

Vu sur : Dailymail
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires