Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

61% d’abstention chez les 18-24 ans : de quoi les jeunes se détournent-ils vraiment ?

Ce premier tour est marqué par une abstention record pour des élections municipales : près de 38,5 %. Mais ce taux est nettement plus élevé chez les jeunes... Analyse.

Politico scanner

Publié le
61% d’abstention chez les 18-24 ans : de quoi les jeunes se détournent-ils vraiment ?

En 2008, lors des précédentes municipales, le taux d’abstention des 18-24 ans s’établissait à 53,9 % et celui de 25-34 ans à 49 %.  Crédit Reuters

Atlantico : En 2008, lors des précédentes municipales, le taux d’abstention des 18-24 ans s’établissait à 53,9 % et celui de 25-34 ans à 49 %. Un chiffre bien plus élevé que dans les autres catégories d’âges. Sur l’ensemble des 26 millions d’inscrits, le taux de participation au 1er tour de 2008 était de 66,54 %, avec une légère progression pour le deuxième tour, à 65,14 %. Que révèle ce taux d'abstention ?

Vincent Tournier : La moindre participation des jeunes est une constante des élections. Les jeunes sont toujours plus abstentionnistes car on a affaire à des citoyens qui sont encore en formation, qui sont dans une phase d’intégration sociale et politique. Leurs préoccupations concernent prioritairement le cadre de vie, la famille, les amis, les loisirs. Pour eux, la politique est peu parlante, c’est un univers encore lointain, qui concerne plutôt la génération des parents, voire des grands-parents. Le sondage de l’AFEV indique d’ailleurs que 78% des jeunes voudraient plus d’explications sur la politique à l’école, sans réaliser que cela est difficile parce que l’école doit garder une certaine neutralité.

C’est pourquoi, au final, les jeunes sont amenés à amplifier les tendances que l’on observe dans le reste de la population : lorsque l’abstention s’accroît, elle monte encore plus chez eux. C’est encore plus vrai pour les élections municipales, qui exigent une certaine familiarisation avec les enjeux locaux, familiarisation que les médias nationaux ne prennent évidemment pas en charge.

Cela dit, le décrochage de la participation n’est pas sans poser problème. On sait que les premières habitudes électorales comptent beaucoup pour la suite. Entamer sa vie civique par l’abstention va donc probablement laisser des traces, sans que l’on puisse dire lesquelles précisément. Une question se pose donc : pour ces générations qui font leur apprentissage politique, quelle conception du civisme va se développer dans les décennies à venir ? Faut-il être inquiet ou pas ? Nul ne le sait parce que cette situation de désertion civique n’a pas de précédent dans une démocratie.

Selon une étude de décembre 2013 de l’Association de la Fondation Étudiante pour la Ville (Afev), 49 % des jeunes de 15 à 30 ans se déclarent intéressés par la politique. Cet intérêt est plus marqué chez les hommes (53 %) que chez les femmes (45 %). Comment expliquer ce rapport ambivalent à la participation politique : intéressés mais abstentionnistes ? Sous quelle forme conçoivent-ils leur engagement ?


Il faut d’abord rappeler que l’intérêt pour la politique n’est pas constant : il augmente en période électorale et baisse ensuite. C’est assez logique : au moment des élections, les gens sont sollicités, ils reçoivent plus d’informations politiques et doivent se préparer à voter. Leur conscience politique est donc stimulée, mise en éveil. Cela dit, le niveau d’intérêt politique en France n’est pas très élevé. Compte tenu de certaines transformations sociales comme la hausse du niveau d’éducation ou la démocratisation de l’accès à l’information, on aurait même pu s’attendre à ce que la politisation augmente, ce qui n’est pas le cas. Mais encore faut-il se souvenir que le lien entre la politisation et le vote n’est pas automatique : une partie importante des électeurs se rend aux urnes sans être politisée, juste par sens du devoir, même si cette attitude devient plus rare aujourd’hui ; à l’inverse, des électeurs politisés choisissent de ne pas voter. Là se trouve d’ailleurs l’explication du paradoxe que j’évoquais précédemment : si la hausse du niveau d’éducation et d’information ne débouche pas sur une hausse de la participation, c’est aussi parce que les électeurs deviennent plus exigeants. En somme, on estime que l’offre politique n’est pas à la hauteur de ses attentes. Il y a aussi une forme d’idéalisation de la politique qui laisse mal à l’aise face aux imperfections de la vie démocratique.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Max68 - 26/03/2014 - 09:03 - Signaler un abus Et la corruption ?

    Il est patent que la plupart des sourdnalistes et donc des sondages évitent soigneusement le cœur du problème : une corruption grave généralisée et institutionnalisée, avec un pouvoir exécutif dont tout le monde sait maintenant, y compris les jeunes, qu'il n'est qu'un exécutant du cartel banco-industriel ! Ainsi, il est parfaitement logique, intelligent et citoyen de s'intéresser à la vraie politique et donc de se désintéresser de la pipolitique, qui n'a rien à voir. Quant au comptage et à l'effectivité du vote blanc, il m'est évident que c'est la seule solution et je suis loin d'être un enfant ! Il faut cesser de laisser une minorité de fanatiques idéologiques contrôler la représentativité ! Tous ces élus, c'est un fait indéniable, ne représentent qu'une minorité, parfois vraiment petite ! Il n'y a qu'à lire les chiffres !

  • Par Doxa - 26/03/2014 - 09:39 - Signaler un abus Logique!

    Il est évident que les jeunes électeurs ne sentent pas ou peu concernés par la politique car leurs préoccupations sont ailleurs et c'est tout à fait normal. Ils doivent se construire une opinion une représentation de la politique et cela passe par l'entrée dans la vie active. Mais on ne parle pas de l'impact de l'environnement: familial, médias,........ sur la progression de cet abstentionnisme. Comment comprendre la politique et son fonctionnement si les parents eux-mêmes ni comprennent plus rien? Comment discriminer les informations politiques, des informations "parasites" qui sont constamment véhiculées par les médias? L'éducation politique des futurs électeurs se fera telle dans Closer, sur tweeter....... Le véritable problème c'est que notre politique aujourd'hui est une politique de mots et plus de faits, donc la confiance ni est plus et le désintéressement progresse toutes tranches d'âges confondues.

  • Par Intelligenti pauca - 26/03/2014 - 10:03 - Signaler un abus Une autre explication

    Au delà du désintérêt ou de l'incompréhension, il y a aussi une explication plus simple selon moi. De 18 à 25 ans, c'est l'age des études, souvent dans une ville autre que celle où l'étudiant est rattaché. Personnellement, je connais mieux les candidats de la ville ou j'étudie que ceux du village où j'ai grandi. J'ai voté bien sûr, mais j'ai découvert les candidats sur le tard. Et selon moi, beaucoup n'ont pas fait cet effort.

  • Par anakyn - 26/03/2014 - 10:55 - Signaler un abus Rien de plus logique

    C'est du "j'm'en foutisme" tout simplement !

  • Par enfer - 26/03/2014 - 11:19 - Signaler un abus ...Normal...

    ...Non impliqués économiquement, socialement, fiscalement...Ils s'en fichent... On ne devrait avoir le droit de voter que si on a un travail et qu'on paie des impôts...

  • Par saintu - 26/03/2014 - 11:58 - Signaler un abus J'm'enfoutisme !

    Les jeunes des années 60/70/80, ceux qui ont eu 20/25 ans dans ces années là, s'intéressaient à la vie de leur pays ? Depuis les années 80, les fameuses générations Mitterrand se foutent de tout et de tous ! Leur seule religion c'est "l'égoïsme" pur et dur ! Il veulent tout sans me fatiguer. Et la crise a bon dos ! MAis NOUS qui avons eu 20 ans dans les années 60/70/80, nous sommes responsables de cela ! Nous avons habitué nos marmots à la facilité et le résultat est celui que nous connaissons ! J'ai commencé à travaillé à 17 ans. Mon 1er électrophone (et oui ça date) je me le suis payé après 4 mois d'économies (pas de sorties ou très peu) car pas question que mes parents le paie ! Ma 1ère voiture je l'ai acheté à 20 ans, etc, etc.... Aujourd'hui à 12 ans le môme a son téléphone portable, son ordinateur, la télé dans sa chambre, sa chaine Hi-Fi et à 18 ans les parents lui paient le permis et quelquefois la voiture ! Ils ont totalement perdu la notion de responsabilité, d'effort. Tout leur est dû. Ajoutons à cela un système éducatif totalement obsolète qui ne leur inculque pas le gout de l'effort et nous avons la situation actuelle !

  • Par saintu - 26/03/2014 - 12:08 - Signaler un abus @Max68

    Ce n'est pas le problème, même si vous avez raison sur l'aspect corruption. Interrogez des moins de 30 ans autour de vous, de préférence issus de TOUTES les catégories sociales et vous verrez que 80% (au moins) ignore totalement le fonctionnement des Institutions de la République ! Est-ce normal ? Comment dans ce cas s'intéresser à la vie du pays ? Qui parmi les jeunes sait à quoi sert un Conseil Régional, un Conseil Général ? 10% et je suis probablement très au-dessus de la réalité ! Et qu'on ne me dise pas que personne leur apprend ce genre de choses ! Moi à l'école, personne ne m'a jamais appris le fonctionnement de nos Institutions ! Ce que je sais je l'ai appris seul, en lisant, en m'informant, toutes choses que les jeunes aujourd'hui ne veulent pas faire ! TOUT doit leur arriver tout fait, tout prêt !! Générations d'assistés, générations Mitterand, générations Etat providence ! Ils ont été élevé dans cet état d'esprit, sauf que la crise est passée par là et que les choses ont bien changé. Il faudrait qu'ils se sortent les doigts du cul ! Mais ils en sont incapables ! Les jeunes qui le veulent eux sont dans le circuit, mais ils ne sont pas nombreux !

