Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 27 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La France en état de "quasi guerre civile" ? Ce qu'en pensent les Français

Etat de quasi "guerre civile" pour François Fillon, appel à l'insubordination des fonctionnaires, risques d'attentats... Les signaux du "dégagisme" sont nombreux dans à seulement deux mois de l'élection présidentielle.

Conflit

Publié le - Mis à jour le 3 Mars 2017
La France en état de "quasi guerre civile" ? Ce qu'en pensent les Français

Entendu par la commission de la Défense nationale de l’Assemblée Nationale, Patrick Calvar, le patron de la DGSI, déclarait le 10 mai dernier : "Les extrémismes montent partout et nous sommes nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation. Et cette confrontation, je pense qu’elle va avoir lieu. Encore un ou deux attentats et elle adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires [1] .

Ce diagnostic déjà très inquiétant, car émanant d’un ponte du renseignement intérieur allait encore être noirci quand le même Patrick Calvar lâcha quelques semaines plus tard, et toujours devant des députés, la phrase suivante : "Nous sommes au bord de la guerre civile" [2] . Rapportés quelques jours seulement après le meurtre d’un couple de policiers dans les Yvelines et l’arrestation en Ukraine d’un Français en possession d’un stock d’armes de guerre qu’il comptait utiliser pour attaquer différents objectifs, dont une mosquée, ces propos allaient susciter un large écho dans la presse. Au lendemain de l’attentat de Nice, ces déclarations entre en résonance avec une inquiétude largement répandue dans la société.

1 - Le spectre de la guerre civile hante les esprits

Mais en réalité, le spectre de la guerre civile sur une base d’affrontements communautaires plane depuis un moment sur la société française et hante les esprits de toute une partie de la population. Un tel scénario sert par exemple de toile de fond au roman de Michel Houellebecq, Soumission [3], dont la parution coïncida avec les attentats de janvier 2015. Comme le relève Jérôme Sainte-Marie dans son livre Le Nouvel ordre démocratique [4], on retrouve également cette image d’une France balkanisée en proie à des violences entre milices d’extrême-droite et groupes armés islamistes dans le roman d’Olivier Rolin, Les évènements [5]. Si Olivier Rolin est classé à gauche, la thématique de la guerre civile communautaire revient également fréquemment chez des auteurs de droite comme Eric Zemmour ou Ivan Rioufol. Ce dernier avait par exemple intitulé un billet posté sur son blog en date du 7 janvier 2015 (après l’attentat de Charlie Hebdo) : "Une guerre civile menace la France", texte dans lequel il précisait : "La France est en guerre. En guerre civile peut-être demain. Son ennemi est l’islam radical».

A la suite de ces attentats, la représentation d’une communautarisation accentuée de certains quartiers ou villes comme stade préalable et annonciateur d’un basculement vers le terrorisme ou la guerre civile fut abondamment utilisée par toute une série de responsables politiques de la "droite dure". Jean-Paul Fournier, le maire Les Républicains de Nîmes, ville dont Lunel [6] n’est pas très éloignée, évoqua au lendemain des attentats du 13 novembre "une guerre civile en France". Même tonalité chez Lionnel Luca, député Les Républicains des Alpes-Maritimes : "Ce soir Paris, c’est Beyrouth ! Logique pour un pays en voie de libanisation. Nous paierons cher notre lâcheté face au communautarisme !". Philippe de Villiers, quant à lui, imputait cet "immense drame de Paris au laxisme et à la "mosquéisation" de la France". Cette grille de lecture n’était pas l’apanage de certains responsables politiques, de nombreux Français la partageaient. Ainsi par exemple, si Lionnel Luca faisait référence au cas libanais pour pointer les risques d’un conflit confessionnel dans une société devenue communautarisée, un agriculteur à la retraite vivant à Amfreville, petit village de l’Eure, interrogé en décembre 2015, dans le cadre d’un article du Figaro, mobilisait une autre référence historique toute aussi parlante "Un jour, ça finira en France comme en Yougoslavie avec une guerre civile entre musulmans et chrétiens. On ne peut pas s’entendre." [7]

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 01/03/2017 - 10:33 - Signaler un abus La guerre civile est déjà là, grâce aux gauchistes!

