Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 28 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

L'abattage du girafon Marius, un scandale international

L'euthanasie d'un girafon au Danemark continue à provoquer une énorme émotion sur les réseaux sociaux du monde entier.

Revue de blogs

Publié le
L'abattage du girafon Marius, un scandale international

Le girafon Marius. Crédit Reuters

Illustration Facebook accusant le zoo danois de l’élimination du girafon

Depuis dimanche, une dépêche AFP et des extraits d'articles se répètent à l'infini sur toutes les blogosphères et réseaux sociaux, du Maroc à l'Australie. Les groupes FB qui n'ont pas pu sauver Marius sont devenus le déversoir de la colère publique. La chronique glacée de l'exécution du girafon Marius dans un zoo danois, mais surtout les photos du dépeçage de l'animal devant un public composé d'enfants stupéfie et horrifie tous les internautes dans le monde entier.

Meghann a récapitulé sur son blog le déroulé d'un fait divers qui fait réagir partout, organisé pour des raisons de "bonne gestion" du stock animalier du zoo :

"Le zoo est tenu d'éviter la consanguinité entre girafes et la castration aurait été cruelle et aurait eu des effets indésirables.

Impossible également de transférer l'animal dans un autre zoo pour des raisons génétiques, et le réintroduire en milieu naturel aurait été impossible car l'Afrique refuse d'accueillir plus de girafes. Dans le cadre de l’Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA), il est en effet tenu d’éviter la consanguinité entre girafes. Pour des raisons génétiques, Marius n’a pas pu trouver refuge dans l’un des autres établissements du réseau de l’EAZA, qui en compte 300. (...) A force de nier l'animal, les responsables du zoo en sont devenus des psychopathes. La preuve, la réaction du directeur du zoo est éloquente : Nous abattons entre 20 et 30 animaux au zoo chaque année. Car la consanguinité est une bonne excuse ; Marius le girafon ne devait pas avoir les bons gènes. Le directeur scientifique du zoo a expliqué que le zoo gardait les animaux aux meilleurs gènes pour assurer une bonne reproduction. Car pour ce zoo, ce n'est pas l'individu qui compte, mais l'espèce. Ou plutôt, la génétique au nom de la protection animale. L'eugénisme dans son horreur. Et le pire, c'est que les associations de défense des animaux trouvent visiblement ça normal."

Le zoo ne s'attendait pas à cette émotion et commente : "C'est toujours le droit des gens de protester. Mais bien sûr nous avons été étonnés".

Les photos librement disponibles de l'autopsie de l'animal effectuée devant des enfants, ainsi que la vidéo de l'abattage, ont fait scandale et deviennent un problème politique embarrassant pour les élus danois, accusés de ne pas interdire ces pratiques.

BgBdtcfCUAAwiDI.jpg-large.jpg

marius-a-ete-execute-avec-un-pistolet-d-abattage-en-debut-d.jpg

BgBaaqEIEAAu9zt.jpg

Les commentaires s'enchainent, tous sincères, tous semblables et tous ulcérés :

"Si c'est cela les zoos, alors oui, il faut les boycotter. Et dénoncer le programme EAZA s'il s'avère qu'il cautionne l'eugénisme."

"A rappeler que les îles Féroé, où se tient chaque année un grand massacre de dauphins, appartient au Danemark. Et que le Danemark organise aussi des chasses aux ours blancs. C'EST BEAU L'EUROPE !!"

Laurence sur Facebook rappelle que les euthanasies d'animaux surnuméraire ne sont pas rares et cite la campagne SAVE AURORA!. "Il s'agit à priori d'un acte courant dans les Zoo danois puisque la semaine dernière un lion a été dépecé devant le public."

Une autre militante a écrit aux députés danois, dont un lui a répondu : "Chère Marina, merci pour votre email. S'il vous plait, ne me contactez plus. Martin Henriksen, Membre du parlement".

Les blogs scientifiques et spécialisés donnent quelques explications sur un monde soudain projeté sous les projecteurs, celui très technique de la "conservation ex-situ". Le site du zoo de Lille a résumé les règles de base, désormais cadrées par des acronymes européens : "Chaque EEP a un coordinateur qui est un professionnel des zoos ou aquariums et qui porte un intérêt tout particulier pour l’espèce concernée. Ce coordinateur est assisté par une commission d'espèces. La tâche du coordinateur, responsable d’une espèce, est de recenser les individus de tous les zoos membres de l’EAZA, de créer un studbook, registre des origines de chaque animal. A partir des informations collectées, il réalise des analyses génétiques et démographiques afin de proposer un plan de gestion.En collaboration avec la commission d’espèces, le coordinateur établit chaque année des recommandations d’élevage : quels individus doivent se reproduire ou non, quels transferts d’animaux d’un zoo vers un autre doivent être effectués. (...) Le responsable du studbook, registre des origines de chaque animal, d’un ESB doit collecter les données de tous les zoos membres de l’EAZA concernant les individus de l’espèce concernée : naissances, décès, transferts,… Ces données sont compilées dans un logiciel informatique spécifique qui permet au responsable du studbook d’analyser l’état de la population".

La gestion informatisée de la conservation "ex-situ" des animaux sont entrées en collision avec l'émotion populaire au Danemark : la girafe n'est pas un animal rare, l'acte n'est pas en contravention avec les lois et conventions internationales. Mais c'est au Danemark aussi, rappellent de nombreux blogs, que se joue la protection d'un autre animal, l'ours polaire, dont il a autorisé la chasse sur ses territoires arctiques malgré les protestations, car cette espèce n'est pas considérée officiellement en danger. Le Danemark, dont on n'attendait pas de ses citoyens qu'ils puissent ignorer ou tolérer l'abattage d'animaux exotiques, est aussi sur la sellette pour la conservation des espèces sauvages. 

La coalition Ours Polaire, via le blog Lesbrindherbes s'indigne contre cette chasse très lucrative, les permis de chasse se moneyant, et le commerce officiel des produits de cette chasse, ( fourrure, ongles, dents ) se revendant extrêmement cher à certains amateurs de médecines parallèles et à la taxidermie. "Et pourtant l’ours blanc fait fondre les cœurs. Les gouvernements, les ONG (comme WWF), les grandes marques (comme Coca-Cola) l’exploitent comme emblème et martyr du réchauffement climatique pour augmenter honteusement leur notoriété ou leurs ventes, donnant tout son sens au greenwashing. Pourtant en pratique, quand il s’agit de venir dès maintenant à son secours, il y a un monde fou aux abonnés absents."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ISABLEUE - 11/02/2014 - 10:07 - Signaler un abus SCANDALEUX

    et un pays qui accepte aussi le massacre des Dauphins aux Iles Feroe. Pays de sauvages !!! Les barbares sont décidément partout. Quand à l'ours polaire, première nouvelle. J'avoue l'apprendre aujourd'hui je pensais que c'était un animal protégé....

  • Par myc11 - 11/02/2014 - 10:26 - Signaler un abus Ce spectacle est une éducation à la cruauté,

    Un mélange bizarre entre la mémoire primitive et le raisonnement scientifique de la préservation des espèces. Je classe ce pays au même titre que le Japon avec leur rituel sacrificiel des baleines.

  • Par Odidole - 11/02/2014 - 10:39 - Signaler un abus Et si c'était ce qui nous attendait ?

    On commence par l'euthanasie, on refuse l'expression de l'opposition, on " rééduque " les enfants dès l'école "maternelle" ( je ne sais pas si j'ai encore le droit de l'appeler ainsi), ... alors à quand la sélection des "bons" gènes des électeurs...

  • Par Redmonde - 11/02/2014 - 10:44 - Signaler un abus HORRIBLE

    Ces gens qui font assister des enfants à l'euthanasie, et au dépeçage d'un animal dont les morceaux sont ensuite dévorés par des lions sont de dangereux malades. Le problème est que ce genre de mise à mort d'un animal parce qu'il n'a pas les bons gènes est pratiqué par la plupart des zoos européens. Là, cela a eu une plus grande visibilité, c'est tout. D'une part, le zoo en question avait reçu des offres de zoos européens qui voulaient héberger ce girafon. Pourquoi a t'il préféré le mettre à mort? Cela révèle un mépris absolu pour l'animal individuellement, ils ne s'intéressent qu'à la conservation de l'espèce. D'autre part, plutôt que de laisser se reproduire des animaux dont les petits seront en surnombre, pourquoi ne fait on pas comme dans les zoos américains et ne donne t'on pas des contraceptifs à ces animaux? L'article d'un quotidien anglais qui rapportait que ces pratiques d'abattage d'animaux jeunes et en bonne santé mais génétiquement indésirables étaient courantes dans les zoos européens concluait par cette suggestion: si vous ne voulez pas encourager ces pratiques, ne visitez pas les zoos.

  • Par Thémis888 - 11/02/2014 - 11:35 - Signaler un abus Et après ça, on voudrait se dire "humains"?!

