Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Tous naïfs : et maintenant nos appareils électroniques nous écoutent sans même que nous prenions la peine d’y réfléchir une seconde

Avec "Echo", le dernier né d'Amazon, vous pouvez installer chez vous un assistant virtuel fonctionnant sur un modèle comparable à celui du logiciel "Siri" d'Apple, ce qui revient, sous certains aspects, à faire entrer un loup dans une bergerie.

Big Brother à votre écoute ?

Publié le
Tous naïfs : et maintenant nos appareils électroniques nous écoutent sans même que nous prenions la peine d’y réfléchir une seconde

Nos appareils électroniques nous écoutent.

Atlantico : Amazon lance  "Echo", un assistant virtuel se présentant sous la forme d'un cylindre noir, doté de plusieurs micros qui écoutent en permanence les conversations et dont la fonction est de répondre lors de sollicitations. Un "Siri" dans le salon, en somme. Comment cet appareil fonctionne-t-il ?

Jean-Gabriel Ganascia : Physiquement, "Echo" contient sept microphones intégrés destinés à enregistrer les sons, éliminer les bruits ambiants et détecter les voix humaines.

A partir de ces signaux, il reconnaît la parole et, dès qu’un mot-clef est prononcé, il analyse avec précision les requêtes qui lui sont formulées pour essayer d’y répondre avec le plus de pertinence possible. Ainsi, si l’on veut connaître la météo, il suffit de la demander, "Echo" vous la donne. On peut aussi demander une recette de cuisine ou l’orthographe d’un nom. Il est même possible de commander un taxi, voire de donner l’heure à laquelle on souhaite être réveillé. De ce point de vue, "Echo" ressemble au logiciel "Siri" que l’on trouve sur les IPad, si ce n’est qu’il répond exclusivement par la voix ou les sons. Cela ressemble aussi au logiciel Watson conçu par la société IBM pour jouer au jeu de Jeopardy, sauf que, dans le cas "d’Echo", la parole est automatiquement reconnue et le logiciel de recherche est directement connecté sur Internet.

D'après Amazon, "Echo" ne se met à enregistrer les sons et à se connecter à internet que lorsqu'un mot clé est prononcé. Quelle est la garantie que l'appareil ne sera jamais piraté par un petit génie de l'informatique ?

Ce qui fait l’originalité "d’Echo", c’est qu’il est en veille en permanence. Ceci signifie qu’il est vigilant et qu’il enregistre tous les bruits jusqu’à détecter un mot-clef. D’après Amazon, c’est seulement à ce moment-là qu’il déclenche le module d’analyse pour transcrire les requêtes qui lui sont soumises. Et, c’est ensuite qu’il se connecte à Internet pour trouver les ressources nécessaires afin d’apporter des réponses. Bref, si Amazon prétend "qu’Echo" ne se connecte à Internet que lorsque des mots-clefs ont été prononcés, c’est peut-être vrai dans le dispositif existant actuellement. En revanche, on ne peut pas affirmer qu’il n’enregistre pas les sons en continu, puisqu’il se fonde sur ce principe. De plus, rien n’interdit d’étendre le nombre de mots-clefs à tous le dictionnaire, et donc de transcrire tous les énoncés prononcés en langage naturel et de les communiquer sur Internet.

On connaît désormais la facilité avec laquelle la NSA obtient des données sur les utilisateurs d'internet. Pourquoi "Echo" ferait-il exception ?

Du point de vue strictement technique, une fois que vous disposez d’un système comme "Echo" chez vous, rien ne s’oppose à ce qu’il enregistre toutes vos conversations et les transmette automatiquement à une institution ou une personne. Il pourrait aussi effectuer un filtrage et lancer l’alerte lorsque les voix s’élèvent trop fort ou que des cris se font entendre, ce à quoi peu de gens auraient à redire, puisqu’il y va là de la sécurité publique. Dans le même ordre d’idées, comme "Echo" reconnaît la parole et la transcrit, il pourrait aussi lancer l’alerte lorsqu’il identifie des propos contraires à la bienséance, ou politiquement incorrects... La seule garantie que l’on puisse avoir tient à la logique commerciale d’Amazon : à supposer qu’"Echo" se comporte de façon aussi indiscrète, on pourrait craindre pour la réputation de cette société. Et, comme Amazon veille à ne pas trop déplaire, on peut espérer que cette compagnie cherchera à nous rassurer en évitant de tels débordements. Toutefois, même si l’on cherche à nous rassurer, nous n’avons là aucune assurance...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par EC - 24/11/2014 - 21:20 - Signaler un abus Big brother

    Big brother

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Gabriel Ganascia

Jean-Gabriel Ganascia est professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) où il enseigne principalement l'informatique, l'intelligence artificielle et les sciences cognitives. Il poursuit des recherches au sein du  LIP6, dans le thème APA du pôle IA où il anime l'équipe ACASA .
 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€