    Ce sont eux qui lancent leurs miliciens fascistes, pour perturber des élections qui échappent à leur contrôle médiatique, pour manipuler les têtes molles des enfants, pour imposer de force les délires écologistes ou transgéniques d'une toute petite minorité, contre la décision des élus du peuple, contre l'opinion de la majorité des Français: les minorités haineuses et activistes ont pris le pouvoir de la France, grâce à l'éternelle complicité des collabos gauchistes (les mêmes socialistes, communistes, radico-socialistes et centristes mois qui collaboraient avec le socialiste Hitler...voir Mitterrand le collabo...). Marine Le Pen menace ce pouvoir des minorités et de leurs marionnette Flamby-Macron, alors ils tapent, ils hurlent, ils deviennent tout rouges...et, malheureusement, ce sont nos forces de l'ordre qui sont en première ligne contre les fascistes gauchistes, commandes par une hiérarchie des banlieues amenée par la gauche, et qui leur interdit de répliquer: voilà la guerre civile! Marine Le Pen rétablira une hiérarchie policière de qualité et virera les pedagogistes trotskystes des écoles, les sectaires de la magistrature...enfin, le pluralisme régnera en France. Ouf!

  • Par vauban - 01/03/2017 - 10:57 - Signaler un abus Bigre

    Onze pages pour nous vendre la France islamisée et le vivrensemblepasdamalgamislamboboterranova mediaticosondagier Cela doit être plus grave que je ne le pensais!!

  • Par zouk - 01/03/2017 - 11:15 - Signaler un abus Analyses société française

    Beaucoup trop long, illisible, trop de sujets traités sommairement. Rien sur l'insubordination des fonctionnaires pourtant en titre chapeau

  • Par Deneziere - 01/03/2017 - 11:54 - Signaler un abus Focalisation excessive sur l'arabo-musulman

    S'il n'y avait que l'islam, ce serait gérable. Mais là, les haines sont multi-directionnelles. La haine anti-sarko est hystérique depuis 2012. Le terme "bobo", de catégorie publicitaire, est devenue une insulte. Les journalistes et les politiciens sont méprisés. La réaction publique au cas Fillon est disproportionnée. Les attaques aux biens et personnes sont en constante augmentation. Les frictions de la rue deviennent brutales pour un rien. Tous les intérêts sectoriels se durcissent, syndicats, fonctionnaires. Les zadistes ont les coudées franches. Les uns haïssent les flics, les autres les juges. Tout le corps social se défie. Je ne sais pas d'où va venir l'étincelle.

  • Par Liberdom - 01/03/2017 - 15:09 - Signaler un abus Tentative d'enfumage

    1- les chiffres inquiétants donnés dans les différents sondages sont inquiétants MALGRE la propagande lourde et continue sur le thème du "pas d'amalgame". 2- L'aveux des quelques centaines de personnes (musulmans) s'étant rendues à l'institut du monde arabe montre bien le fort désir des musulmans de s'intégrer. 3- L'autre aveux des quelques milliers de bobos venus prendre le thé dans les mosquées dans toute la France montre bien la faible appétence des Français pour l'Islam. Enfin il faut rappeler que 100% des attentats sanglants commis en France depuis ceux de Mehrat sont le fait de mulsulmans (radicalisés certes) et commis au nom de l'Islam. Les faits sont décidément têtus. Il faut que le gouvernement et l'Etat règlent ce problème pour éviter un embrasement; et ce n'est pas en se soumettant aux provocations incessantes de l'Islam et des Islamistes que les choses se règleront.

  • Par Liberdom - 01/03/2017 - 15:14 - Signaler un abus @Denezière

    Alors que 100% des auteurs d'attentats sanglants sont arabo-musulmans (peu importe leur nationalité réelle) il est en effet mal venu de se focaliser sur ces derniers. Comme ce monsieur Cavlar de la DGSI qui préfère mettre des moyens sur les groupuscules d'extrême-droite; sans doute pour éviter quelques morceaux de lard jetés sur les mosquées.

