Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La banalisation du totalitarisme islamiste et du nouveau "fascisme du Sud" au nom de la lutte contre l’islamophobie

Depuis des décennies, les mêmes qui exigent de réduire la liberté d’expression pour "lutter contre le racisme et l’islamophobie" minimisent ou cautionnent le néo-racisme exotique des antisémites et des jihadistes des "quartiers."

Géopolitico-scanner

Publié le
La banalisation du totalitarisme islamiste et du nouveau "fascisme du Sud" au nom de la lutte contre l’islamophobie

Depuis avril 2017, la communauté juive de France est en deuil. Une fois de plus, en France, un crime antisémite d’une rare barbarie a frappé une victime tuée juste parce qu’elle était juive : Sarah Halimi. Et bien que son bourreau et voisin d’immeuble, le franco-malien musulman pratiquant Kobili Traoré, l’insultait régulièrement de « sale juive », l’avait menacé depuis des mois et bien qu’il l’ait torturé plus d’une heure en récitant des versets du Coran avant de la défenestrer depuis le balcon de son appartement, Traoré qui n’a aucun antécédent psychiatrique a été déclaré d’emblée « fou » avant même que soit rendu le rapport du médecin-psychiatre, M.

Zagury, chargé de l’expertise. C’est ainsi que nos sociétés multiculturelles, d’habitude si promptes à dénoncer le racisme dès qu’il s’agit d’un européen-« de souche » et l’antisémitisme, dès qu’il est le fait de fachos petits-blancs, sont si terrorisées psychologiquement à l’idée d’associer racisme, haine et islam, que le meurtrier a été qualifié de « fou » et son meurtre islamiste-antisémite passé sous silence dans les médias jusqu’à aujourd’hui, un peu comme dans les pays musulmans où les meurtriers de chrétiens sont en général également des « fous ». Stade suprême de l’islamiquement correct d’un point de vue judiciaire.

En réalité, ce fait divers criminel, qui semble être un remake de l’horrible affaire Ilan Halimi en 2006 torturé lui aussi et massacré par le « gang des Barbares » de Youssouf Fofana, est bien plus lié que l’on croit aux désormais habituels attentats jihadistes perpétrés dans les grandes capitales occidentales et dont il faudrait là aussi taire tout lien avec l’islam et même avec l’islamisme, ceci au risque d’être classé « islamophobe » et de relancer « la fracture » sociale et ethno-communautaire. On sait d’ailleurs que de même que de nombreux quartiers sont les terrains de recrutement privilégiés d‘islamistes qui agissent à la barbe des autorités qui achètent ainsi la « pax islamica », de même on sait maintenant que les 26 policiers qui ont assisté aux supplices de Sarah Halimi et qui n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir ont probablement été retenus par le souci de ne pas provoquer « d’émeutes urbaines » puisqu’il s’agissait d’un immeuble du XIX ème arrondissement de Paris en majorité habité par des populations immigrées africaines musulmanes.

L’essence du politiquement correct : seul le racisme blanc-Judéo-chrétien doit être désigné comme tel

D’où vient cet islamiquement correct de plus en plus orwellien ? Depuis des décennies, les mêmes qui exigent de réduire la liberté d’expression pour « lutter contre le racisme et l’islamophobie » minimisent ou cautionnent le néo-racisme exotique des antisémites et des jihadistes des « quartiers », arguant que les appels à tuer des mécréants véhiculés dans la culture rap anti-française anti-blancs puis dans l’islamisme et l’antisionisme radical, seraient seulement « rhétoriques », et qu’il n’y aurait là rien d’islamique ou de civilisationnel dans cette rage d’origine purement socio-économique. Cette culture de l’excuse et de l’évitement des causes réelles de la fanatisation néo-barbare a largement contribué, aux côtés de la propagande islamiste planétaire sur le web et dans les mosquées, à former tant les nouveaux antisémites réislamisés Youssouf Fofana devenu pro-Daesh depuis sa prison et Kobili Traoré inspiré par les sourates jihadistes anti-juives du Coran) que les tueurs de « mécréants » jihadistes issus de la « diversité » et désormais plus faciles à recruter chez nous que dans certains pays musulmans eux-mêmes...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 08/09/2017 - 08:07 - Signaler un abus Le socialisme (macronisme) rend fou!

    La France est malade de son socialisme, qui a colonisé éducation nationale socialiste et justice socialiste. Les petits soldats ont tellement incrusté l'idéologie rétrograde dans ces institutions qu'elles en deviennent irréformables (excepté par un gouvernement courageux comme celui qu'aurait formé Marine Le Pen...). La justice et l'éducation socialistes françaises forment des islamistes et refusent de le reconnaître, car ce serait renier l'idéologie socialiste: le laxisme, la peur de l'autorité, la perte d'identité, le sansfrontierisme, le dilutionnisme mondialiste, la desexualisation des jeunes...tout cela concoure à la victoire des minorités dictatoriales collaborant à la conquête du monde: les socialistes (même maquillés) et les islamistes, nouvelle collaboration morbide...

  • Par conrad - 08/09/2017 - 19:15 - Signaler un abus Rien à ajouter.

    Article parfaitement lucide et réaliste. Malheureusement, il a assez peu de chances d'être lu par une majorité de français, qui lui préfèreront sans doute les bribes d'infos facilement accessibles sur les portails MSN ou Orange, entre autres. Le politiquement correct a encore de beaux jours devant lui...

  • Par Jasmin84 - 09/09/2017 - 09:20 - Signaler un abus L'institution judiciaire et l

    L'institution judiciaire et l'éducation natiOrale ont été inflitrées depuis des années par des idéologues qui ont formé des générations de cancres incultes abreuvés de politiquement correct et des citoyens craintifs et obéissants Conscients que la justice ne s'applique pas de la même manière selon le groupe auquel vous appartenez. On a appris au Français d'origine à se considérer comme étranger chez lui et à l'accepter nom d'une prétendue culpabilité. Dire on est chez nous est devenu une manifestation de racisme...

  • Par abracadarixelle - 09/09/2017 - 17:07 - Signaler un abus Pour Jasmin 84....

    Dans ce ces, je suis raciste avec honneur et gloire et dehors les couchés et collabos....

  • Par Idea - 09/09/2017 - 17:58 - Signaler un abus La lâcheté conduit à la soumission

    Notre lâcheté finira par nous réduire à la soumission, nous occidentaux, mais aussi tous les musulmans prêts à remettre en cause ou à abandonner leur religion pour devenir comme beaucoup de chrétiens athées ou agnostiques. L'islam littéral tel qu'il est promu par de nombreux États est l'un des pires totalitarismes que la terre ait connu. Me voilà classé dans la catégorie islamophobe ! Et j'en suis fier.

  • Par veloman95 - 10/09/2017 - 08:59 - Signaler un abus L'autre jour, il y avait sur

    L'autre jour, il y avait sur LCI un débat qui posait comme question "pourquoi les journalistes sont-ils mal-aimés ?" moi je répondrais que c'est parce que des gens comme A. Del Valle n'y ont jamais la parole alors que ce point de vue est partagé par énormément de gens dans d'autre lieux (bistrot, repas de famille, réunions d'amis etc. )

  • Par Outre-Vosges - 15/09/2017 - 11:18 - Signaler un abus Les Catalans deviennent-ils fous ?

    Eh bien ! J’avais déjà mauvaise opinion des séparatistes catalans, je ne savais pas qu’ils étaient pourris à ce point-là. Voilà qui me rappelle ce que disait un vieil Alsacien : « Entre les deux guerres j’en ai connu, des séparatistes ; les uns se disaient de droite, d’autres se disaient de gauche : de toute façon quand les nazis sont arrivés tout ont pris la casquette. » Sans doute ces indépendantistes n’attendent-ils que l’arrivée massive de leurs coreligionnaires pour jeter le masque et enfiler les babouches.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Alexandre Del Valle

Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France SoirIl Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur associé au Cpfa (Center of Foreign and Political Affairs). Il a publié plusieurs essais en France et en Italie sur la faiblesse des démocraties, les guerres balkaniques, l'islamisme, la Turquie, la persécution des chrétiens, la Syrie et le terrorisme.

Il est notamment l'auteur des livres Comprendre le chaos syrien (avec Randa Kassis, L'Artilleur, 2016), Pourquoi on tue des chrétiens dans le monde aujourd'hui ? : La nouvelle christianophobie (éditions Maxima), Le dilemme turc : Ou les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (éditions des Syrtes) et Le complexe occidental, petit traité de déculpabilisation (éditions du Toucan). Son dernier ouvrage paraîtra le 26 octobre 2016 : Les vrais ennemis de l'Occident : du rejet de la Russie à l'islamisation de nos sociétés ouvertes (Editions du Toucan). 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€