Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 16 Janvier 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Il est partout : Mélenchon et la presse une relation SM mais qui est le sadique ? (Et sinon, il se prend pour Panoramix ); Macron-Merkel, une relation câline, mais qui sera le dominant ? ; Wauquiez, la droite et les électeurs FN : opération récupération

Et aussi : la trop petite voix de Macron qui ne porte pas selon une spécialiste.

Revue de presse des hebdos

Publié le
Le héros des médias qui l'aiment tant, alors que lui ne cesse de les critiquer, de les dénoncer, Jean-Luc Mélenchon qui se plaint de la presse déchainée contre lui, est à la Une de trois hebdos cette semaine Marianne, l'Obs (spécial Street Art avec une peinture murale montrant le chef des Insoumis), l'Express, tandis qu'un quatrième, Paris Match consacre deux pages à son voyage à La Réunion suivi par un de ses journalistes. Bref "Insupportable et manipulateur, attachant et brillant... L’Express tente de cerner le fonctionnement d’une personnalité controversée".
 
"« Panoramix! C’est tout moi... » Interrogé par L’Express sur son personnage favori dans la BD Astérix, il y a quelques jours, Jean-Luc Mélenchon a tout de suite évoqué le vieux druide. Panoramix, figure tutélaire d’une petite communauté bigarrée, garant de la paix dans un village peuplé d’énergumènes bagarreurs et braillards; Panoramix, détenteur du savoir, visage de la sagesse; Panoramix, l’inventeur de cette incroyable potion magique qui donne à quelques insoumis la force de résister à César et à ses légions romaines, longue cohorte de crétins brutaux doués seulement pour marcher au pas." 
 
"Dans le métro, dans les cafés, dans la rue, ils sont nombreux, qui réclament un selfie avec le premier des Insoumis. Souvent, il dit oui ; mais parfois ils l’exaspèrent, « les gens », trop intrusifs, trop exigeants. Il a horreur de ne pas les entendre arriver, gêné par son problème de surdité ; il redoute leur violence à son égard, une hostilité encouragée, juge-t-il, par une presse déchaînée contre lui." 
 
A Marseille ajoute l'Express, la CGT est perturbée par Mélenchon : « A la CGT, ils sont embarrassés, glisse un bon connaisseur du milieu. Le personnage les séduit, mais ils craignent d’être récupérés. Le syndicat n’est plus la courroie de transmission du Parti communiste, il ne va pas se mettre dans la roue de la France insoumise. » 
 
Marianne donne la parole à Mélenchon dans une interview qui s'étale sur dix pages. Il y dénonce le "libéralisme autoritaire" de Macron, tout en estimant qu'ils ont une démarche opposée mais parallèle : "Sa violence verbale contre les milieux sociaux de gauche opère comme un appel à la discipline de classe autour de lui. Bon, d'une certaine manière, j'en fais autant de mon côté. Lui et moi, nous exprimons chacun de notre côté la vague dégagiste parce que nous avons pris conscience de son énergie créatrice". Il compare l'actuel président  à deux leaders anglo-saxons  "Avec Emmanuel Macron, nous avons une pure créature du système néolibéral. Un concentré de Blair et de Thatcher"
 
 
Ruffin s'enflamme
 
A propos d'une figure du mouvement des Insoumis, François Ruffin , l'Express écrit "A l’Assemblée nationale, il siège dans le groupe des Insoumis, mais s’affiche sous son propre label, Picardie debout, et reverse la dotation de l’Etat au Parti communiste." Le Point de son côté s'étonne de la déclaration de Ruffin à la Fête de l'Humanité où le bouillant élu avait invité à bruler la résidence du "patron de Whirlpool, dotée, selon lui, de « 80 chambres et 47 salles de bains ». Ruffin désigne « le PDG ou l'actionnaire, qui est parfois loin, invisible, mais qui licencie  », et propose aux électeurs ce brillant raisonnement : « Mais putain, mon adversaire, il est là, c'est clair, et c'est son château que je dois brûler... » Voici donc un quasi-appel au meurtre – les incendies tuent parfois – qui n'a curieusement pas fait beaucoup de bruit. Par indulgence envers ce «  bon client  » du monde médiatique, ou parce que personne ne le prend au sérieux ? Mystère."
 
Macron et recomposition
 
Emmanuel Macron a-t-il raté son coup, lui qui voulait casser l'opposition droite-gauche, se demande l'Express " Dans son entretien au Point – dont la brièveté n’est pas la première caractéristique –, jamais il n’évoque la droite ou la gauche. Il se contente de rappeler sa volonté de « transformer en profondeur l’économie, la société et son champ politique ». Or voilà qu’un doute surgit avec l’arrivée de l’automne : certes, le printemps fut porteur d’un chamboulement de l’échiquier visant à installer le clivage entre « conservateurs passéistes » et « progressistes réformateurs », mais l’affaire va-t-elle être classée sans suite ? N’était-ce finalement qu’une série de débauchages comme on en a déjà connu, même si ceux-là étaient plus spectaculaires ? « Le macronisme électoral était – aussi – un concours de circonstances, il faut maintenant trouver les moyens d’inscrire l’alliage dans la durée, note un proche du pouvoir. Le président a réussi à faire exploser le paysage, il ne l’a pas, à ce stade, recomposé – c’est pourtant la condition de l’exercice du pouvoir pendant tout le quinquennat. »
 
Wauquiez clair & net
 
"Vos adversaires se plaisent à faire de vous le chef de file d’une droite identitaire. N’est-ce pas la réalité ?" demande Valeurs Actuelles à Wauquiez. Sa réponse est claire et nette : " Je trouve extraordinaire qu’on puisse considérer cela comme une attaque. Évidemment, je revendique de défendre l’identité française, le travail, l’effort, la transmission, l’assimilation républicaine."
 
Pour Wauquiez : "Le Front national n’existe en France que parce que la droite n’est plus la droite. Il faut une droite de droite, c’est la seule réponse possible. Nicolas Sarkozy y est parvenu. Mon département est le seul où le Front national a reculé par rapport à 2012. Dans ma région, les gens ont moins voté Front national parce qu’ils ont senti une sincérité et une détermination. C’est ce que je veux faire au niveau national.”
 
La voix de Macron
 
Amusante étude de la voix du président par la phoniatre Claude Fugain (la soeur du chanteur Michel Fugain). Il a "une petite voix qui ne correspond ni à ce qu'il est, ni à l'image qu'il voudrait donner. Le timbre est pauvre, il n'y a aucune résonance, la voix ne remplit pas du tout l'espace, alors il la force, et c'est parfois une catastrophe, comme lors de ce meeting où il s'est mis à hurler et à partir dans les aigus. On m'a dit qu'il travaillait avec un ténor, cela me paraît indispensable."
 
Merkel reine du monde
 
"Angela Merkel reine du monde" aux yeux de Paris Match (en pages intérieures) : "En douze ans, la chancelière allemande est devenue la plus influente des dirigeants de la planète et elle reste favorite pour sa réélection". Une vision peut-être un peu idyllique, mais personne ne peut contester que Merkel soit incontournable en Europe, si ce n'est au delà. En tout cas Macron veut négocier un nouveau pacte avec Merkel selon Le Point qui fait sa Une sur ce duo avec un dossier de 26 pages.
 
Dans cette aventure européenne, dans ce duo, il y a un fait selon le Point "Macron et son équipe aiment l'Allemagne et la connaissent très bien". Edouard Philippe "y a passé sa jeunesse (son père était le directeur du lycée français de Bonn et il a passé un bac allemand)". Exemple "il y a quelques jours, en visite chez la chancelière, il a même prononcé une grande partie de son discours en allemand." 
 
Mais cette alliance, non seulement doit fonctionner , mais se garder d'indisposer les autres partenaires européens, entre la légendaire arrogance française et l'autoritarisme allemand. "Emmanuel Macron et Angela Merkel ont encore du pain sur la planche." On parcoure en picorant la double page d'infographies qui donnent des éléments de comparaison intéressants entre les deux pays.
 
Il y aurait 300 entreprises allemandes en France avec 300 000 emplois & 4 000 entreprises françaises avec 400 000 emplois en Allemagne. Mais en terme de dépôts de brevets l'Allemagne était largement devant en 2016 : 8 202 en France, contre 18 315 en Allemagne. Nous sommes aussi devancés dans la consommation de bière, mais cela on s'en doutait 30 litres par personne et par an en 2014 en France contre ... 107 en Allemagne.
 
Pour l'Obs (4 pages), Macron-Merkel c'est "une idylle à confirmer". Après la réélection probable de la chancelière, Paris et Berlin vont devoir se mettre d'accord sur le fonctionnement de la zone euro.
 
Rohingyas et caméra dans l'oeil
 
Six pages de photos dans Paris Match qui est dans son rôle en montrant l'exil forcé des Rohingyas, obligés de quitter la Birmanie face aux exactions de l'armée. Deux pages sur le même sujet dans l'Obs. Impression de déja lu, même si ce drame mérite que l'on s'y arrête, mais on préferait un reportage sur place.
 
La Une de Match est trompeuse avec le prnce de Monaco et ses enfants, on pense people mais non. Il y a un scandale dans la Principauté, pas une histoire extra-conjugale, non, des soucis avec des oligarques russes. Sombre affaire de gros sous sur lequel le journal a enquêté.
 
 
Autre sujet dans Paris Match, décalé, tendance high tech, puces électronique sous la peau etc.. c'est la mode en ce moment : le cinéaste canadien Rob Spence s'est fait greffer une caméra dans son oeil droit qui ne voyait plus. Par contre l'hebdo ne nous dit pas vraiment ce qu'il en fait, à quoi cela sert. Peut-il transmettre les images tournées par la dite caméra ? Ou bien cela lui permet-il de voir par cet oeil ? Pas compris.
 
Terminons avec un papier que certains trouveront inutile ? On nous rabat les oreilles avec l'histoire étrange du propriétaire d'un sous-marin civil qui aurait "accidentellement" tué une journaliste venue naviguer à son bord, au Danemark. A chaque fois que l'on en reparle dans un journal, le sous titre indique, comme une excuse ou une justification "le mystère passionne les Danois." Cette fois c'est l'Obs qui revient sur l'affaire via un "envoyé spécial". Si vous êtes passionné tant mieux, mais vous n'apprendrez pas grand chose de plus, à part quelques détails sordides.  
 
 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 21/09/2017 - 23:09 - Signaler un abus Les médias gauchistes veulent vendre Mélenchon

    à la ménagère de cinquante ans...il ont déjà réussi à lui vendre Macron-Rothschild, avec un crédit sur soixante ans, et il réussiront bien à lui vendre leur garantie de subventions et de niche fiscale: Melenchouille-la-fripouille...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, Le Phare depuis 2005. Est utilisateur quotidien de Twitter depuis 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€