Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
©NOEL CELIS / AFP

Origines du virus

Wuhan : des serpents pourraient être la source de l'épidémie du coronavirus chinois

Selon des informations de CNN, des serpents pourraient être à l'origine du récent coronavirus. Le virus aurait muté pour se transmettre à l'homme.

Deux types de serpents, le Bungarus multicinctus (Bongare rayé) et le Naja atra (Cobra chinois), sont des espèces venimeuses. Ils pourraient être la source originale du coronavirus chinois. Il semblerait que le coronavirus ait d’abord été l’objet d’une première mutation en contaminant des serpents, lui permettant ensuite d’infecter des humains.

La maladie a été déclarée à la fin du mois de décembre 2019 à Wuhan, en Chine.

En utilisant des échantillons du virus isolé sur des patients, des scientifiques en Chine ont déterminé le code génétique du virus et ont utilisé des microscopes pour les étudier. Le pathogène responsable de cette pandémie est un nouveau coronavirus. Il s'agit de la même famille de virus que le coronavirus du SRAS, responsable de la mort de centaines de personnes ces dernières décennies. 

L'Organisation mondiale de la santé a nommé le nouveau coronavirus nCoV. Le nom de coronavirus vient de sa forme qui ressemble à une couronne. 

Le coronavirus se transmet par voie aérienne et infecte principalement les voies respiratoires et gastro-intestinales supérieures des mammifères et des oiseaux.

Ce nouveau virus nCoV provoque des symptômes similaires à ceux du SRAS.

Aucun vaccin ou traitement antiviral n'est disponible pour l'infection par le coronavirus. Une meilleure compréhension du cycle de vie du virus nCoV, de la source du virus, de son mode de transmission et sur la manière dont il se duplique sont nécessaires pour prévenir et traiter la maladie.

Les premiers patients ont acquis cette maladie directement des animaux. Chez l'animal hôte, le virus avait subi une série de mutations génétiques qui lui ont permis d'infecter et de se multiplier à l'intérieur de l'homme.

Ce virus peut désormais se transmettre au sein de l'espèce humaine. 

Pour ce coronavirus en Chine, les rapports indiquent que la plupart du premier groupe de patients hospitalisés étaient des travailleurs ou des clients d'un marché de gros de fruits de mer de Wuhan. Selon des informations de CNN, l'établissement en question vendait également des viandes transformées et des animaux consommables vivants (de la volaille, des ânes, des moutons, des porcs, des chameaux, des renards, des blaireaux, des hérissons ou bien encore des reptiles). 

Il est probable que le coronavirus puisse provenir d'autres animaux vendus sur ce marché.

Une étude publiée le 22 janvier dans le Journal of Medical Virology précise donc avoir identifié l’origine du coronavirus. Les serpents seraient concernés. L’hypothèse principale concerne donc une origine liée à un marché à Wuhan et avec la présence de différents types d’animaux sauvages vivants.

Selon les conclusions de cette étude, le génome provient des coronavirus SARS présents chez les chauves-souris, mais après une mutation supplémentaire. La synthèse du code génétique de nCov montre que des protéines appartiennent à celles que l’on retrouve plutôt chez les serpents, qui sont des prédateurs de chauves-souris.

La mutation du coronavirus originel, infectant les chauves-souris, est une "recombinaison cellulaire" de certaines de ses protéines lui servant à s’accrocher aux récepteurs des cellules hôtes. Elles permettent au coronavirus d’entrer dans un certain type de cellules pour infecter son hôte. Une mutation du code génétique a donc été la cause de sa capacité pour se transmettre entre les espèces, chez les serpents puis chez les humains.

Les chercheurs précisent que ce résultat doit encore être recoupé avec d’autres analyses chez les animaux potentiellement à l’origine de l’épidémie. 

CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !