Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 13 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Islam politique au pouvoir : la méthodique stratégie d’infiltration des grandes institutions européennes et mondiales par les Frères musulmans

Alexandre del Valle poursuit le feuilleton consacré aux différents "pôles" de l'islamisme mondial dont l'objectif consiste à contrecarrer les forces laïques dans les pays musulmans puis à empêcher l'intégration des citoyens de confession musulmane dans les pays occidentaux, sous couvert de liberté religieuse et de pluralisme (dévoyé). Cette fois-ci, il décrypte la stratégie ce conquête-islamisation de l'Occident et du monde mise en œuvre par la plus puissante et influente organisation panislamiste mondiale, la "Confrérie Les Frères musulmans", très présente en Occident et notamment aux Etats-Unis et en France.

Géopolitico-scanner

Publié le
Islam politique au pouvoir : la méthodique stratégie d’infiltration des grandes institutions européennes et mondiales par les Frères musulmans

Retrouvez Alexandre Del Valle dans son nouvel ouvrage, paru le 25 octobre : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes aux Editions l'Artilleur/Toucan. 
 

Les ramifications des Frères musulmans dans le monde et en Occident

Relativement bien structurée, quoi que très décentralisée et à l’origine de nombreuses scissions aujourd’hui totalement autonomes, l’organisation des Frères musulmans est implantée partout, en premier lieu en Egypte, en Jordanie, au Soudan ou au Koweït, où elle est représentée au Parlement, puis dans le monde arabe en général, où elle agit à travers des sections montées dans chaque pays : Syrie, Yémen, parfois sous d’autres appellations, comme en Palestine et en Algérie (Hamas), au Soudan (Front national islamique), en Afghanistan (Mouvement islamiste de Niazi et Rabbani), en Tunisie (MTI-Ennahda ou Mouvement de la tendance islamique), ou encore au Maroc (groupe “Justice et bienfaisance” et Parti de la Justice et du Développement).

Le Front National Islamique (FNI) de Hassan al Tourabbi au Soudan a été l’une des plus spectaculaires réussites des Frères avec le Hamas palestinien et, bien sûr l'accession au pouvoir en Egypte, à la faveur du Printemps arabe, du parti de la Justice et de la Liberté du Président Mohamed Morsi, renversé depuis août 2013 par le Maréchal Al-Sissi. Les Frères musulmans sont également proches du Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir à Ankara et de son leader et co-fondateur, Recep Taiyyp Erdogan. 

Les Frères musulmans sont représentés dans chaque pays européen et au niveau continental à travers de grandes organisations : Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), Union des Communautés et Organisations Islamiques d’Italie (UCOII), Union des Organisations islamiques d’Europe (UOIE), etc. En 1996, l’UOIE a mis sur pied, avec le soutien du Qatar, l'European Trust, une institution financière vouée à amasser des fonds pour financer ses différentes activités, dont l’imposant Institut européen des sciences humaines de Saint Léger du Fourgeret (voir supra, chapitre 1 ("Les grands pôles du totalitarisme islamiste") et l’Association des écoles musulmanes en Europe et son magazine de luxe Al Europiya. Toujours en 1996, l’UOIE établit en coopération avec l'Assemblée Mondiale de la Jeunesse islamique (WAMY, voir supra, chapitre 1) une section spécifique pour la jeunesse, le Forum de la jeunesse musulmane européenne et des organisations étudiantes. D’abord dirigé par Al-Zayat et stratégiquement installé à Bruxelles, le Forum de la jeunesse est devenu, selon les dires de l’organisation elle-même, "la voix de la jeunesse musulmane en Europe". Aujourd’hui, le Forum supervise un réseau de trente-sept organisations membres et il entretient des relations avec le Parlement européen, le Conseil de l’Europe et les Nations-Unies.

A lire également sur notre site : La stratégie de conquête des Frères musulmans

 

Allemagne et Suisse : terres de mission et de prospérité pour les Frères musulmans "européens"

C'est Outre-Rhin et chez nos voisins helvétiques que les Frères musulmans égyptiens ont créé et implanté, en 1958, les plus puissantes et plus anciennes organisations islamiques européennes : la Communauté islamique d'Allemagne (Islamische Gemeinschaft Deutschland - IGD), fondée par le pionnier et gendre du créateur de la Confrérie en Europe, Saïd Ramadan avec le Centre islamique de Monaco de Bavière, puis le Centre islamique de Genève, toujours dirigé par la famille Ramadan (frères Hani et Tariq Ramadan). Rappelons que Saïd Ramadan, le père de Tariq et Hani Ramadan, n'est pas n'importe qui dans la "frérosphère" : auteur d'une thèse soutenue en Allemagne sur la charia, il a épousé la fille aînée de Hassan al-Banna, Wafa, puis, a été refugié en Arabie Saoudite avant de fonder - sur mission assignée par Al-Banna lui-même d'islamisation de l'Europe - le premier Centre islamique européen. Situé à Genève, près du lac Léman, le centre est soutenu alors par les grands pôles de l'islamisation mondiale dans sa mission européenne de conquête : le Centre est financé par Riyad ; Saïd Ramadan est logé à Genève dans une villa payée par l’émir du Qatar ; la Jordanie fait de lui son représentant à l’ONU, et les Saoudiens lui versent pendant des années un salaire de 12 000 francs suisses mensuels puis le nomment ambassadeur de la Ligue islamique mondiale (LIM). Riyad l'aide à financer sa revue, Al-Mouslimoun, publication anti-occidentale et aux accents antisémites. Malgré son radicalisme anti-occidental notoire, les autorités suisses tolèrent Saïd et ses activités alors même qu'il ne possède pas de permis de résident, car en pleine Guerre froide, l'islamisme radical est instrumentalisé par les milieux atlantistes comme un bouclier contre le communisme soviétique et les alliés nationalistes-arabes laïques et socialisant de Moscou (nassérisme égyptien, baathisme syro-irakien, kémalisme, etc.). Quand Saïd Ramadan meurt en 1995, le nouveau Conseil de direction de la mosquée et du centre islamique est confié au fils aîné de Said Ramadan, Ayman, puis plus tard à Hani Ramadan, qui demeure toujours le directeur du Centre, secondé de Wafa, la veuve de Saïd Ramadan, de la fille d’Hassan al-Banna, Arwa et de ses trois autres fils Yasser, Bilal, et Tariq. Ce dernier prétend qu’il n’a rien à voir avec les Frères musulmans dans le cadre de sa stratégie médiatique de respectabilisation, mais le dernier registre du commerce du canton de Genève (19 décembre 2013) confirme bien que la composition du Conseil de direction n’a pas changé...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 28/10/2016 - 10:53 - Signaler un abus Comment la tolérance se transforme en soumission...

    très bien décrit ici, le processus de destruction des sociétés occidentales repose sur deux piliers, le jihad verbal et la collaboration. Par naïveté et confusion des valeurs, les occidentaux "faibles" collaborent à la diffusion des thèses anti-occidentales des frères musulmans et confortent leur mainmise médiatique et institutionnelle. Seuls les partis résistants, les "justes" tels que le Front National ont mis en garde les "faibles" tentes par la collaboration, depuis bien longtemps, contre l'extension du domaine de la soumission...la diabolisation qu'ils ont subi de la part des medias collabos fait partie de ce processus d'infiltration des institutions et medias, qui ne cessera qu'avec la reprise du pouvoir par le peuple de France...

  • Par joke ka - 28/10/2016 - 11:43 - Signaler un abus ce processus d'infiltration des institutions et medias

    "qui ne cessera qu'avec la reprise du pouvoir par le peuple de France..." Encore faut il que ce peuple de France ouvre enfin les yeux et se décide de réagir! pour le moment il reste bien apathique et n'ose s'affranchir de la pensée unique instillée à coup d'insultes (facho-raciste)par nos journalistes bien pensants depuis les années Mitterrand qui a placé ses pions dans les médias ,dans les écoles de journalisme..même nos "Républicains "n'osent plus parler comme Pasqua ou Pandraud ou même Poniatowski et MF Garraud j'ai lu quelque part une réflexion pertinente: "le socialisme c'est comme l'islam.il ne supporte pas les apostats" et les voue aux ténèbres nauséabondes de la fachosphère!

  • Par Marie-E - 28/10/2016 - 12:34 - Signaler un abus toujours passionnant

    ce qu'écrit Alexandre Del Valle et tellement contraire au discours ambiant des média en Occident. Sinon vive les gouvernements russes, syriens (là d'un autre côté l'Iran c'est pas terrible comme influence), jordaniens et égyptiens de faire attention à ne pas laisser entrer l'Islam politique dans leurs pays et profiter ainsi des institutions pour progresser et s'imposer ensuite avec ses idées rétrogrades.

  • Par lafronde - 28/10/2016 - 15:03 - Signaler un abus La Charia ? Jamais ! Comment en être sûr ?

    Puisque le musulman souhaite la Charia. Que la Démocratie décide à la majorité. Que la Charte européenne des Droits de l'Homme ouvrent la porte aux migrants, leur donne le Droit de se maintenir en Europe. Que se passe-t-il si les musulmans deviennent de plus en plus nombreux ? Qui nous garantit nos libertés futures ? En fait non n'avons aucunes garanties. Ni de l'Union européenne, qui a opté pour un Droit progressiste et normatif, au lieu d'un Droit par subsidiarité. Ni la République centralisée, qui obéit au progressisme européen, et lui prête son arsenal répressif.Sortir de l'UE est utile, encore faut-il gouverner l'Etat. La subsidiarité est une voie prometteuse et non-violente pour les réfractaires à la Charia. Porter la subsidiarité au Parlement, dans les collectivités locales, au besoin par l'autonomisme, voire l'indépendantisme au cas où les libertés seraient menacées. Mieux vaut diviser la France, qu'elle ne sombre dans le progressisme puis tombe dans l'Islam. Mieux vaut être libre dans une province indépendante, qu'être français asservi dans une France islamique. Pas de Liberté, pas de République ni de France qui tienne pour moi ! L'Etat de Droit, notre fossoyeur.

  • Par langue de pivert - 28/10/2016 - 16:14 - Signaler un abus Ah bon ? ☺

    On avait déjà compris la première fois !

  • Par zouk - 28/10/2016 - 16:38 - Signaler un abus Infitration de toutes les organisations internationales

    Voilà une des multiples métastase de l'islamisme qu'il nous faut détecter et neutraliser. Par le renseignement et par la politique, qui n'est pas, ne peut pas etre de toujours céder à la majorité. D'ailleurs la majorité dans notre pays n'est pas musulmane, espérons qu'elle ne le devienne jamais et organisons nous dans ce but.

  • Par edac44 - 28/10/2016 - 17:13 - Signaler un abus L'intégrisme islamique ne doit pas être combattu mais anéanti

    et par tous les moyens, légaux ou pas. Il n'y a plus de temps à perdre, chaque citoyen doit s'armer (les fusils de chasse et la chevrotine sont encore en vente libre dans toutes les armureries de France et de Navarre) et prêt à défendre la république contre la barbarie islamique que se répand insidieusement en Europe en pervertissant nos valeurs démocratiques avec la complicité des bobos "droit de l'hommiste"

  • Par Anouman - 28/10/2016 - 20:17 - Signaler un abus Petits frères

    La justice russe semble avoir bien compris le problème. Mais en Europe et aux Etats Unis il semble que la cécité soit de rigueur, en tous cas dans ce domaine. C'est aux citoyens de changer la tendance par leur vote, mais que veulent-ils? Du Clinton aux USA et du Juppé en France... On n'est pas sorti du problème.

  • Par Deudeuche - 29/10/2016 - 07:42 - Signaler un abus @Anouman

    Les Russes savent maintenir à leur place les déviances sociétales qui portent un poison mortel à la nature de notre civilisation. En clair ils rejettent les idiots utiles de l'ordre "arc en ciel" occidental qui pave par son néant le chemin aux fous d'Allah!

  • Par Ganesha - 29/10/2016 - 10:02 - Signaler un abus Musulman Ordinaire

    Comme d'habitude, une étude très détaillée des organigrammes, avec tous les noms des chefs. Mais on ne nous dit pas ce qui, sur le terrain, différencie un ''Frère Musulman'' d'un ''Musulman Ordinaire'' ? C'est du super ou du diesel ?

  • Par Ex abrupto - 29/10/2016 - 12:03 - Signaler un abus Positivons!

    Ca fera un contre pouvoir aux derniers tenants du paradigme finissant du libéralisme-mondialiste qui infestent les institutions europeennes. Après avoir beaucoup produit de bonnes choses en économie,ce paradigme est maintenant de plus en plus encombré par ses contradictions internes (désolé pour ce très vieux vocabulaire qui nous vient de la dialectique)Ilest entrai d'exploser en vol et nous n'avons pas encore grnd chose en magasin pour le remplacer...

  • Par hannibal barca - 29/10/2016 - 12:47 - Signaler un abus Les hommes politiques francais sont veules

    Autant a droite qu a gauche tres peu d.hommes politiques ont compris qu a force de faire la courte echelle a l islam politique c est toute notre culture ,nos traditions qui sont menacés . De Juppé a Hollande l un avec son identité honteuse ,tarak obrou et sa mosquée de bordeaux qui parait il sera la plus belle d Europe et l autre avec sa mentalité de caniche il est remarquable que l on ne discute jamais de facon approfondie de ce cancer islamiste qui envahit l Europe

  • Par C3H5.NO3.3 - 29/10/2016 - 16:59 - Signaler un abus Bref

    C'est l'argent du pétrole qui permet à l'Islam d'acheter les politiciens européens et de se répandre. Demain, la manne du pétrole, c'est terminé. Devinez ce qui se passera ? Les mêmes politiciens qui nos obligent à accepter l'Islam nous lancerons à la chasse au musulman. Il ne fera pas bon être barbu ou porter un foulard.

  • Par cloette - 30/10/2016 - 09:10 - Signaler un abus Le passé

    Il faut en tenir compte , conversion extension, ( comment passe-t-on de quelques bédouins à 1 milliard et demi ? ) ou comme en Espagne ou en France , chassés par les armes ....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan), Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan)

Son dernier ouvrage, La statégie de l'intimidation (Editions de l'Artilleur) est paru en mars 2018

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€