Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 24 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

JO : le discours hostile à Paris 2024 fait beaucoup de bruit mais c’est beaucoup de bruit pour rien

Les Français sont très majoritairement favorables à l’organisation des Jeux Olympiques à Paris, et assez peu sensibles aux arguments des bonnets de nuit qui nous promettent une catastrophe à la brésilienne. C’est réconfortant.

Nonisme de compétition

Publié le
JO : le discours hostile à Paris 2024 fait beaucoup de bruit mais c’est beaucoup de bruit pour rien

Déprimé par le discours anti-JO qui s’impose dans les médias depuis quelques semaines, et que j’avais tendance à prendre pour un sentiment général, je viens de tomber sur un sondage démontrant précisément le contraire : les Français seraient en fait 67 % à souhaiter que les Jeux se tiennent à Paris en 2024, pour une pointe à 71 % chez les 18-34 ans.

 

Ça me rend le sourire parce que je suis moi-même un grand fan de l’événement, et que trois échecs successifs finissaient par transformer la candidature française en vaine quête du Graal. Mais pour le coup, il semble bien que ce soit dans la poche, même si un ultime décalage de quatre ans pourrait encore nous être imposé.

Ça ne serait pas bien grave.

 

Comme tout le reste en notre beau pays, l’hostilité à la grande fête du sport est toujours largement parfumée à la politique et également répartie sur l'échiquier. Il y a une hostilité de gauche : les JO ne seraient qu’une mascarade commerciale remise au goût du jour par un fasciste, où des brutes nationalistes bourrées d’anabolisants gaspilleraient l’argent qui pourrait être consacré à la construction d’hôpitaux. Et il y a une hostilité de droite, un poil moins sophistiquée et moins structurée dans ses arguments il est vrai : ça coûte cher en impôts et ça fait du bruit (incidemment, le sondage pré-cité indique que les plus de 65 ans sont 40 % à souhaiter que les anneaux multicolores aillent se faire empiler ailleurs).

 

Mais les deux « nonismes » se rejoignent pour faire circuler les terribles images de piscines abandonnées à Rio sur Facebook, voire la liste des villes ayant mis des décennies à éponger la facture, accusant volontiers de manipulation celles qui s’en seraient tirées avec un bénéfice.

 

Pour autant, l’organisation des JO, au-delà de l’intérêt propre des épreuves sportives, est avant tout une déclaration d’optimisme et d’ouverture qu’un pays adresse au reste du monde. Un message de dynamisme et de confiance dans l’avenir en même temps que l’opportunité de se montrer sous son meilleur jour et de se reconstruire une image. Ça coûte un peu de pognon, c’est certain, et généralement plus que prévu, mais, en l’espèce, Paris est une ville déjà suréquipée qui n’aurait que très peu d’infrastructures nouvelles à créer, pour la plupart à financement privé, dont la construction était programmée de toute manière, et dont l’utilisation ultérieure est déjà assurée.

 

On peut préférer, à droite ou à gauche, une petite France étriquée qui ne prendrait jamais d’initiatives un peu flamboyantes, ne relèverait jamais aucun défi, ne rêverait de rien, à une France ambitieuse et décomplexée capable de prendre des risques ou « d’imposer sa chance ». C’est parfaitement légitime après tout. 67 % des Français (dont on ne sait pas comment ils votent par ailleurs) sont apparemment d’un avis contraire. C’est notre première médaille d’or.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 16/07/2017 - 10:44 - Signaler un abus chiffres

    plus de 60% des Français sont hostiles aux JO à Paris 2024 ce sont plusieurs sondages qui le disent .

  • Par tananarive - 16/07/2017 - 11:04 - Signaler un abus Oui aux JO.

    A condition qu'ils ne coutent rien aux contribuables Français, que les Parisiens uniquement payent pour ces JO et ils y seront moins favorables.

  • Par totor101 - 16/07/2017 - 11:09 - Signaler un abus FAVORABLES ?

    Quelle (grosse) blague ! - ON veut faire des économies sur le dos des con-tribuables. - ON veut réduire la dette. - ON ne veut pas dépasser le cap des 3% - ON veut organiser(?) les JO Conclusion: Quand ON est con, On est con (Brassens)

  • Par hermet - 16/07/2017 - 11:23 - Signaler un abus Non

    Franchement on a le droit d'être contre sans être ranger dans la case des défaitistes, non ? Ces JO ne servent à absolument rien, et ne durent que 21 jours pour un coût faramineux, Londres et Pékin n'en ont tiré aucun bénéfice, quand à Rio, Athènes, Atlanta, Montréal ils ont payé longtemps cette gabegie Bobo. A l'inverse je suis favorable à l'exposition universelle, plus culturelle, plus dans la durée et regardons la Tour Eiffel le bénéfice inestimable à Paris et à la France; les JO n'apportent rien même à Barcelone le stade Olympique est désert...

  • Par cloette - 16/07/2017 - 11:40 - Signaler un abus Athènes

    ne s'en n'est jamais remis . La Grèce en est morte.

  • Par J'accuse - 16/07/2017 - 12:37 - Signaler un abus La fête de l'argent, du dopage, de la récupération politicienne

    Esprit olympique, es-tu là ? Désolé, mais je n'entends et ne vois rien de tel.

  • Par Ex abrupto - 16/07/2017 - 15:57 - Signaler un abus A Tananarive 11h04

    Pas suffisant: comme ce sera subventionné par l'état, donc avec l'argent des contribuables provinciaux, il faut que les franciliens versent l'èquivalent de ce que ça aura couté (y compris frais de sécurité divers et autres vigipirate) dans une caisse qui servira à équiper de petites communes. Ce sera le début d'un juste retour des choses: ça fait environ 900 ans que l'IdF rackette le pays à son avantage.

  • Par kelenborn - 16/07/2017 - 20:45 - Signaler un abus Encore le bobo à tête de gland

    Pléonasme, il est vrai! l'uniforme du bobo c'est la tête de gland TT à fait d'accord avec Cloette! il y avait d'ailleurs l'autre jours un sondage en ligne du Figaro qui donnait des résultats négatifs. Mais il faut comprendre que le seul sondage qui vaille doit être fait dans le dixième avec si possible 50% d'homos et 80% de femmes issues de la diversité dans l'échantillon! Enfin, on va quand même pas demander l'avis des grincheux, surtout s'ils sont sans-dents! qu'ils bouffent leur brioche et nous lâchent! on s'éclate hein! !! PS je ne supporte plus ce type, je crois que je vais me plahieriser pour lui taper dessus

  • Par vangog - 17/07/2017 - 08:54 - Signaler un abus La propagande d'état PS s'emballe...

    même Serraf s'y met et inverse allègrement les statistiques...Non, M. Serraf! Un pays en faillite ne peut s'offrir un tel luxe d'apparat pour le simple prestige de l'apparatchik socialiste qui contrôle la mairie de Paris. Par ailleurs, les athlètes français ńont pas la gagne...battus d' avance!

  • Par Deneziere - 17/07/2017 - 09:02 - Signaler un abus Tout le monde est toujours pour...

    ... dépenser l'argent qui n'est pas le sien. Les sondages cités ne démontrent rien d´autre.

  • Par fasanan - 17/07/2017 - 09:26 - Signaler un abus JO de 1936

    On y revient, mêmes ingrédients, même motivations ... la suite on la connait déjà.

  • Par fasanan - 17/07/2017 - 09:31 - Signaler un abus le bobo de service

    pour qui un opposant ne peut être que ringard, étriqué, etc (vous connaissez la liste), aucune argumentation de sa part. Je tourne la page

  • Par gerint - 17/07/2017 - 10:23 - Signaler un abus C'est un gros poste de dépenses

    Et une invitation à ne pas réfléchir à la situation du pays

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers romans : Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016) et Comment j'ai perdu ma femme à cause du tai chi (L'Aube, 2015).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€