Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Arroseur arrosé

Fête à Macron : Marlène Schiappa joue la prof de lettres, elle se fait sévèrement reprendre

Offusquée par la tournure grammaticale de "la fête à Macron", qu'elle jugeait incorrecte, la secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes s'est muée de prof de lettres sur Twitter. Bien mal lui en a pris.

Marlène Schiappa compte probablement de nombreux talents, mais pas celui de l'excellence dans l'exercice de la langue française. Aussi, lorsque la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes a adopté un ton professoral pour assurer, sur Twitter, que "cette tournure grammaticale promue par les élus" témoignait d'une "langue française dégradée", il fallait s'attendre à une réponse à la hauteur de son erreur.

Chose faite, avec l'intervention de Laélia Véron, agrégée de lettres modernes de la Sorbonne et diplômée de l'ENS de Lyon, qui s'est fait un plaisir de corriger la copie de Marlène Schiappa, note Le Point"Deux contresens. 1) Il y a une différence de sens importante entre 'la fête de Macron' et 'faire la fête à Macron', le 2e est l'antiphrase ironique du 1er. 2) Une tournure populaire n'est pas une 'langue française dégradée'. On appelle ça l'usage", assène-t-elle dans un premier tweet.

Et d'ajouter : "Cette tournure populaire est parfaitement attestée et recensée par les dictionnaires comme par exemple le TLF (Trésor de la langue française, “Trésor” et pas “Dégradation”)". Vient le coup de grâce, dans un troisième tweet : "Par ailleurs, quitte à se prendre pour une pimbêche de la langue française, il manque un accent circonflexe à 'eût été' (pour différencier le passé antérieur et le conditionnel passé). À ce jeu là, Marlène Schiappa, on se fait toujours doubler..." Direction les rattrapages.

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !