Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Sexisme : où trouver des livres pour enfants sans stéréotypes ?

"Genré" : un nouveau mot pour un nouveau courant, celui de la traque au sexisme. Que ce soit dans les produits commerciaux, les jouets, les livres, les jeux-vidéos, les stéréotypes de genre peuvent être évités .

Revue de blogs

Publié le
Sexisme : où trouver des livres pour enfants sans stéréotypes ?

Résumons : les gameurs et autres fans du YouTubeur aux 5 millions de followers Squeezie se délectent d'un jeu-vidéo où il s'agit de se frotter nu contre des étudiantes inconnues. Ceux qui osent protester sont "trollés" sur Twitter par des insultes violentissimes. La boutique de l'Assemblée Nationale proposait sans honte un hommage à la révolutionnaire Olympe de Gouge sous forme de tablier de cuisine et peu de députés ont compris l'outrage provoqué par la "taxe tampon" sur les protections périodiques. Le secteur pourtant ultra porteur de la tech aux Etats-Unis est déserté par les cerveaux de femme (car trop sexiste), ce sont les statistiques et non les féministes qui l'assurent.

Riad Sattouf, auteur de "L'Arabe du futur", s'est retiré de la liste des primés du Festival de la BD d'Angoulême pour protester contre l'absence totale de femmes. Le genre fait percoler, partout, et la littérature-jeunesse qui s'affiche 'anti-sexiste" commence à percer. En Argentine, la collection de livres "Anti-princesses" propose Frida Kahlo et quelques héroïnes latino-américaines comme alternatives à Cendrillon et Ariel la sirène, avec plus qu'un succès d'estime, et de nombreuses traductions en cours.

Comme antidote léger, les parents et les pouvoirs publics s'efforcent depuis dix ans de conseiller, dès l'âge où tout commence, des livres pour enfants qui ne reproduisent pas les stéréotypes. Mais comment les trouver, les choisir ? 

Collection "Anti-princesses", Editions Sudestada, Argentine

Les livres d'enfants "genrés" se portent bien. Illustration du blog "Maman à Dubaï"

Le blog Ricochet, la référence sur la littérature jeunesse, fait l'historique du courant "anti-genres" et rend hommage à un livre fondateur.

"Quant au moule enfermant les petites filles, le point de référence reste "L’histoire de Julie, la fille qui avait une ombre de garçon" de Christian Bruel et Anne Galland (Etre, 2009), publié pour la première fois en 1976 par les éditions Le sourire qui mord. Julie n’est pas sage ni délicate, elle n’aime pas se coiffer et quand elle doit se baigner, elle court se cacher sous le lit (...). Sa rencontre avec un garçon qui doit se cacher pour pouvoir pleurer l’aide à assumer sa différence."

Le blog "Filles d'albums : ressources pour une littérature non genrée"mène une veille sur toutes les publications jeunesse et déniche des pépites où, on progresse, les instituteurs et les infirmiers ne sont pas "forcément" des femmes, voire même ne sont pas blancs, voire même (bis) les hommes préparent le repas.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Alain Briens - 19/01/2016 - 15:06 - Signaler un abus Nous serions nous trompés de site ?

    Sommes nous aux Inrocks ? L'apologie faite sans distanciation aucune de tout ce grotesque fatras féministe fait tache dans Atlantico. Jamais en m'abonnant je n'aurais pensé trouver ici pareil appel au décervelage de nos enfants et à la rééducation du peuple. Avec en prime, à la fin, le bon gros chantage aux subventions à l'encontre de ceux qui refusent le formatage, à l'image de Valeurs Actuelles, privé des aides à la presse. Du Libé en pire !

  • Par Arbannais - 19/01/2016 - 20:05 - Signaler un abus Cette histoire de sexisme me

    Cette histoire de sexisme me rappelle les Anglais de l'époque Victorienne, qui, par pudeur excessive, ne parlaient jamais de "jambes", mais "d’extrémités", voilaient de dentelles les jambes des pianos (c'est digne d'un sex shop, ça, la jambe de piano !), et présentaient des carences graves en matière d'hygiène. En voulant désespérément ignorer le sexe, ils en devenaient obsédés par lui. Quoi qu'il en soit, je rejoins la remarque d'Alain Briens : c'est la première fois aujourd'hui que je regrette mon abonnement.

  • Par JG - 19/01/2016 - 21:50 - Signaler un abus retournez vomir cos conneries à Libé

    Et ne me faites pas regretter mon abonnement ....

  • Par Alain Proviste - 19/01/2016 - 22:13 - Signaler un abus C'est du second degré ?

    Un article écrit par quelqu'un qui n'aime pas que les garçons soient des garçons et que les filles soient des filles.

  • Par zouk - 20/01/2016 - 16:17 - Signaler un abus Stéréotypes des ayatollah du "genre"

    Comment en protéger les enfants? Le futur exige que les garçons deviennent des hommes et les filles des femmes, ou nous allons vers la fin de l'humanité: qui fera des enfants? Garçons émasculés caractériellement et femmes refusant les contraintes de la grossesse que la nature leur impose? Les deux se réfugiant dans leur désir de conquérir, psychologiquement bien sûr, le sexe de l'autre.Beau succès de la théorie du genre!

  • Par Outre-Vosges - 20/01/2016 - 19:27 - Signaler un abus Un cas qui embarrasserait notre imbécile… si elle y répondait

    Une dame me racontait, assez honteuse, qu’elle avait vu une copine de son fils mettre la bouche de sa poupée sur son téton et jouer à allaiter… et le garçon avait voulu faire la même chose. Je serais très heureux de savoir le conseil que Claire Ulrich lui aurait donné en pareil cas, mais je compte sur elle pour se taire honteusement. Qu’elle se taise donc sur l’ensemble de ce problème.

  • Par mymi - 21/01/2016 - 14:52 - Signaler un abus D'accord avec tous

    Ras le bol de ces partisans d'une société unisexe, plus de filles, plus de garçons juste des individus et s'y on y associé la pensée unique et l'endormissement programmé des consciences voulus par l'idéologie gauchiste : objectif une société de robot entièrement vouée au bien-être des "élus" socialauds

  • Par patamoto - 03/02/2016 - 06:56 - Signaler un abus Encore une fois les esprits

    Encore une fois les esprits des commentateurs s'échauffent sans discernements. Une femme a le droit de devenir "chauffeure" de poids-lourds et un homme choisir le métier de"sage-femme" à notre époque sans avoir à renier son sexe. Simplement l'un et l'autre ont le droit de refuser d'être le "stéréotype" de la fille ou du garçon. La liberté de choix, juste ça.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Claire Ulrich

Claire Ulrich est journaliste et fan du Web depuis très longtemps, toujours émerveillée par ce jardin aux découvertes, et reste convaincue que le Web peut permettre quelque chose de pas si mal : que les humains communiquent directement entre eux et partagent la chose humaine pour s'apercevoir qu'ils ne sont pas si différents et qu'il y a donc un moyen de s'entendre.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€