Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les Français et l’environnement : où sont les soutiens de l’écologie, qui sont ceux qui en ont assez ?

Les Français s'intéressent de moins en moins à l'écologie. Les questions environnementales mobilisent souvent moins en période de crise, mais une constante existe en France : elles sont toujours reléguées loin derrière d'autres préoccupations plus '"immédiates". Cependant, toutes les catégories sociales n'ont pas la même indifférence, ce qui révèle une fracture dans la population.

Politico Scanner

Publié le
Les Français et l’environnement : où sont les soutiens de l’écologie, qui sont ceux qui en ont assez ?

Les Français s'intéressent de moins en moins à l'écologie.  Crédit Reuters

Atlantico : Alors que la France va organiser à la fin de l'année le sommet COP21, les Français semblent particulièrement peu intéressés par la priorité à donner à l'écologie puisque selon un sondage Ifop pour Atlantico.fr, seuls 36% pesnent qu'elle est "tout à fait prioritaire", très loin du chômage, de la délinquance, ou du pouvoir d'achat, et derrière même la réduction de la dette publique. Pourquoi une telle indifférence ?

 
 

Source : sondage Ifop pour Atlantico.fr - Cliquez pour agrandir

 

Daniel Boy : Ce n'est pas véritablement nouveau.

Au Cevipof nous effectuons également ce genre de facteurs, les sujets les plus importants pour les électeurs, et jamais, je dis bien jamais, l'environnement n'a réellement joué les premiers rôles. Il est toujours dans un rang assez éloigné, et systématiquement après l'emploi ou après l'éducation. Il faut faire le constat : l'écologie n'est pas un thème premier dans la vie des gens. Bien sûr, si vous présentez l'environnement comme thème sans le mettre en relation avec d'autres, vous avez une adhésion élevée, mais les préoccupations qui passent avant sont le travail, l'avenir des enfants, la sécurité... 

Pourquoi ce désintérêt ? Bien sûr, l'écologie est une question objectivement importante. Mais subjectivement, les gens n'ont pas le sentiment que cela empiète de façon concrète ou problématique dans leur vie. Et surtout sur leur vie matérielle et dans l'existence quotidienne. Vous vous doutez bien que la grande crainte de l'avenir immédiat c'est la pauvreté et le déclassement social. Face à ces enjeux, l'environnement n'est juste "pas dans le coup". Et cette tendance, on la mesure non pas depuis des années, mais depuis des décennies.

Parfois, on a un mouvement assez modéré d'évolution favorable vers une plus grande considération de l'écologie. Il y a toujours une espèce de contradiction entre l'écologie et l'économie. Dans les périodes de prospérité économique en effet, avec de la croissance, l'intérêt pour l'environnement est plus fort. A l'inverse, quand le chômage augmente, l'écologie passe rapidement à la trappe. Cette dynamique est toujours vraie. 

Ce chiffre tombe même à 22% chez les sympathisants de droite, alors que l'écologie n'est pas en principe le monopole de la gauche. Pourquoi les électeurs les plus susceptibles de voter à droite sont-ils les moins motivés, alors qu'un événement comme le Grenelle de l'environnement par exemple a été initié par la droite ?

C'est vrai que l'écologie penche à gauche depuis longtemps, et il s'agit-là d'une tendance que l'on retrouve dans le plupart des autres pays. Les valeurs de l'écologie ont mieux été accueillies par les partis de gauche que l'inverse. Le Grenelle de l'environnement est à ce titre un cas un  peu particulier, très spécifique, issu d'une volonté politique de Nicolas Sarkozy qui a passé un accord avec les organisations environnementales car il pensait qu'il s'agissait d'un atout pour sa campagne et pour raliier à lui des personnalités importantes. C'est un peu un "coup" politique. D'ailleurs, le Grenelle de l'environnement n'a pas eu pour effet de développer au sein de la droite française l'intérêt pour l'écologie...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 03/06/2015 - 19:39 - Signaler un abus Ecologie, racisme, laîcité

    Des hochets efficaces pour détourner l'attention des problèmes que nous n'osons même pas voir, alors, quant à y réfléchir...

  • Par lexxis - 04/06/2015 - 06:36 - Signaler un abus ECOLOGIE ET BON SENS, LES VOIES DIVERGENT!

    Ainsi l'écologie serait portée par ceux qui savent, les autres seraient rejetés dans les ténèbres de l'ignorance et du mal faire, alors que leur bon sens permettrait souvent d'éviter un certain nombre de grosses bêtises. Pardon, mais Ecomouv, cela a été fait par qui? Par ailleurs, l'exemple montre que les écolos ne raisonnent jamais qu'avec la moitié de leur cerveau, celle qui recense les avantages des mesures qu'ils proposent ,l 'autre partie qui dénombrerait les inconvénients ou les limitations de bon sens ne fonctionne pas. Suite à son stop nucléaire, l'Allemagne pourtant très "verte" fume au charbon! Quant au malus automobile, on trouve des véhicules essence dont la consommation se situe plutôt dans les moyennes basses taxés avec des malus, alors que le diesel strictement équivalent ne supporte lui aucun prélèvement. Chacun d'entre nous peut compléter à loisir cette liste, sans compter la quasi-exonération des transports aériens, mode de transport favori des bobos, alors que l'avion compte parmi les engins les plus polluants.

  • Par Anouman - 04/06/2015 - 22:25 - Signaler un abus Ecologie

    Il semble, en France (ailleurs je ne suis pas allé voir) que tout problème écologique doivent se résoudre par une taxe ou une autre. Devant une telle tartufferie, qui peut prendre au sérieux les gesticulations écologistes qu'elle qu'en soit la provenance politique? Le plus gros problème écologique, la surpopulation humaine, ne semble intéresser aucun écologiste. Il faut en déduire que leurs capacités de raisonnement sont totalement limitées.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Daniel Boy

Daniel Boy est directeur de recherche (FNSP) au CEVIPOF et enseignant au master de Sciences Po notamment en analyse quantitative des données.

Ses recherches se sont développées dans trois domaines : la sociologie électorale, l’écologie politique en France et en Europe, les relations entre science, technique et société.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€