  • Par Satan - 26/03/2014 - 12:31 - Signaler un abus La France n'est pas une démocratie réelle!

    Et ça "le jeune" là bien compris! Mais le temps que les élites politico-médiatiques s'en rendent compte.

  • Par pemmore - 26/03/2014 - 13:37 - Signaler un abus Quand on voit que le RSA n'est donné qu'après 26 ans,

    comment les jeunes ne peuvent se sentir rejetés par les politiques? Quand on n'éxiste-pas on ne vote pas.

  • Par JBSERBIST - 26/03/2014 - 13:48 - Signaler un abus Les jeunes ont compris

    Ils ont compris que le seul moyen de mettre le système par terre est de s'abstenir. Voter c'est légitimiser des gens qui ne s'intéressent à leurs administrés qu'à la veille des élections. Ca n'a aucun sens de remplir un devoir civique pour élire des gens qui n'en remplissent aucun; il suffit de voir les rangées vacantes au Parlement lors de séances de nuit où sont débattus des sujets importants.

  • Par pave777 - 26/03/2014 - 16:33 - Signaler un abus Ils s'en tapent pour la plupart ! ils sont chez les parents !

    Quand les clowns qui nous gouvernent, ont expliqué qu'ils allaient bosser au moins, jusqu'à 67 ans alors qu'il y aurait de moins en moins de job ! ils ont fait quoi ? RIEN ! Les pt'its loups, c'est pas de la contestation si il ne votent pas, simple ! c'est qu'ils sont pour beaucoup, bobos compatibles. Une certaine droite catho, a réussi à mobiliser récemment, des jeunes bien français, concernés par l'évolution de notre société, les autres jeunes ? ils attendent le retour de Léonarda, pour sortir leur compassion habituelle, encadré par leurs profs gauchos !

  • Par Satan - 26/03/2014 - 16:35 - Signaler un abus @JBSERBIST: complètement d'accord avec vous!

    L'abstention est à l'heure actuelle le seul choix raisonnable.

  • Par mich2pains - 26/03/2014 - 16:47 - Signaler un abus " LES JEUNES" sont à l'image de notre société !

    Tout comme les adultes , ils ont perdu ou n'ont jamais connu un système de valeurs stables ! On leur donne le BAC ( voir le Master) pour les rassurer sur le plan intellectuel mais aussi et surtout , pour rassurer leurs propres parents ! On leur déconseille les carrières dites "Manuelles " par simple méconnaissance des filières mais aussi et surtout , pour coller à l'idéologie des fainéants professionnels ! (suivez mon regard) . On trouve à ses enfants un "emploi" dans la fonction publique d'autant plus facilement qu'on en connait les ficelles , étant fonctionnaire soi même ..... On commence sa vie de jeune au chômage d'autant plus "spontanément " que ses parents sont , eux aussi , au chômage . On s'abrutit de vidéos-clips à longueur de temps , mais pas plus que nos aînés , à coups de Télé-réalités ! Quand on est jeune , on ne contrôle plus son avenir , mais pas plus que les adultes ne contrôlent leurs élus Français parce que Bruxelles nous gère !!!! Bref , le jeunes sont à l'image des adultes : tout aussi paumés ! Une génération , voir 2 de perdues .......et combien d'autres à venir , si nous , adultes , ne changeons pas radicalement de logiciel ?

  • Par Grahou - 26/03/2014 - 18:52 - Signaler un abus Le pire c'est qu'en

    Le pire c'est qu'en s'abstenant massivement, les jeunes donnent un poids electoral enorme au + de 65 ans. Cette generation egoiste des 30 glorieuses qui s'est donnée tous les droits et avantages en laissant la facture aux generations suivantes, et qui de surcroit s'est enrichie en spéculant et en organisant une inflation scandaleuse de l'immobilier. Et personne ne fera jamais payer cette generation parasite, qui a tant fait mal a la france, car ils continuent de decider du sort de chaque elections...

  • Par pave777 - 26/03/2014 - 23:00 - Signaler un abus @ Grahou

    Je n'en ai que 60, mais pendant des années ce furent des 55 à 60h de boulot par semaine, donc les caisses ont les a rempli un peu plus vite qu'avec les 35 h ! quand il y avait 4 ou 5 cotisants pour un retraité, on peut aussi se demander où est passé l’excédent du pognon des retraites, vous avez une idée ? il faut demander aux Pompidou, Mitterrand, Giscard et Chirac. La dette principale de la France vient de Pompidou quand il a mis la dette sur les marchés, aujourd'hui elle correspond aux intérêts d'emprunt, augmentée des 600 milliards en 5 ans, de l'agité sur talonnettes. Avant d' accuser les gens qui ont bossé , sans trop profiter de l'existence, d'une société basée sur les loisirs, élargissez un peu votre vision périphérique. Quand je dirigeais du personnel, je demandais souvent aux anciens quand il y avait une charrette, les jeunes avaient d’autres occupations à gérer, que le travail.

  • Par ignace - 27/03/2014 - 01:32 - Signaler un abus les jeunes ne sont que le resultat de l'education de leurs

    parents....leur seul problème, c'est d’être nés une génération trop tard

  • Par coucou.cmoi35 - 27/03/2014 - 01:55 - Signaler un abus C'est peut-être aussi en grande partie pour des raisons

    de mobilités. Les jeunes sont perpétuellement en déménagement, changements d'écoles, de petites chambres, etc,.. Donc ils ont d'autres chats à fouetter que d'aller s'inscrire puis d'aller donner leur petite voix à des politiciens qui ne représentent qu'eux-mêmes et bien-sûr, les gens qui les financent.

  • Par pave777 - 27/03/2014 - 10:34 - Signaler un abus @ ignace

    Les enfants devenus les petits rois de la cellule familiale, ont été sur-aimés par les parents, choyés à outrance, ils sont devenus très individualistes et exigeants, mais que pour eux mêmes. Donc le sort du collectif les intéresse peu. Aujourd'hui qu'il existe une crise systémique fabriquée par les escrocs de la grande finance, avec la complicité des politicards, et que chaque foyer FISCAL est concerné, les petits bourges devenus bobos issus des milieux nantis, mais aussi des milieux populaires, sont inquiets . Cela ne les incite pas pour autant à sortir de leur individualisme, pour combattre le système ?.... peur ? lâcheté ? indifférence ? Il faudra bien qu'ils se réveillent un jour, avant leur retraite à 67 ans ? je serais toujours là pour les aider, si il y mettent un peu de bonne volonté. Vive la jeunesse, mais réveillez vous ! il est grand temps.

  • Par ignace - 27/03/2014 - 15:45 - Signaler un abus pave777 Je partage votre opinion

    .....

  • Par afirmin - 30/03/2014 - 18:09 - Signaler un abus POURQUOI ? hé oui , POURQUOI

    Quand on veut tout politiser !! regardez cette violence dans les arguments des uns et des autres ! et qui se traduit même entre personne d'un même parti ! en plus les propos qui sont tenus contre celui que l'on prend en grippe pour l'anéantir du champ dont il fait autant parti que les autres '' j'entends autorisé de la démocratie '' il y a des propos , des agressions physiques qui n'incitent pas pour participer a ce jeu si violent et aux mensonges caricaturales ...sans parler des battages (…..) médiatiques agressifs Si les Adultes , les responsables , donnaient l'exemple aux jeunes dans leurs propos et dans leurs actes !!! sans parler les promesses que seul celui qui les prononces y croit !!! beaucoup de jeunes réagiraient en ayant un comportement plus positif . !!!!.. Enfin il y a les '' PSY '' de tout poil qui vous expliqueront cela avec énormément de persuasion et d'exemples virtuels . Au fait pourquoi les jeunes ne s'occupent plus à rien ? pourquoi au fait il ne cherche plus à faire carrière dans un métier ? pourquoi plus de médecin ? etc .. Etc ..

  • Par jerem - 30/03/2014 - 18:18 - Signaler un abus @Grahou - 26/03/2014 - 18:52 - la faute aux autres comme d'hab

    1- otez nous d'un doute la génération des 30 glorieuses sont pour une bonne part les parents de ces "petits jeunes" de la génération Y qui depuis 20 ans coutent en impot , section Education Nationale, toujours plus cher chaque année . 2- on va pas faire comme ce comique de Domenach qui nous a sorti cette conclusion hallucinante . L'abstentionnisme des jeunes c'est le revelation de la confiscation de la démocratie par les seniors. Les jeunes trainent la savate pour aller voter et s'en foutent comme de l'an 40 , preferant taper sur leur smartphone pour des jeux a la cons cotes en bourse a coups de milliards et le gentil Domenach fait porter le chapeau aux seniors .....Evidemment le devenu sans saveur Ali Balou n''a eu rien a dire a son chroniqueur sur cette conclusion parfaitement grotesque . c'est CON siderable Nouvelle edition du 24/03/2014 a 5'15 http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3847-c-la-nouvelle-edition.html?progid=1037010

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Vincent Tournier

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€