En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© REUTERS/David Mercado
Vox ducis civitatis
Bolivie : le Président Morales ne veut plus du calendrier Grégorien
Publié le 27 juin 2016
Lors des célébrations du solstice d'hiver dans l'hémisphère sud le 21 juin dernier, le chef de l'État Bolivien a rappelé que son peuple vivait en l'an 5524 du calendrier Aymara.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors des célébrations du solstice d'hiver dans l'hémisphère sud le 21 juin dernier, le chef de l'État Bolivien a rappelé que son peuple vivait en l'an 5524 du calendrier Aymara.

Bonne année 5524 ! Evo Morales, Président socialiste de l'État plurinational de Bolivie depuis 2006, souhaite remplacer pour son pays le calendrier Grégorien par le calendrier de ses ancêtres, les Aymara.

C'est ce que le leader de La Paz a déclaré le 21 juin dernier lors des fêtes du solstice d'hiver en Bolivie, voulant se débarrasser d'un des éléments que leur a "imposé" l'empire "colonial" de la couronne d'Espagne depuis le XVIe siècle.

Dans cet effort de décolonisation culturelle voulu par M. Morales, ce dernier a suggéré que sa nation des Andes "se réapproprie son calendrier ancestral". Afin de "reconstruire notre identité", a-t-il déclaré.

En 2014, le Président bolivien, dirigeant syndical, et d'origine Aymara, s'était déjà distingué en changeant le sens de rotation de l'horloge du Congrès à La Paz, la surnommant "l'horloge du sud".

En 2010, il avait déclaré "fête nationale" le solstice d'hiver, tradition Inca qui rassemble le peuple de Bolivie avant le lever du soleil afin de célébrer le nouvel An chaque 21 juin.

En Bolivie, plus de 42% de la population appartient à l'un des 36 groupes ethniques indigènes que compte le pays.

Lire aussi : Bolivie : la population dit "non" à un quatrième mandat pour Evo Morales

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Bientôt des personnages gays chez Disney ?
02.
Le Sénat pour les nuls
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 29/06/2016 - 11:09
☺ Quand tu veux !
T'est un bon gars ! Fais comme tu le sens on s'en fout de ta vie ! (Ferme l'aéroport de Bogota pour éviter les accidents :-) et donne des patates au peuple ! (et un peu de foot)