Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le fameux laboratoire Google X, en charge de projets futuristes, planche sur une pilule à base de nanoparticules capables de détecter les prémices du cancer ou d’autres maladies.
©Reuters

Atlantico santé

Google veut détecter le cancer grâce aux nanoparticules ; le corps des femmes : décryptage de 6 idées reçues

Et aussi : un homme paralysé remarche après une greffe de cellules olfactives ; dossier : les vaccins, alliés du système immunitaire.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Google veut détecter le cancer grâce aux nanoparticules

Le fameux laboratoire Google X, en charge de projets futuristes, planche sur une pilule à base de nanoparticules capables de détecter les prémices du cancer ou d’autres maladies. Un bracelet électronique suffirait à les interroger pour savoir ce qu’elles ont détecté. Selon l’entreprise, cette technologie pourrait être viable au cours de la prochaine décennie.

Google veut nous faire avaler des pilules, mais pas n’importe lesquelles. Dans le secret de son laboratoire Google X, auquel on doit notamment des lentilles de contact mesurant la glycémie, une équipe travaille à un projet très ambitieux. Il s’agit de créer une pilule faite de nanoparticules qui se promèneraient dans le corps et iraient se fixer sur des cellules, des protéines ou des molécules douteuses. Ces nanoparticules seraient magnétiques, de manière à pouvoir être rassemblées vers un point précis du corps grâce à un bracelet électronique qui recueillerait ces informations.

Lire la suite sur Futura-sciences

Le corps des femmes : décryptage de 6 idées reçues

Faux. Un homme paralysé remarche après une greffe de cellules olfactivesEn France, 57 % s’estiment plutôt heureuses dans leur corps. Si elles ressentent encore la pression sociale de devoir être parfaites, la majorité des femmes ne tombe plus dans le panneau des canons de beauté véhiculés par la publicité. Elles sont d'ailleurs 71 % à être satisfaites de leur vie sexuelle qui est liée à leur bien-être psychologique, affectif mais aussi corporel.

Les femmes restent encore sous-représentées dans les études scientifiques, pour des raisons historiques et parfois sexistes : préserver de futures mères des essais cliniques, mères indisponibles car devant garder les enfants, système hormonal trop complexe par rapport au système masculin, etc. Aussi, les mythes concernant leur corps ne manquent pas. Éclairage.

Lire la suite sur Futura-sciences

Un homme paralysé remarche après une greffe de cellules olfactives

Darek Fidyka, un Bulgare de 38 ans paralysé suite à une agression au couteau en 2010, peut désormais remarcher, grâce à une greffe de cellules provenant de son système olfactif. L'opération a eu lieu en 2012, à Wroclaw, en Pologne.

Certaines lésions de la moelle épinière peuvent paralyser à vie des patients car les fibres nerveuses sectionnées ne se régénèrent pas spontanément. Un espoir de traiter ces cas apparemment incurables vient de surgir, grâce à certaines cellules permettant l'odorat : les cellules olfactives engainantes (olfactory ensheating cells ou OEC) et les fibroblastes olfactifs nerveux (olfactory nerve fibroblasts ou ONF). Les premières sont des cellules gliales qui, avec les fibroblastes, forment une enveloppe autour des faisceaux de fibres nerveuses olfactives. Des études chez l’animal ont montré que la greffe de cellules OEC et ONF cultivées à partir du bulbe olfactif pouvait conduire à la régénération et à la reconnexion d’axones de la moelle épinière. D’où l’idée de transposer ces résultats chez l’Homme.

Lire la suite sur Futura-sciences

Dossier : les vaccins, alliés du système immunitaire

Les vaccins nous obligent à faire des anticorps et les anticorps nous évitent d'être malades : une bonne raison pour chercher à savoir comment ils fonctionnent.

Lire la suite sur Futura-sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !