Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 18 Octobre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

1788-2014 : les mêmes causes produiront les mêmes effets

Scandales à répétition, pouvoir politique en manque de légitimité, chômage en augmentation... Il ne manque qu'une étincelle pour coaliser les opposants au pouvoir actuel dans une nouvelle révolution. Voici le best of de l'été des chroniques du pot aux roses.

Chroniques du pot aux roses

Publié le
1788-2014 : les mêmes causes produiront les mêmes effets

Pour Serge Federbusch la France de 2014 ressemble à celle de 1788

Atlantico : Dans votre livre "Français, prêts pour votre prochaine révolution ?", paru le 11 juin chez Ixelles éditions, vous faites appel à l'histoire de France à partir de la Révolution pour comprendre comment les grands mouvements réformateurs sont impulsés dans notre pays. Le postulat de départ ne laisse-t-il pas entendre que "les Français sont des veaux", pour reprendre l'expression du Général de Gaulle, incapables qu'ils seraient de prendre les bonnes mesures avant qu'il ne soit trop tard ?

Serge Federbusch : Non, les Français ne sont ni plus ni moins intelligents que les autres peuples. L’incapacité à se réformer, origine directe de toutes les révolutions de ces deux derniers siècles et aussi de plusieurs désastres militaires, a une cause mal comprise : l’Etat, très centralisé, dans un pays vaste et socialement hétérogène, hésite en permanence entre autoritarisme et faiblesse. A la longue, il perd sa légitimité. Le suffrage universel n’y a pas changé grand chose : la représentation nationale, émiettée du fait du système des circonscriptions, peu à même de traiter des questions qui se posent de manière différenciée sur tout le territoire, subit la concurrence d’un rapport direct entre le pouvoir exécutif, les milieux d’affaires et les corporations. Le problème est que le temps joue pour ces dernières, face à des politiciens professionnels fragiles. Progressivement, l’action publique est frappée de paralysie.

Lire aussi : L’effondrement par la désagrégation interne : la révolution de 1788, un modèle pour 2014 ?

La ressemblance entre la France de 1788 et celle de 2014 est troublante, écrivez-vous. Mais comme du temps de l'Ancien Régime, la grogne qui couve sous notre Ve République peut-elle réellement aboutir à une explosion populaire un tant soit peu comparable ?

Une dynamique révolutionnaire tient à l’agrégation de forces qui ne pas sont pas forcément d’accord entre elles mais qui toutes concourent à l’objectif d’abattre le pouvoir en place. C’est le fameux «dégage» commun à toutes les rébellions triomphantes. La France de 2014 ressemble beaucoup à celle de 1788 : Etat en quasi-faillite, chômage important, perte d’autonomie de la politique économique, frustrations populaires, délégitimation des idéologues officiels, scandales à répétition. Il ne faut pas croire que la France de 1789 mourrait de faim, même si une crise frumentaire est apparue durant l’été. Hollande ne tient aujourd’hui que parce que les forces qui le contestent, de droite ou de gauche, ne se coalisent pas. Mais un événement fortuit peut temporairement les rassembler. Par la suite, l’absence de consensus sur les fondements du nouveau régime ouvre une période de troubles et d’emballement révolutionnaire. 

Si les citoyens ont peur et si le système paraît figé, en l’an de disgrâce 2014 comme en 1940 ou en 1870 le fait générateur peut alors venir de l’étranger. Je pense que la crise de l’euro, qui finira par éclater car cette monnaie agit aujourd’hui comme un noeud coulant autour des économies européennes, sera ce facteur déterminant. Hollande risque de devoir dissoudre l’Assemblée nationale, la montée du vote FN rendra le parlement difficilement gouvernable et, de proche en proche, les choses peuvent partir en vrille.

Lire aussi : Une démission de François Hollande, seule solution pour éviter une nouvelle révolution ?

A ceux qui vous diront que la Révolution française était d'inspiration bourgeoise, que répondez-vous ? Les Français pourraient-ils se faire déposséder de leur "Révolution de 2014", et par qui ?

La révolution de 1789 était beaucoup complexe plus qu’une simple prise du pouvoir par la bourgeoisie. Du reste, si les Etats généraux ont aboli les privilèges dans la nuit du 4 août, véritable acte de naissance de la révolution, c’est parce que les députés paniquaient aux nouvelles des émeutes en province et voulaient donner des gages à la paysannerie qui se révoltait. Quant aux risques de dépossession, il est inévitable : les révolutions finissent toujours sous une férule autoritaire. Ou alors, dès que des élections libres sont organisées, le peuple vote pour des conservateurs, généralement proches de ceux qui ont été chassés par la révolution et se déguisent pour le faire oublier.

Avant chaque "effondrement interne" de la France (1789, 1830, 1848 et dans une moindre mesure 1958 et 1968), le scénario est-il vraiment toujours le même ? L'argument de l'histoire sans fin n'est-il pas un peu simpliste ?

Non, il y a évidemment des caractéristiques propres à chaque époque. Mais ce qui est intéressant en Histoire, c’est de chercher à identifier les origines et les dynamiques communes. Depuis plus de deux cent cinquante ans, la France n’est parvenue que peu de temps à trouver une formule politique qui concilie à la fois Etat centralisé, économie libérale et système parlementaire : entre 1835 et 1845, durant l’empire libéral de Napoléon III, à la Belle époque ou sous De Gaulle et Pompidou. J’ai voulu comprendre la raison de cet échec car c’est par ce travail d’analyse qu’on peut faire des propositions pour conjurer cette sorte de malédiction historique.

Vous consacrez un chapitre à "l'effondrement à la suite d'un choc extérieur", comme la fin du Premier Empire ou la défaite de 1940. D'où viendrait aujourd'hui cette attaque capable de faire vaciller les institutions françaises ?

La construction européenne a été une fuite en avant. Elle permet à la classe dirigeante française de continuer à endetter l’Etat à moindre coût tout en opposant un semblant de rationalité aux appétits corporatistes. C’est une situation extrêmement perverse. 

Mais les problèmes ne font que croître et nous sommes désormais au stade terminal du mal qui va emporter la Cinquième République.

"Statu quo, réforme lente sous la houlette germano-européenne, effondrement révolutionnaire puis remodelage autoritaire du pouvoir, sursaut néo-gaullien"… vous envisagez bien des scénarios. Quel remède à la situation actuelle serait le moins désagréable ?

Taper du poing sur la table pour infléchir la politique de la Banque centrale européenne afin de faire baisser substantiellement le taux de change de l’euro et profiter de ce ballon d’oxygène pour réformer profondément les institutions en réduisant le poids de l’Etat et en luttant contre la professionnalisation de la politique par le recours à la démocratie directe. Le problème est qu’aujourd’hui, en France, les adversaires les plus déterminés de l’euro n’ont d’autre ambition que de protéger le système bureaucratique, cette chose obèse et vermoulue qui étouffe notre pays.

Cet article a été publié le 15 juin 2014

A lire de l'auteur de cet article :  "L'enfumeur", de Serge Federbusch, (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 20/08/2014 - 19:38 - Signaler un abus Le contexte est

    Le contexte est révolutionnaire depuis le début de ce quinquennat en effet, et une révolution c'est un changement brusque et violent du pouvoir politique.......

  • Par Ganesha - 21/08/2014 - 11:50 - Signaler un abus Marine Le Pen

    Je me souviens effectivement de cet article prenait de nouvelles positions sur des sujets importants. Je ne pense pas que même Marine Le Pen dise : ''Dès que j'arriverai au pouvoir, nous reviendrons au Franc'' ! Par contre, il y a urgence de réformer ''L'Euro de Frau Merkel'' : cela seuls quelques débiles obscurantistes le contestent encore ! Cela fait longtemps que j'espère une Révolution et j'ai été depuis des mois le seul à annoncer une dissolution parlementaire pour cette automne : j'avais été ravi de voir cette possibilité enfin exprimée dans un article. Cependant, Mr Federbush n'a pas encore franchi l'étape suivante : Marine Le Pen est de toute évidence notre prochain premier ministre. Rappelez-vous que cela dépendra de votre vote à cette législative anticipée. Voterez vous UMP pour avoir cette momie de Juppé ? Je considère comme crapuleux les retraités qui, pour préserver le montant de leur revenus, viennent ici préconiser de baisser le Smic des prolétaires !

  • Par Leucate - 21/08/2014 - 14:04 - Signaler un abus France napoléonienne

    Détruite par la révolution, la France fut reconstruite par un général devenu premier consul puis empereur-soldat et grand organisateur qui la réorganisa à son idée toute militaire, tout remonte au chef qui donne ensuite ses instructions depuis son bivouac quelque part en Europe. Ce que l'on appelle improprement le centralisme jacobin est en réalité napoléonien. C'est ce qui nous différencie d'abord des autres pays européens tous décentralisés et quasi fédéraux même si cela n'apparaît pas dans le nom du Pays. Tout se décidant à Paris dans le plus petit détail, la grogne et la rogne ne peuvent alors que viser l'Etat central puisqu'aucun gouvernement local mal géré ne peut concentrer localement les mécontentements. Puisque tout descend de Paris, quand une partie du peuple conteste une décision, c'est à Paris qu'elle le fait. Au lieu de sanctionner un gouvernement local qui aurait failli, c'est forcément l'Etat central qui est rendu responsable et qui, de temps en temps est renversé par la force d'une émeute parisienne. Autre effet pervers, l'impression que le citoyen a d'être gouverné par une puissance anonyme, lointaine et mal informée, un Golem aveugle et sourd.

  • Par vangog - 21/08/2014 - 14:24 - Signaler un abus @Serge pourquoi prédisez-vous qu'une assemblée "recomposée"

    sera ingouvernable? Au contraire, cette assemblée sera composée d'une majorité de patriotes et de deux minorités UMP-UDI et PS-PC-frondegauchisteécolo! Les Français pourront donc enfin voir en direct, sans aucun camouflage médiatique, qui vote les lois patriotes et qui vote les lois UMPS! Le plus important, comme le signale Ganesha, sera un premier ministre patriote! Les Français auront enfin une chance d'avoir de vraies réformes...tout le contraire des gouvernement reacs qui auront précédé celui de Marine Le Pen: un vrai espoir pour la France, car Flamby n'aura pas l'énergie de Mitterrand à mettre des bâtons entre les jambes de son 1er ministre, même s'il en conservera la fourberie...

  • Par Leucate - 21/08/2014 - 15:44 - Signaler un abus @vangog - ce que veut dire Serge

    C'est d'abord que nous souffrons de notre centralisation excessive, initiée certes par l'empereur, mais considérablement amplifiée par ceux que nous appelions les "technocrates" aux débuts de la V° et ensuite l'Enarchie quand les énarques ont remplacé les X-ponts, faisant alors la seule chose qu'ils savaient faire, de l'Administration. La réforme Deferre fut stoppée et nos régions et départements n'ont en réalité que de très faibles compétences, l'Etat central conservant l'essentiel avec également des services déconcentrés qui font double emploi avec l'administration régionale. Rien à voir avec la situation qui prévaut dans les pays autour de nous. C'est d'ailleurs pourquoi nous sommes plus sujets que d'autres pays aux blocages suivis de révolutions, il suffit de consulter le livre épais de nos Constitutions, format Bible, que nous avons essayées depuis la Révolution Française. Institutionnellement, la France est un pays faible et instable, mélange de mollesse et d'autoritarisme sans jamais avoir trouvé un équilibre.

  • Par Leucate - 21/08/2014 - 16:23 - Signaler un abus @vangog- où Serge se trompe

    C'est effectivement dans les intentions du FN, à la fois partisan du mieux d'Etat (reconcentré sur ses ministères régaliens) et de la démocratie directe (référendum). Un Etat qui se reconcentrerait sur ses ministères régaliens en n'assurant que des missions de contrôle de l'efficacité, de coordination et de conseil sur les autres secteurs sera forcément obligé de décentraliser et donc de reverser aux entités décentralisées une partie du budget détenu par l'Etat central

  • Par chrisbord - 26/08/2014 - 16:16 - Signaler un abus Pourquoi Pas

    Mais ce sont encore les plus faibles et les sans grades qui pâtiront de tous les excès !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€