Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vous pensez que vos ordures recyclables sont recyclées? Ne cliquez pas si vous ne voulez pas être déçu

Depuis le début de l'année, la Chine a cessé de recycler la plupart des déchets qui lui sont envoyé depuis l'étranger. Cela oblige les pays qui se reposaient sur elle à organiser des filières ad hoc.

Atlantico Green

Publié le
Vous pensez que vos ordures recyclables sont recyclées? Ne cliquez pas si vous ne voulez pas être déçu

 Crédit FRED DUFOUR / AFP

Atlantico : Depuis le 1er janvier, la Chine a cessé de recycler la plupart des "déchets étrangers". Résultat, aux Etats-Unis notamment, des plastiques et des papiers provenant de douzaines de villes sont désormais déversés dans des décharges. Comment expliquer la décision de la Chine de ne plus importer de déchets étrangers ? Quels peuvent être les conséquences au niveau international ?

Dominique Audrerie : La Chine, pays "sous-développé" et demandeur d'aide et d'assistance a dû subir les décisions prises par d'autres, en particulier par des sociétés riches et puissantes qui ont dicté leurs conditions, en particulier en exigeant que les plus pauvres soient aussi les poubelles (Inde, Afrique et ...

Chine).

Aujourd'hui la Chine est une puissance à part entière et entend ne plus servir de poubelle, d'autant plus qu'elle a maintenant ses propres déchets dont elle ne sait que faire, suivant en cela la doctrine du tout nouveau, tout sorti de produits nouveaux.

Sons, une entreprise de recyclage basée à Westborough, Massachusetts, a déclaré qu'elle avait accumulé environ 6 000 tonnes de papier et de carton, alors qu'elle en stockait normalement quelques centaines de tonnes. La France est-elle concernée par cette campagne anti-pollution chinoise et quelle est la situation du pays à présent ?

La France va aussi être confronté aux mêmes difficultés; c'est déjà le cas, il suffit de se rappeler le porte-avion incapable de naviguer pour les militaires et qui, pourtant, s'est déplacé sur les mers à la recherche d'une ... poubelle.

Les pays "amis" d'Afrique ont servi à la France pour liquider ce qu'elle ne pouvait plus accepter sur son sol. Les jeunes pays d'Afrique ne veulent plus aujourd'hui - et c'est raison - servir de poubelle.

Désormais privé de ce processus, plusieurs pays semblent désormais incapables de trouver un substitut au marché chinois. Quels peuvent être les solutions pour pallier ce problème ?

L'incapacité est plus apparente que réelle. Certes ceux des pays qui n'ont jamais posé de vraies questions sur le traitement des déchets sont en réelles difficultés: que faire? comment gérer? faut-il modifier les processus? 

Il est possible - et ô combien souhaitable - d'inverser le problème, au risque de sembler utopiste: les déchets sont-ils une chance? En posant la question dans une optique de réutilisation, les déchets peuvent -et doivent - être considérés comme une matière première à exploiter,n à traiter à transformer. Les ressources naturelles s’essoufflent. Les déchets, à partir de procédés techniques, chimique, ... financiers, être le support d'industries nouvelles, dont nos vieux pays ont le plus urgent besoin. L'obstacle financier peut être levé si l'on veut bien bien se situer sur le long terme. Reste l'obstacle politique, sans doute le plus difficile, car la conquête du pouvoir est surtout faite de nombre de lâchetés pour séduire et ... obéir aux plus offrants.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par brennec - 03/06/2018 - 18:52 - Signaler un abus Le capitalisme n'est plus ce qu'il était

    "L'obstacle financier peut être levé, reste l'obstacle politique" il faut donc comprendre que, quoi que dise l'auteur sur la possible rentabilité du traitement des déchets, ça ne peut se faire qu'avec les fonds d'état. Autrement dit c'est intéressant pour les états mais pas pour les capitalistes pourtant prèts a sauter sur la moindre occasion de gagner un euro. Pour le moins bizarre.

  • Par tubixray - 04/06/2018 - 08:48 - Signaler un abus Ahurissant

    Mais qu'a t'on besoin d'envoyer nos déchets "recyclables" dans une dictature communiste pour qu'ils soient "recyclés" ???....Cette information ressemble à une arnaque morale de grande envergure ......Il serait temps que les frais de transport explosent pour que l'économie mondiale retrouve une certaine cohérence.

  • Par Stargate53 - 08/06/2018 - 19:22 - Signaler un abus Une folie !

    Comment la nécessité de changer de paradigme de production en adoptant Moins d’emballage ne s impose pas ! Comment ne pas se rendre compte de la pollution que cela entraîne ! Comment ne pas voir Que cela détruit la planète ! Comment ne pas voir l impact du plastique sur la nature et la vie animale ou des océans ? Faire ces constats année année est désolant et criminel car c est une atteinte à la vie ce laxisme et cet aveuglement de toutes les autorités publiques et des producteurs ! La vie future est donc si peu importante pour l humanité ou plutôt ceux qui font leur fortune sur le commerce mondial ! C est fou !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Audrerie

Dominique Audrerie est un expert indépendant des questions environnementales.

Il est également docteur en droit de l'environnement et ancien directeur du Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement (en 1993).

Il est avocat à la Cour et maître de conférences.

Il est l'auteur de Petit vocabulaire du patrimoine culturel et naturel (Confluences, 2003).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€