    C'est totalement scandaleux et ignoble, et en plus, ils montrent ça à des gosses! Ce n'est pas étonnant qu'ensuite, on constate que ce genre de pays donne naissance à des psychopathes comme ce type qui a massacré des innocents sur je ne sais plus quelle île! Quant aux ours polaires, j'ai eu l'occasion de voir un documentaire sur France 5 et quand ils ne sont pas victimes des chasseurs, c'est le réchauffement climatique et le manque de nourriture qui les tuent! Il y en a de moins en moins... Un jour, il ne restera plus que les animaux des zoos pour témoigner de l'existence animale! A part ça, je rejoins le commentaire d'Odidole : si ça continue, ils feront comme dans le film "Ces garçons du Brésil" et je vous garantie que ça fait froid dans le dos!!!

  • Par gmdline - 11/02/2014 - 12:32 - Signaler un abus Oui certes ....!!!

    Mais n'oubliez pas trop vite en raison de vos émotions bien compréhensibles , ce qui se passe tous les jours dans les abattoirs français et autres , où des tueurs sadiques prennent plaisir à martyriser des animaux destinés à la consommation ..!!! Ce n'est pas très beau non plus ....!!! Mais , bien entendu ce n'est pas une raison pour donner un tel spectacle .

  • Par Vautrin - 11/02/2014 - 13:48 - Signaler un abus Pauvre monde imbécile,

    où l'on se scandalise de l'exécution d'une girafe et où l'on pratique l'avortement de confort !

  • Par jurgio - 11/02/2014 - 14:40 - Signaler un abus On veut bien être prochainement 15 milliards d'humains

    mais à condition de conserver tous les animaux de la création et un parc naturel pour chaque chaque maison individuelle.

  • Par ISABLEUE - 11/02/2014 - 16:13 - Signaler un abus Vautrin allez vous faire soigner

    vous avez besoin d'une vasectomie de détente

  • Par Cmarti - 12/02/2014 - 06:39 - Signaler un abus Horreur suprême on a tué un giraffon

    Il faudrait commencer par s'indigner de la tuerie de centaines de milliers d'êtres humains dans le sein maternel en France. Mais pas de vidéos là-dessus.

  • Par bigoud26 - 12/02/2014 - 06:40 - Signaler un abus attention

    Ames sensibles, s'abstenir. Voila ce qui se passe à qq kilomètres de chez nous, aux frontières de l'Europe. Une pratique soit disant ancestrale. A peu prés la même chose se passe au Japon à Taiji. Après avoir vu cela, vous n'irez plus à Antibes ou chez Asterix pour voir les dauphins... http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3600_massacre_dauphins_iles_feroe_Danemark.php http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2446_dauphins_massacre_Japon.php Les Japonais sélectionnent les dauphins, les plus beaux allant dans les delphinariums et les "autre" étant exterminés pour être servis comme viande de Baleines. Voir le film "The Cove"n la baie de la honte , en Français...

  • Par rudi11 - 12/02/2014 - 07:40 - Signaler un abus la visible fierte de l assassin

    me laisse pantois , et pourquoi faire çà en public ? devant des enfants..............quelle horreur...

  • Par pehm - 12/02/2014 - 20:53 - Signaler un abus Tarés & Compagnie

    I semble échapper à certains qu'il était parfaitement possible de donner ou de vendre ce girafon à d'autres zoos, voire à des particuliers fortunés. On a bien affaire à des fous furieux pour choisir cette solution. Ils n'étaient pas capables de contrôler la reproduction dans leur zoo ? On se fiche de qui ? D plus, le sort de cet animal n'est pas comparable à celui du bétail : il n'a jamais été destiné à nourrir les humains ! Et ceux qui ironisent sur l'indignation soulevée par cette abjection, qui peut croire qu'ils se soucient du sort des cochons, veaux, poulets ? Autre point choquant : cette pseudo dissection réalisée devant des enfants... Ils vont en tirer quoi ? Quelques mois auparavant, ce zoo devait apprécier d'avoir plus de visiteurs venus pour le "bébé", plus vieux et moins attendrissant, il leur a permis d'offrir un nouveau spectacle... Ceux qui commettent des actes de cruauté envers les animaux et ceux qui s'en fichent sont généralement dangereux pour leurs semblables. C'est un comportement de psychopathes.

  • Par Jeanne1412 - 14/02/2014 - 16:45 - Signaler un abus S'ils ne voulaient pas de consanguinité

    IL NE FALLAIT PAS FERTILISER LA MÈRE GIRAFE. - BARBARES !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€