Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: ANDER GILLENEA / AFP

Wanted

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

Cette étude menée par France Assos Santé souhaite délivrer ses premiers résultats en mai prochain tout en continuant l'expérimentation jusqu'en mai 2022.

Le Covid-19, il n'est pas nécessaire de l'attraper pour en connaître ses effets. La crise sanitaire a impacté un grand nombre de nos compatriotes et une étude scientifique lancée par France Assos Santé, un réseau regroupant 85 associations de patients, tente d'analyser tous les symptomes. Ainsi, l'association a lancé cet étude le lundi 30 novembre et est désormais à la recherche de pas moins de 10 000 volontaires afin de déterminer leur état psychique. Cette opération nommée "Vivre-Covid-19" va réunir des participants majeur et habitant en France Métropolitaine. 

Toutes les personnes inscrites à l'expérimentation vont devoir répondre à un questionnaire, une fois par mois jusqu'en mai 2022. Les questions porteront sur les trois thèmes de l'anxiété, la prise en charge et la vie courante. Les premiers retours d'une précédente étude commencé au printemps ont montré que 78,9% des personnes interrogées ont montré une grande anxiété. Cependant les résultats de cette première étude ne sont pas assez justes et solides selon l'association car seuls 2000 personnes avaient été interrogées.

Le président de France Assos Santé, Gérard Raymond explique à l'AFP "On s'est aperçu que la situation allait durer et qu'au-delà des personnes atteintes du Covid ou d'autres pathologies, il allait y avoir un impact sur nos modes de vie." Résultats attendus pour mai prochain et on est sur que le résultat sera clair : Oui les Français sont épuisés par une crise sanitaire qui n'en finit plus de durer.

Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !