Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 16 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

La Chine aura du mal à imposer le Renminbi comme monnaie de réserve

L’objectif qui consistait à faire du Renminbi une monnaie de réserve n’est plus vraiment d’actualité. Affiché fièrement il y un an, il s’agissait de gagner la confiance des marchés pour imposer l’utilisation du Renminbi comme monnaie de transaction dans les échanges internationaux.

Revue d'analyses financières

Publié le
La Chine aura du mal à imposer le Renminbi comme monnaie de réserve

Les banques chinoises contrôlée par l’Etat ont été "invitées" à diminuer les prêts accordés aux institutions privées. Les entreprises chinoises ne peuvent plus faire virer à l’étranger plus de 5M$. Crédit STR / AFP

Le départ des capitaux chinois vers l’étranger ainsi que l’utilisation trop importante de l’effet de levier dans l’économie chinoise ont obligé les autorités chinoises  à prendre un ensemble de mesures visant à empêcher les sorties de capitaux massives, à reprendre le contrôle de l’endettement et de lancer le signal très fort que les jours de l’argent facile et gratuit sont terminés en Chine. Les banques seront désormais tenues pour responsables de toute évasion de capital "anormale" car aucun système d’autorisation préalable n’est mis en place.

Au moment où tout le monde a les yeux braqués sur l’Amérique et sur l’Europe, ce qui s’est passé en Chine cette semaine est très important.

Les mesures prises traduisent la véritable panique qui s’est emparée des autorités

Le taux du Repo à 7 jours utilisé par les banques chinoises pour se prêter de l’argent entre elles vient de passer de 2,92% à 3,49% en une semaine. Le taux du Hibor (Hong Kong Interbank Offered Rate) pour emprunter du Renminbi offshore a augmenté de 522 points de base à 12,38% soit son niveau le plus élevé depuis le mois de septembre.

Les liquidités retirées du marché monétaire par la Banque de Chine se sont élevées à 18,8Md$ pendant la même période

Les banques chinoises contrôlée par l’Etat ont été "invitées" à diminuer les prêts accordés aux institutions privées. Les entreprises chinoises ne peuvent plus faire virer à l’étranger plus de 5M$.

Le rendement de l’emprunt d’Etat à 10 ans a immédiatement bondi à 3% son niveau le plus élevé depuis le mois de juin dernier. Cela s’est produit au moment où le Ministère des Finances de la République de Chine lançait une émission de 2 Md de RMB d’une durée de deux ans. Les banques qui garantissent cette émission de dette souveraine (Bank of China, HSBC, Standard and Chartered…) ont été obligées de proposer un coupon fixe de 3,5% pour placer l’émission. De son côté le Gouvernement Local de la zone franche de Shanghaï a été obligé d’accepter 2,85% pour lever 3Md de RMB à trois ans.

L’objectif qui consistait à faire du Renminbi une monnaie de réserve n’est plus vraiment d’actualité. Affiché fièrement il y un an, il s’agissait de gagner la confiance des marchés pour imposer l’utilisation du Renminbi comme monnaie de transaction dans les échanges internationaux.

Les investisseurs  ne donnent ce statut à une monnaie que si les cours de celle ci sont fixés quasi librement par les marchés et que les mouvements de capitaux sont totalement libres. Ce qui n’est plus le cas en Chine…

La dévaluation du Renminbi redevient donc d’actualité. Le chiffre qui circule le plus souvent est de 20%. Si cela se produit les banques chinoises seront les premières touchées car en face de leurs prêts en renminbi elles ont très majoritairement de la dette en dollar US. Il faudra surveiller de près le prochain chiffre de diminution des réserves de la banque centrale chinoise pour le mois de novembre. Le dernier chiffre du mois d’octobre ressortait à – 47,5Md de dollars. Le deuxième effet rendrait bien évidemment les produits chinois beaucoup plus compétitifs. Le troisième enfin difficile à quantifier serait la réaction du nouveau président élu des Etats Unis…

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 13/12/2016 - 14:40 - Signaler un abus 20% de dévaluation, soit 20% de gains de compétitivité

    pour une économie qui n'en a pas besoin...que les technocrates de la BCE en prennent de la graine! Pour l'économie de l'UE, qui a mortellement besoin d'une dévaluation pour relancer croissance et emploi, ces 20% de dévaluation du renminbi correspondront, de fait, à une réevaluation de 20% de l'Euro! Les Chinois croyaient pouvoir faire comme les Américains, soit continuer à manipuler leur monnaie, tout en faisant une monnaie de réserve, mais ils ont raté leur coup. Il leur reste le gain de productivité par rapport à une UE larguée sur les chemins de la globalisation, et grande perdante de cette guerre froide monétaire...

  • Par Paul Emiste - 13/12/2016 - 15:27 - Signaler un abus C'est une blague?

    Un billet avec la tête d'un des plus grands bouchers de tous les temps? Pourquoi pas avec la tête d'Adolphe ou du petit père des peuples puisqu'on y est?!

  • Par zouk - 14/12/2016 - 10:01 - Signaler un abus RMB

    Voilà qui nous laisse augurer des jours plus difficiles pour la Chine, donc pour l'économie européenne, à moins d'être capables de dévaluer l'euro. Qui y songe? M. Draghi le fait discrètement via une politique monétaire TRES accomodante.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est vice-président de l’Institut des Libertés, un think tank fondé avec Charles Gave en janvier 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€