Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 15 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

MJS, UNEF : les mini-porcs de la gauche morale

Les usines à cadres du PS et de la gauche radicale étaient dirigées par des porcelets mais personne ne semblait sentir l’odeur du lisier. Malaise.

Retour de balançoire

Publié le
MJS, UNEF : les mini-porcs de la gauche morale

Après le MJS, c’est le tour de l’UNEF. Les deux principaux viviers à cadres du parti socialiste étaient donc dirigés par des mini-porcs... Et si l’on savait déjà que la MNEF lui servait de cochon-tirelire, on n’imaginait pas que les structures de jeunesse les plus radicales, les plus intransigeantes, les moins accessibles à l’esprit de compromis de la « gauche morale » fussent aux mains de harceleurs à peine majeurs mais aussi beaufs que de vieux députés à emphysème.

 

Je le dis avec d’autant plus d’amertume que j’ai moi-même été, il y a longtemps, il y a prescription, adhérent du PS, et que, si je ne me faisais plus beaucoup d’illusions sur la capacité de la rue Solferino à innover conceptuellement, je lui accordais au moins le bénéfice du doute sur le plan des mœurs et des principes à un DSK près.

 

Mais l’on nous dit que Benoît Hamon, le gentil Benoît Hamon du revenu universel et du combat contre les Terminators qui viennent piquer nos emplois, pourtant parrain officieux du MJS, n’était au courant de rien. Qu’il tombe littéralement des nues. Un peu comme lorsqu’on lui annonce à la radio que Gérard Filoche retweete du Soral mais qu’il n’était pas au jus parce qu’il avait justement passé son week-end dans un caisson hyperbare sans wifi.

 

Et l’on subodore que la tripotée de quadras ou quinquas ayant fait de l’UNEF sa StarAc, au PS comme dans les autres grands courants de la gauche –les Clémentine Autain, les Olivier Besancenot, les Pouria Amirshahi, les Caroline de Haas, les Mathieu Hanotin–, étaient elle aussi parfaitement ignorante de l’atmosphère de droit de cuissage institutionnel qui régnait dans les AG de préparation à on ne sait plus quelle nuit du 4 août estudiantine…

 

Il y a d’ailleurs quelque chose de plus ramadanesque que simplement weinsteinien dans ces révélations, au sens où si l’on n’est guère surpris d’apprendre qu’il se passe de drôles de trucs dans les fiestas de Beverly Hills, un tel niveau de pharisaïsme chez ces combattants en herbe de la justice et de l’égalité laisse forcément sur le cul.

 

OK, on se doute bien –mais rien n’est encore sorti, on me pardonnera ce procès d’intention– que les clubs de formation de droite ont eux aussi leurs lots de tripoteurs et de relous dans leurs strates supérieures, mais on s’en fout un peu parce qu’on n’avait pas l’impression qu’ils fassent (encore un peu, de loin, de très loin) partie de la famille.

 

Ils ne rédigent pas leurs communiqués en écriture inclusive, quoi…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 03/12/2017 - 10:13 - Signaler un abus Ben oui, comme toujours,

    plus on donne de léçons de justice sociale et de morale, politique ou autre, plus on est pourris. C'est une constante universelle, mais la gauche a l'outrecuidance d'en faire sa bannière, et ça fait d'autant plus mal quand les voiles tombent. H.Desir en est une autre représentation, lui qui, envoyé à Marseille par Martine Aubry pour faire un état des pratiques mafieuses du PS, revenait tout souriant pour annoncer "Il ne se passe rien d'anormal à Marseille". Circulez, la machine à blanchir socialiste est passée.

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 10:19 - Signaler un abus ouais

    Je suis toujours partagé avec Serrafin: je ne suis pas très catholique (on l'avait remarqué)ne croit donc pas à la confession réparatrice des péchés et suis de ceux qui considèrent que quand on a péché, c'est qu'on était un peu pourri par où on a péché: les Melenchon, Hamon, Cambadelis, Lipietz et la liste est longue comme celle des morts de 14-18 ont été qui trotskiste, qui mao.Plenel aussi et....Frankencroute aussi même si cela peine notre Bruno préféré! Serrafin n'a été que socialiste qu'il dit mais...il est manifestement atteint de prurit bobotique: tout y est : ce crâne en forme de gland mais nullement érectile comme celui de Sapin, ce mépris pour le beauf qui n'existe que dans les pince-fesse bios et garantis sans glyphosate, c'est la marque de fabrique! Et d'ailleurs, Serrafin ne dénonce que le délit de fesse mal cachée de la lune: Eh oui, chez les bobos , on met du rouge à lèvres et on essaie de ne pas bander ! Mais chez les bobos on fait aussi silence sur l'origine des sous grâce auxquels on s'empifre! On est "logue" ou "ing" et on ne fait pas de slurp en mangeant ses canapés. C'est pour cela que Serrafin et moi ne serons jamais de la même famille!

  • Par Paul Emiste - 03/12/2017 - 10:26 - Signaler un abus La gôche morale?!

    Celle qui, dans les années 70 voulait autoriser la pédophilie au nom de la liberté sexuelle, et qui est en passe de gagner avec une maturité sexuelle à 13 ans pour nos filles et garçons (Marrakech va perdre nos touristes cultureux, enfin ... ceux qui sont encore vivants).

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 10:28 - Signaler un abus Et pour compléter

    Je disais que j'étais partagé: oui Serrafin se rachète un peu en se demandant comment les Clementine Autain et autres My Ass peuvent prendre des airs effarouchés! C'est vrai que l'on pense un peu à cette pauvre Laurence Parisot et à sa caricature découvrant avec stupéfaction les horreurs du monde! Un monde qui soit dit en passant s'accommode fort bien du petit hobereau socialiste étrangleur de l'entreprise quand il est supposé avoir un réseau d'influence! Oui, on découvre l'étendue de la putréfaction: les écuries d'Augias étaient un salon de thé à côté!!!! Mais ne nous faisons pas d'illusion: il y aura quelques cadavres de rats pour montrer la dangerosité du ...glyphosate mais l'essentiel de la bande sera parti copuler et se multiplier ailleurs! Quand la cave du PS se sera écroulée ils auront colonisé d'autres égouts! Et Caron défendra la cause animale! Plenel le rejoindra alors...

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 10:34 - Signaler un abus Et je termine

    Je suis sidéré par les commentaires consternants! L'écoeurement devant ces donneurs de leçons de morale est légitime. Mais l'empressement à considérer que si Tartuffe avait été honnête il n'y aurait rien à redire fait que l'on baisse les bras Les MyAss et autres Schiappettes, prêtresses de l'ordre moral le plus sinistre et le plus rétrograde ont en partie réussi leur coup !

  • Par 2bout - 03/12/2017 - 10:49 - Signaler un abus Schiappa, prêtresse de l’ordre moral

    … le doigt sur la couture, prête à bondir, à s'indigner, à délater au CSA à chaque écart de langage télévisé. C'est Papa Schiappa qui doit être fier !

  • Par vangog - 03/12/2017 - 11:18 - Signaler un abus Les privilèges de la gauche morale!

    Ces socialauds démasqués ont perdu toute crédibilité morale, après les scandales de pedophilie (Lang-de-pute) et de sadisme (Bergé), étouffés par les médias gauchistes (mais la merde finit toujours par ressortir lorsqu’elle s’accumule), après les inégalités hommes-femme de garde d’enfants réclamés par les marcheurs-dans-le-mur, après les révélations de promotion canapé-rose dans les clubs de jeunesse inter-national-socialiste, après les privilèges accordés aux lobbys sexuels et communautaristes...

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 11:21 - Signaler un abus mais la merde finit toujours par ressortir lorsqu’elle s’accumul

    Le moins que l'on puisse dire est que tu sais de quoi tu parles !

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 11:23 - Signaler un abus 2bout

    C'est deux trous que tu devrais t'appeler car quand l'un arrive , l'autre n'est jamais loin !

  • Par Ex abrupto - 03/12/2017 - 12:13 - Signaler un abus C'est normal

    Ils sont modernes, que dis-je "progressistes" comme qui vous savez. Ce qui permet tout, un peu comme nos bons vieux marxistes de nos universités qui, eux, étaient dans le "vent de l'histoire".

  • Par assougoudrel - 03/12/2017 - 12:36 - Signaler un abus Serraf est tendre avec ses amis

    Ce ne sont pas les porcelets qui font du lisier, mais des verrats et des truies. Ce sont les termes appropriés pour ces "dirigeants". On devrait bâtir des parcs à cochons au Bois de Boulogne pour eux.

  • Par vangog - 03/12/2017 - 13:03 - Signaler un abus Beaumarchais, où es-tu?

    Contre ce droit de cuissage de la noblesse de robe gauchiste, il nous faut un nouveau « mariage de Figaro » (rien de comparable avec le journal, infiltré par les gauchistes!...), présage à la révolution qui se profile contre cette nomenklatura corrompue et perverse...

  • Par jurgio - 03/12/2017 - 13:58 - Signaler un abus Je trouve mignons ces porcelets !

    mais ces animaux de gauche, pouah !

  • Par kelenborn - 03/12/2017 - 18:07 - Signaler un abus Zemmour

    Zemmour et Nauleau étaient avec Frankencroute ce midi. Il remarquait que ce qui se passe avec ces histoires de cul n'est jamais que la copie du chantage à l'islamisme et l'islamophobie! De même que la moindre critique à l'égard de l'islam devient par glissement islamophobie puis racisme, le fait de siffler une meuf est assimilé à un viol. Alors, les crétins qui ici ou ailleurs se réjouissent des malheurs des socialos (mérités parce que c'est l'arroseur arrosé) tombent dans le panneau des femellistes type My Ass et Rossignol! Mais...quand on est con , on est con et...s'il n'y avait que Vangode!!!!... d'ailleurs, avec un pareil pseudo il va se faire coffrer pour attentat à la pudeur !

  • Par Deudeuche - 03/12/2017 - 21:10 - Signaler un abus Toute cette merde étalée

    Met en lumière les progressistes societaux et la sincérité de leurs convictions ......wouhahaha!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€