  • Par A M A - 01/03/2017 - 16:47 - Signaler un abus Tout est prêt pour l'explosion

    Tout est prêt. La situation explosive a été soigneusement mise en place. Ne reste plus à attendre que le déclic. Mais qui donc est le chef-artificier?

  • Par Semper Fi - 01/03/2017 - 18:02 - Signaler un abus Fabuleux....!!!!!

    Les banlieues brûlent, les groupuscules d'extrême-gauche cassent tout, cherchant l'affrontement à toutes les occasions, et on nous ressort l'ultra-droite comme menace prioritaire... Enorme !

  • Par Leucate - 02/03/2017 - 11:04 - Signaler un abus Conclusion ?

    et on dit merci à qui ? à la droite d'argent ou à la gauche mondialiste ?

  • Par A M A - 02/03/2017 - 12:44 - Signaler un abus Cela devrait se terminer

    Cela devrait se terminer comme ça. Il n'y a pas photo.

  • Par lemillanh - 02/03/2017 - 13:36 - Signaler un abus si on n'est pas au bord

    de la guerre civile alors ou on est? C'est vrai 244 assassinats pour une idéologie fasciste religieuse c'est rien ! Quelques bobos en moins flanant sur les grands boulevards c'est peu de chose! Un curé qui passe de vie à trépas dans une petite bourgade c'est peu de chose ! Quelques juifs occis alors que Hitler en a éliminé 6 millions c'est une misère ! Un chef d'entreprise décapité autrement que par l'échafaud c'est banal ! L'insécurité L'incivisme Les vols c'est normal ce n'est que justice diront les gueux! Il est clair qu'au Bhoutan les choses ne se passent pas ainsi mais les Français ignorent ce pays tellement imbus d'être au centre du Monde...

  • Par joseph jean - 02/03/2017 - 17:50 - Signaler un abus sur la pente

    quel que soit le résultat de l'élection présidentielle , cela ne régleras rien , d'un coté il y auras les bobos , les gauchos pur et dur les islamos et les socialos , et de l'autre l'armée , la police, les partis de droite , et le peuple qui commence a gronder . comment vouez vous que ca aille mieux !! J'ai peur , nous sommes sur une poudrière je n'ai jamais connu ca dans mon pays comment on en est arrivé la!!! j'ai ma petite idée mais je la garde pour moi .

  • Par langue de pivert - 02/03/2017 - 18:41 - Signaler un abus La France sondée à sec ! La France Macronté !

    ☺ Quand les rats d'allah vont s'inviter dans la campagne électorale les sondeurs vont creuser profond pour retrouver Macron ! Idem pour Hamon-le-tox et Mélanchon-le-révolutionnaire-en-complet-veston ! Heureusement il restera Le Pen (honneur aux dames) et Fillon : les seuls candidats (le masculin l'emporte sur le féminin...on se calme les filles, c'est de la grammaire :-) non solubles dans l'islam.

  • Par PLATYPUS - 03/03/2017 - 16:43 - Signaler un abus on y fonce en klaxonnant !

    on y fonce en klaxonnant ! les journalistes, les magistrats et les membres de ce gouvernement seront les premiers à trinquer Je ne le souhaite pas, car une fois lancé c'est difficile à arrêter

  • Par Marie-E - 05/03/2017 - 17:46 - Signaler un abus quand tout le monde

    se sera calmé et aura réfléchi que Fillon est la seule solution raisonnable pouvant sortir la France du marasme où elle se trouve, il faudra surtout que le gouvernement réfléchisse au retour des Syriens, des cinglés de Daech, bref des ennemis de la France et il y aura du boulot car la déradicalisation ne fonctionne pas et on aura besoin de tout le monde y compris d'autres pays que je ne nomme pas (mais vous savez celui qui a plus de 4% de croissance)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€