Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 30 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Microsoft sort son bracelet connecté : comment le marché se prépare à la révolution de l’Apple watch

Microsoft a lancé le "Microsoft Band", un bracelet connecté qui mesure l’activité physique du porteur et le prévient des notifications présentes sur son smartphone. Il est en concurrence avec l'Apple Watch, un objet plus généraliste destiné à augmenter les fonctions du mobile.

La Minute Tech

Publié le
Microsoft sort son bracelet connecté : comment le marché se prépare à la révolution de l’Apple watch

Microsoft a lancé son propre bracelet, beaucoup plus petit que l’Apple Watch : le Microsoft band.  Crédit Microsoft

Atlantico : Alors que la marque à la pomme s’apprête à inonder le marché des bracelets connectés avec l’Apple Watch, Microsoft a lancé son propre bracelet, beaucoup plus petit : le Microsoft band. Comment se présente-t-il et quelles sont ses fonctions ?

Christophe Benavent : D'abord remarquons que pour une fois Apple n'est pas le premier ! Bracelets et montres sont déjà sur le marché. Pour l'objet de Microsoft, la caractéristique principale c'est de fonctionner avec plusieurs systèmes d'exploitation. Celui de Microsoft d'abord mais aussi android et iPhone et par conséquent avec les différentes applications du marché.

La seconde est d'être centrée sur la santé et le bien-être, c'est un objet spécialisé. La troisième caractéristique importante est liée à ce qu'on peut appeler un coffre-fort digital : microsoftVault, mais qui est en fait une sorte de dossier médical digitalisé.

Par rapport à l’Apple Watch, en quoi le modèle de Microsoft est-il différent ?

La spécialisation ! L'apple Watch est plus un objet généraliste destiné à augmenter les fonctions du mobile. A vrai dire, du point de vue des objets, il n'y a pas concurrence. Les concurrents de Microsoft serait plutôt le fuelband ou le fitbit.

Si les deux modèles ne jouent pas exactement sur les mêmes tableaux, sont-ils réellement concurrents ? Pourquoi ?

La compétition ne se joue pas au niveau des objets mais de manière moins apparente dans les services de cloud. Et Apple n'est pas le seul concurrent, l'autre c'est Google. Par le jeu des alliances (avec les constructeurs d'objets et les applications), le véritable enjeu est de contrôler les données en les hébergeant dans des systèmes de cloud propriétaire qui définissent les standards d'une industrie future des systèmes de santé. Sans compter la connaissance qui pourra être produite et exploitée à partir de ces données : le plus n'est clairement pas simplement de compter un nombre de pas, mais d'offrir des conseils de santés.

Qui, d’Apple ou Microsoft, a selon vous pris le meilleur parti ? Quels avantages et désavantages dénombre-t-on de part et d’autre ?

La force de Apple est que le Health kit fait corps avec IOS et que la base installée (en Iphone) peut permettre un développement rapide (avec ou sans les Apple watch d'ailleurs). Pour Google, cette base est sans doute potentiellement plus vaste encore. L'atout de Microsoft se retrouve dans ce lancement de produit en permettant à l'objet (le bracelet) de supporter les principaux systèmes d'exploitation. Un autre atout est peut-être par ce choix d'enrôler un plus grand nombre de partenaires. L'accent mis sur la sécurité, une certaine image de marque sont d'autres atouts dans une bataille qui ne fait que commencer.

Les consommateurs sont-ils mûrs pour être connectés "H24" ? Certaines réticences face à ce déferlement de technologies peuvent-elles constituer un frein au développement du secteur ?

Non, ils ne sont pas murs, hormis la fraction de ceux qui pour des raisons de santé ou de passion (sportive) adhèrent à cet esprit du quantified self qui se développe depuis des années dans des cercles étroits. Mais peu importe, l'enjeu n'est pas l'adhésion des consommateurs, mais beaucoup plus celui des acteurs de la santé et de la forme. Nous sommes dans une bataille de standards, et comme on le sait depuis maintenant longtemps, le premier prend tout le marché ! Les consommateurs par la suite de toute façon n'auront pas beaucoup de choix !

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe Benavent

Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international l.

Il assure aussi la responsabilité de la rubrique "Digital" de la revue Décision Marketing, et est globalement passionné par les nouvelles technologies et les enjeux de leurs utilisations. 

Il dirige l'Ecole Doctorale Economie, Organisation et Société de Nanterre, ainsi que le Master Management des Organisations et des Politiques Publiques.

 

Le prochain ouvrage de Christophe Benavent, Plateformes - Sites collaboratifs, marketplaces, réseaux sociaux : comment ils influencent nos Choix, (FYP editions, 2016), paraîtra le 16 mai prochain. 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€