Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Le salon Innorobo
©

La minute "Tech"

Le salon Innorobo

Le salon Innorobo, qui a lieu à Lyon cette semaine, va permettre de faire le point sur les avancées dans ce domaine technologique majeur.

Nathalie Joannes

Nathalie Joannes

Nathalie Joannès, 45 ans, formatrice en Informatique Pédagogique à l’Education Nationale : création de sites et blogs sous différentes plates formes ;  recherche de ressources libres autour de l’éducation ;  formation auprès de public d’adultes sur des logiciels, sites ;  élaboration de projets pédagogiques. Passionnée par la veille, les réseaux sociaux, les usages du web.

Voir la bio »

Il y a encore 30 ans, le robot restait ancré dans nos imaginaires et relevait de la science fiction. La star de nos fantasmes sont les deux robots de la guerre des Etoiles : R2-D2 et C3PO. Des robots capables de communiquer, d’agir, de réfléchir.

Des blogs comme robotsblog, continuent à alimenter ces rêves enfantins, en annonçant  un concours créé par Futura Sciences  : « imaginez le robot du futur ».

Innorobo permet de faire le point sur les avancées dans ce domaine technologique de pointe.

Lyon capitale européenne de la mécatronique

Un robot est un dispositif mécatronique : la mécatronique allie la mécanique, l’électronique, et l’informatique.

Syrobo, syndicat de la robotique, apporte une définition précise du robot : « La définition même du robot varie d’une organisation à l’autre. Peut être considéré comme robot, tout système qui intègre des capteurs et actionneurs, et opère de façon autonome ou semi autonome en coopération avec les humains. Les recherches robotiques mettent en avant le concept d’intelligence et la capacité d’adaptation aux environnements imprévisibles. »

INNOROBO, qui a lieu les 23 et 24 mars à Lyon (Centre des Congrès de la Cité internationale), est l’occasion de s’émerveiller, rester pantois, ou bien rester sur sa faim. C’est le premier événement professionnel européen. L’objectif est de démontrer que la France et l’Europe restent compétitives dans le développement de l’intelligence des robots. De tels salons existent déjà en Asie (Corée du Sud et Japon), et aux Etats-Unis.

Les visiteurs attendus à ce salon sont très variés : fabricants ou fournisseurs de technologies, porteurs de projets, organismes publics d’enseignement et centres de recherche, distributeurs et acheteurs, responsables RDI dans des secteurs d’activité variés, investisseurs... Les étudiants des filières scientifiques et techniques sont également invités pour découvrir de nouveaux métiers.

Le salon est essentiellement dédié à la robotique de services, qui deviendra le  secteur majeur de l’activité économique du 21ème siècle. Le marché de la robotique de services était de 12 milliards de US$ en 2009 et devrait doubler d’ici 2012 (source IFR). Le nombre de personnes travaillant dans la robotique devrait décupler sur les 5 prochaines années.

Cela concerne les activités suivantes : l’Internet des objets et les maisons intelligentes ; la Santé – notamment les services de rééducation et d’assistance à la personne ; l’Éducation et les Technologies ; les Loisirs numériques ; la surveillance et la sécurité ; les services des collectivités locales et territoriales, la défense.

Les robots – actuellement – servent donc à accomplir des tâches que ne peuvent effectuer les êtres humains (trop dangereuses ou pénibles), et  ainsi que des tâches plus simples mais que le robot réalisera mieux que l’être humain.

Les robots se sont imposés dès le début des années 1970, pour certaines tâches comme la peinture des carrosseries automobiles, en atmosphère de vapeurs toxiques. Depuis, l'évolution de l'électronique et de l'informatique permet aux robots de réaliser des tâches de plus en plus complexes, avec de plus en plus d'autonomie, et de plus en plus rapidement.

La science des robots se nomme la robotique.

L’ humanoïde devient polyvalent

Au début du nouveau millénaire, le robot n’était donc utilisé qu’en industrie pour la conception de produits. A la maison, rien n’allait au-delà du chien Sony dont peu  de propriétaires ont reconnu une véritable utilité dans le foyer. Si encore, il avait apporté le journal le matin, avec un bon déca.

Depuis quelques années, la robotique s’est appliquée à de nouveaux secteurs comme le médical, l’agriculture, les transports, la sécurité ou encore la défense. Les robots humanoïdes ont également rapidement pris forme avec les démonstrations nippones de robots faisant un pas, puis parlant, puis faisant 5 pas, puis soulevant un objet, puis marchant, parlant et agissant.

Pour le moment, nous ne sommes pas épatés par les résultats de la robotique. Dans les  années 80, on nous prédisait l’arrivée du robot idéal. Celui doté d’une intelligence comparable à la nôtre.

Trente ans plus tard nous en sommes aux aspirateurs, autonomes certes, mais pas intelligents.

Les stands de robots « techniques », de haute précision n’attirent pas grand monde. Mais les robots de notre enfance attirent la foule. Pourtant, ils n’apportent pas grand-chose de plus – mise à part l’apparence futuriste – que le poupon interactif  que l’on offre à sa petite fille.  C’est dans les autres stands qui faut chercher, questionner. Nous savions que des robots intelligents  existent déjà,  dans d’autres domaines, et sont devenus précieux : le laboratoire informatique avancé de Saint Denis, nous montre une infinie d’applications actuelles des robots : la médecine, avec par exemple des résultats d’analyse robotisés.

A Lyon, on peut voir de pures merveilles. Et saisir la véritable utilité du robot, l’accroissement inévitable de son utilité. Cela peut paraître bizarre, mais en une journée passée sur un salon, une image ancre mon esprit : un bras robotisé, à destination de personnes amputées. Là, on ressent la nécessité de développer au plus vite ce domaine.

L’avènement d’un robot intelligent, est directement lié aux recherches sur l’intelligence artificielle. L'Intelligence Artificielle (IA) est la science dont le but est de faire faire par une machine des tâches que l'homme accomplit en utilisant son intelligence. La terminologie  d'Intelligence Artificielle est apparue en 1956. On parle aussi d'Informatique Heuristique.

L’informatique est la science du traitement de l’information. L’Intelligence Artificielle s'intéresse à tous les cas où ce traitement ne peut être ramené à une méthode simple, précise, algorithmique. La naissance du robot intelligent dépend des recherches dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Le site du CNRS apporte de précieuses informations, extrêmement riches, images à l’appui, sur l’état actuel des recherches en matière de robotique.

Au Japon, après les accidents nucléaires, des robots sur le site de Fukishima, capables d’intervenir sur les sites contaminés. Ce type de robot a été créé après la catastrophe de Tchernobyl.  

Nous sommes sans soute encore loin du robot, compagnon domestique. Mais grâce à ce salon, on peut entrevoir les retombées imminentes dans nos vies privée (gain de temps, confort, aides eux personnes seules et dépendantes). Ce sont des domaines primordiaux.

Les robots vont peu à peu s’installer dans nos vies personnelles. Transport, sécurité, assistance à la personne, mais aussi éducation, santé ou loisirs. Les domaines d’applications vont s’élargir au fil des ans.

Cette révolution va s’accompagner de nombreuses questions et engendrer des  besoins d’organisation professionnelle. De nouveaux métiers vont apparaître comme le roboticien, le spécialiste d’intégration robotique, le formateur à la robotique personnelle... Des sensibilités pour ou contre les robots à l’école vont débattre. Des règles éthiques devront certainement être mises en forme….

(Source : Syrobo)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !